NousLisons.fr

Tout pour trouver votre prochaine lecture !

Connexion...
Pseudo :
Passe :
Connexion permanente :
Cocher cette case pour que votre connexion soit conservée même si vous fermez votre navigateur (pendant 3 mois).
Important : Ne la cochez pas si vous êtes plusieurs à utiliser cet ordinateur.
Nouveau passe Créer un compte
Jeux Dons Lecteurs Partenaires Blog
Elle s'appelait Sarah de Tatiana de Rosnay
Titre origine :
Sarah's Key
Date origine :
2007
Traducteur :
Agnès Michaux
Editeur :
ISBN :
9782350870458

Elle s'appelait Sarah

2007
7 h
D'après votre vitesse de lecture (15 000 mots à l'heure), il devrait vous falloir environ 7 h pour lire ce livre.

Temps restant en fonction de l'avancement :

15 %29 %43 %58 %72 %86 %
6 h5 h4 h3 h2 h1 h
 
 
Paris. 2002. Julia Jarmons, journaliste américaine, est chargée de couvrir la commémoration du Vél’ d’Hiv’. Découvrant avec horreur le calvaires de ces familles juives qui furent déportées à Auschwitz, elle s’attache en particulier au destin de Sarah et mène l’enquête jusqu’au bout, au péril de ce qu’elle a de plus cher.
Paris. 16 juillet 1942. A l’aube, la police française fait irruption dans un appartement du Marais. Paniqué, le petit Michel se cache dans un placard. Pour le protéger, sa grande sœur l’enferme et emporte la clef, en lui promettant de revenir. Mais elle fait partie des quatre mille enfants raflés ce jour-là. Tatiana de Rosnay ne craint pas d’attaquer de front une page sombre de l’histoire française.

Si vous avez aimé ce livre, ceux-ci peuvent vous plaire : Ces livres vous sont proposés car les lecteurs de NousLisons.fr qui ont aimé Elle s'appelait Sarah les ont également appréciés.

Les commentaires :

 
Tatiana de Rosnay nous raconte deux histoires dans ce livre : celle de Sarah, fillette juif qui a connu la déportation ; et celle de Julia, journaliste américaine vivant en France. Au début nous avons en alternance, les deux récits, de ces deux vies : celle de Sarah en 1942, et celle de Julia en 2002. Julia va se voir confier par son journal, un article à faire sur le soixantième anniversaire de la rafle du Vél’ d’Hiv’. Ce livre à travers les deux récits, va alors nous apprendre plus sur cet évènement, l’un des plus sombres de l’histoire française. Puis Julia va apprendre l’existence de Sarah, elle va aussi découvrir que Sarah est liée en quelques sortes à sa belle-famille. Julia va alors entreprendre de découvrir qui était Sarah et apprendre ce qu’il lui est arrivé ? A-t-elle été déportée vers Auschwitz, comme tous les autres juifs de la rafle du Vél’ d’Hiv’ ? Ou a-t-elle réussi à s’échapper ? C’est à partir de ce moment que le récit se focalise sur Julia et ses recherches avec moins d’immersion dans le passé.  Je m’attendais à être ému par cette histoire, surtout par l’histoire de Sarah, mais je ne m’attendais pas du tout à être ému par l’histoire de Julia, par sa quête. Je me suis pris une vrai claque avec ce livre, j’ai appris des choses que j’ignorais et j’ai été submergées par mes émotions tout au long de ma lecture. J’ai eu envie de savoir tout autant que Julia ce qui était arrivé à Sarah, et j’ai eu beaucoup de compassion pour ce qui arrivait à Julia en parallèle à cette enquête. Un livre émouvant, haletant et passionnant, je l’ai lu presque d’une traite.  Si vous ne connaissez pas encore ce livre, je ne peux vous dire qu’une chose : foncez ! J’espère que vous serez aussi agréablement surprise que moi.
Cristy, capitaine du Navire dévoreur de livres
 
Avis de Laeti Mon Histoire avec le livre : Le thème de la Seconde Guerre Mondiale est un thème qui m’a toujours attiré, parce que c’est l’une des périodes les plus sombres et difficiles de l’Histoire française... avec la Shoah. Mes Impressions : Je l’ai lu d’une traite... d’ailleurs je viens à peine de l’achever... et je suis bouleversée.
C’est l’histoire de deux destins étroitement liés. Je n’ai pas pu le lâcher un instant, l’histoire continue de vous trotter dans la tête après. La petite Sarah et ces autres enfants et adultes déportés restent alors en vous, à jamais. C’est poignant, déchirant, émouvant, beau, écrit simplement mais merveilleusement.Il FAUT lire ce roman, car il est vraiment bien documenté et on sent l’implication de l’auteur, sa volonté de raconter cette rafle souvent rayée de la mémoire et surtout de la tendresse.
J’ai adoré. Phrase que je retiens :
La fillette fut la première à entendre le coup puissant contre la porte. Sa chambre était la plus proche de l’entrée de l’appartement.
 
