NousLisons.fr

Tout pour trouver votre prochaine lecture !

Connexion...
Pseudo :
Passe :
Connexion permanente :
Cocher cette case pour que votre connexion soit conservée même si vous fermez votre navigateur (pendant 3 mois).
Important : Ne la cochez pas si vous êtes plusieurs à utiliser cet ordinateur.
Nouveau passe Créer un compte
Jeux Dons Lecteurs Partenaires Blog
Nouvelles du New Yorker de Ann Beattie
Date france :
2013.04.4
Editeur :
ISBN :
9782267024722

Nouvelles du New Yorker

2013
6½ h
D'après votre vitesse de lecture (15 000 mots à l'heure), il devrait vous falloir environ 6½ h pour lire ce livre.

Temps restant en fonction de l'avancement :

6 %22 %38 %53 %69 %84 %
6 h5 h4 h3 h2 h1 h
Ann Beattie commença à publier ses nouvelles dans le New Yorker, au milieu des années soixante-dix. Elle fut instantanément saluée comme la voix de sa génération. Son nom devint même un qualificatif : beattiesque. Subtile, nerveuse, dérangeante, Ann Beattie est une observatrice magistrale de l’éclatement de la famille américaine. Les textes inclus dans ce recueil couvrent une génération, de la fin de la guerre du Vietnam à l’après 11-Septembre. Au fil des années, l’auteur promène son regard aigu et sarcastique sur le pays et observe la vie des Américains, décortiquant les rapports entre les gens, en société ou dans le cadre de leur vie privée, entraînant le lecteur dans la traversée d’une époque passionnante où tant de choses ont changé aux États-Unis et dans le monde. Selon Margaret Atwood, chaque nouvelle de Beattie est « comme un nouveau communiqué du front : nous nous en emparons, impatients de savoir ce qui se passe là-bas, à la lisière du no man’s land mouvant et aléatoire qu’on appelle les relations impersonnelles ». Faisant preuve d’une maîtrise incomparable de l’art du dialogue et d’un humour percutant, elle livre des regards acérés sur le paysage culturel de son époque.

Les commentaires :

Survolant toute une génération - de 1974 à 2004 -, des pavillons à la pelouse parfaitement tondue dans le Vermont ou encore au cœur des appartements new-yorkais, Ann Beattie dépeint la vie de personnes qui se cherchent, cherchent l’amour mais apprécient la solitude, désirent vivre tout en faisant face à la mort.
Cependant, si les histoires diffèrent de par leur époque et leur contenu, le fil conducteur qui reste commun à chacune des seize nouvelles - et qu’Ann Beattie se plaît à observer - c’est la difficulté de vivre à deux et par conséquent, de fonder une famille. Les quelques nouvelles qui relatent l’histoire d’une famille concernent en réalité une famille éclatée. Des ruptures, des secrets, des amants, des hommes, des femmes, … tous vivent une véritable débâcle émotionnelle et se retrouvent laissés pour compte tels des naufragés de l’amour qui, coûtent que coûtent, tentent de s’accrocher à quelque chose : la visite d’une voisine alors que sa femme est partie, une veuve qui accepte de vivre avec un voisin car à leurs âges, seule le fait d’être compatibles compte, …
Chaque “cas” est abordé avec beaucoup de délicatesse, voire une certaine tendresse (comme si Ann Beattie était désolée de voir ce qui arrive à Mitch et les autres) ce qui est touchant et désarmant dans la mesure où c’est justement l’absence d’attachements et de réelles relations (amoureuses ou pas) qui ponctuent les récits.
Blog: Les mots de Gwen
Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Accueil Jeux ebooks Gratuits Lecteurs FAQ Partenaires Contact Dons
(c) NousLisons.fr 2012-2019