Avis d’Elsa Mon histoire avec le livre : Laeti m’a tout simplement donné envie de le lire, et tout ce qui touche à la Seconde Guerre Mondiale et aux camps m’a toujours intéressé. Mes Impressions : Une histoire prenante comme je n’en avais pas encore lu. Pauvre Sarah, qui croyait pouvoir récupérer son frère... C’est un livre poignant, que j’ai adoré lire. Je le conseille à tout le monde. L’extrait que je retiens :
Elle l’ignora, ramassa la clef, l’introduisit dans la serrure. Elle était trop nerveuse, trop impatiente. Cela prit du temps. La serrure finit par céder. Et le placard secret s’ouvrit.
Une odeur de pourriture la frappa comme un coup de poing. Elle s’écarta. Le garçon recula, effrayé. Sarah tomba à genoux.
Un grand homme aux cheveux poivre et sel surgit dans la pièce, suivi de Jules et Geneviève. Sarah était incapable de dire un mot. Elle ne faisait que trembler, les mains plaquées sur les yeux et le nez pour couvrir l’odeur.
 Le petit + : le livre a été adapté au cinéma.
 
Mon avis :
 
Mon choix Je m’étais fixé un objectif de changer un peu mes lectures habituelles et j’avais choisi 2 livres : Au bonheur des dames d’Emile Zola et celui-ci. J’ai tout de suite été plus attirée vers ce livre parlant de la Seconde Guerre Mondiale et plus précisément de l’Occupation et du Vél’ d’Hiv’. “J’aime” lire ce genre de livre pour tout simplement comprendre cette période noir de l’histoire. La couverture on peut y voir une petite fille derrière une chaise. Son visage est plutôt neutre mais on peut lire dans ses yeux un peu d’inquiétude. Cette jolie fillette blonde aux yeux verts nous laisse penser qu’elle se prénomme Sarah. 
Les personnages Julia, américaine et journaliste pour un journal américain, doit écrire un article sur la rafle du Vél’ d’Hiv’. Elle va alors s’impliquer, elle et toute sa famille dans son enquête. Elle est ambitieuse et souhaite comprendre pourquoi cette époque est si “tabou”. Le lourd secret de famille qu’elle va découvrir va changer sa vie à jamais.
Sarah est une petite fille d’une dizaine d’année, plutôt mature pour son âge. Lors de son arrestation avec sa famille, naïve - comme les petites filles de son âge - laisse son petit frère dans un placard avec une lampe torche et une carafe d’eau. Elle le regrettera toute sa vie. Les chapitres sont en alternance, un sur l’année 1942 avec l’histoire de Sarah et l’autre en 2002 avec Julia. Les premiers chapitres sur l’année 42 sont racontés du point de vue externe. On ne connaît pas les prénoms des personnages, ils sont alors désignés sous les terme de “le père”, “la mère”, “la fillette”. On commence à savoir de plus en plus de chose sur cette famille “mystérieuse” au fil de l’enquête que mène Julia. On différencie très bien les chapitres car un est écrit en italique - celui de Sarah - et l’autre normalement.  Le destin... On sait très bien que cette famille de l’année 1942 est vouée à un destin tragique. On espère juste tout au long du livre, une fin magique, que tous se passe bien, qu’ils sent sorte sain et sauf, mais non, cette période de l’histoire est comme ça et restera encrée et les personnages n’en ressortiront pas indemne.  L’auteure fait passer à travers son écriture tellement d’émotions et de sentiments qu’on a l’impression qu’elle a vécu ce qu’elle raconte ! Certes, cette histoire est inspirée de faits réels mais je pense vraiment que l’auteur à d’énormes connaissances sur le sujet pour arriver à toucher autant le lecteur. Durant tout le livre, j’avais, grâce à l’auteure, une facilité pour me mettre à la place de Julia et son irrépressible envie d’en savoir plus, de comprendre l’histoire de Sarah, devenait la mienne. Grâce aux chapitres en alternance, j’ai toujours eu envie d’en connaître un peu plus sur la vie de l’une ou de l’autre; l’auteure a fait en sorte que chaque fin de chapitre comporte un peu de suspense. L’auteure écrit sans colère, ni haine ou jugement et raconte l’indicible de l’Occupation et de la déportation. Mon ressenti Ce livre est juste magnifique et en même temps horrible ! Ce livre est une vrai roman coup de poing ! Il a réellement changer ma vie et ma vision des choses. Je me suis alors vraiment rendue compte de la situation dans les années 1940-1945 et l’horreur de ce qui s’est passé. Les larmes ont coulées, plus d’une fois. Je me suis très bien adaptée au changement de chapitres et d’époques. Un dernier mot... L’auteure fait passer un message, certes dur mais ce livre m’a fait comprendre tellement de choses. J’ai très envie de lire d’autres livres du même auteur !  Ce livre est un véritable coup de coeur !
 
« Après avoir lu des centaines de livres, celui-ci aura été l’un, voir le plus dur à lire. Pas parce qu’il n’est pas bon, bien au contraire. Mais dur du fait de la cruauté des actes de cette triste époque de la Deuxième Guerre Mondiale. Dur, poignant et rageant. »...
Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Accueil Jeux ebooks Gratuits Lecteurs FAQ Partenaires Contact Dons
(c) NousLisons.fr 2012-2020