NousLisons.fr

Tout pour trouver votre prochaine lecture !

Connexion...
Pseudo :
Passe :
Connexion permanente :
Cocher cette case pour que votre connexion soit conservée même si vous fermez votre navigateur (pendant 3 mois).
Important : Ne la cochez pas si vous êtes plusieurs à utiliser cet ordinateur.
Nouveau passe Créer un compte
Jeux Dons Lecteurs Partenaires Blog
Les écureuils de Central Park de Katherine Pancol
Date origine :
2010.04.1
Editeur :
ISBN :
9782226208316

Les écureuils de Central Park

2010
17 h
D'après votre vitesse de lecture (15 000 mots à l'heure), il devrait vous falloir environ 17 h pour lire ce livre.

Temps restant en fonction de l'avancement :

2 %13 %25 %37 %48 %60 %71 %83 %94 %
17 h15 h13 h11 h9 h7 h5 h3 h1 h
 
 
Souvent la vie s’amuse. Elle nous offre un diamant, caché sous un ticket de métro ou tombé d’un rideau.
Embusqué dans un mot, un regard, un sourire un peu nigaud. Il faut faire attention aux détails.
Il sèment notre vie de petits cailloux et nous guident.
Si on se penche, si on arrête le temps, on découvre des diamants dans une main tendue... Et la vie n’est plus jamais triste.
Ni le samedi, ni le dimanche, ni le lundi...

Si vous avez aimé ce livre, ceux-ci peuvent vous plaire : Ces livres vous sont proposés car les lecteurs de NousLisons.fr qui ont aimé Les écureuils de Central Park les ont également appréciés.

Les commentaires :

 
Le troisième épisode des vies de Joséphine, Hortense, Zoé, Shirley, Gary, Marcel, Josiane et Junior… Des personnages que l’on retrouve avec plaisir. L’histoire contenue dans le petit cahier noir découvert par Joséphine est, elle aussi, très intéressante et on se prend au jeu de découvrir qui en est l’auteur. Mais, comme dans toutes les belles histoires, les couples se forment enfin pour de bon, la vie reprend son cours, après la tragédie. "C’est l’écureuil qui sait où se trouve le portable, il l’a caché pour l’hiver, pour quand il sera tout seul, sans amis, au fond des bois... L’écureuil est seul pendant les grands froids... L’écureuil est triste dans le grand parc... Surtout le lundi, quand tous les gens du week-end sont partis. Quand on ne lui lance plus de cacahuètes ni de noisettes, il se bat les flancs et il attend que le samedi revienne... Ou le printemps..."
Amica Le Mans
Tatiana/Accrobiblio
30 ans de lecture, ça laisse des traces ...
 
Pas de diamant dans ce livre....Je suis bien déçue!! Autant les 2 premiers étaient excellents, mais là, que de longueur, que de choses inutiles dans ce gros pavé! Joséphine qui traine à écrire, l"histoire de petit jeune homme insipide,ennuyeuse, et surtout complètement obsolète....Philippe qui se cherche, Junior qui devient télépathe !! Franchement, cette famille valait mieux que ça... On les connaissait bien, on les aimait, on avait envie de faire partie de cette tribu mais là, tout s’effondre! Même la pétillante Shirley n’est plus la même.... Ne reste qu’Hortense et Zoé qui n’ont pas changées, évoluent dans la droite ligne de leur personnalité, fidèles à la création initiale de l’auteur, coups de flashs dans un livre bien pale! Heureusement que le style de Pancol sauve le roman...mais cette fois, ça n’aura pas suffit!
 
Les Ecureuils... ou Comment exploiter le filon lorsque celui-ci est épuisé. Cette daube de 1000 pages est aussi vide que l’espace intersidéral qui entoure la planète ! Un pavé à jeter sans complexe dans la mare ! Les images ne sont pas assez nombreuses pour vous décrire le supplice que j’ai subi à lire ce tome 3 surfait et re-refait.
Alors oui, on retrouve nos personnages habituels, mais l’envie d’en savoir plus sur eux s’épuise au fur et à mesure que les pages se tournent. Thank God, la lecture en diagonale existe ! On commence un paragraphe, pas besoin de le lire en entier : on saute tout de suite sur la fin qui répète le début. En bref : on ne rate jamais rien quand on décide de lire ce livre à vitesse grand V.
Sur ces satanées 1000 pages, il ne doit bien y en avoir que 200 qui fassent avancer l’histoire, voire même qui en valent le détour.
Rien ne se passe : les mêmes rancunes sont toujours là et lassantes à la longue (la méchanceté d’Henriette en devient caricaturale, tout comme sa fin, remise à sa place, comme s’il existait effectivement une justice à l’américaine dans ce monde de brutes sans foi ni loi), les personnages de Joséphine et Hortense piétinent sur place, réfléchissent trop, se disent tout le temps les mêmes choses et n’évoluent pas. On s’est tapé 3 tomes sur les déboires amoureux de la petite nana à la quarantaine bien tassée pour que finalement son sort soit réglé 3 pages avant la fin dans une espèce d’aparté ridicule, façon Coup de foudre à Manhattan !
Le pompon revient sans doute au personnage de Junior, rappelons-le, petit gosse de 2 ans qui parle comme un diplômé de l’ENA et qui a le pouvoir de lire dans les pensées. Hein ?? Quoi ??? L’histoire du premier tome qui se voulait réaliste avec un soupçon d’espoir à l’eau de rose s’est transformée en mascarade littéraire, où les idées saugrenues sont jetées pêle-mêle dans un texte qui s’essouffle. Même toutes les parties sur l’acteur Cary Grant dans le journal d’un inconnu ramassé dans les poubelles et duquel Joséphine trouve son inspiration sont énervantes à lire, surtout quand on s’aperçoit que le livre en préparation est lui aussi, comme l’histoire d’amour de Jo, expédié en 3 pages sans qu’on sache réellement à quoi il ressemblera alors qu’on nous bassine avec depuis 500 pages...
Le style de Katherine Pancol en devient insupportable : ses phrases sans sujet comme si elle avait écrit son roman en anglais (Excuse me dear, mais si ça se fait en anglais, ça ne veut pas forcément dire que ça passe en français ! Comme si on ne savait pas déjà que cette femme était journaliste et avait passé une bonne partie de sa vie aux Etats-Unis...), ses énumérations de marques à outrance comme si on visitait les Galeries Lafayette ou regardait le clip d’un artiste à la patte bien graissée par un annonceur, ses répétitions outrancières des mêmes et toujours sentiments, phrases surfaites, histoires amorcées et non terminées... Unbearable!
Heureusement, on peut espérer que la fin de ce tome 3 n’augure pas de tome 4. Enfin une bonne nouvelle.
Alors entre tous ces détails, anglicismes et même figures de style falsifiées (j’ai trouvé une anacoluthe qui n’est pas censée figurer dans un roman de haut vol comme doit le croire Miss Pancol), vous comprendrez qu’il vaut mieux passer votre chemin et garder vos 8,50 euros pour des dépenses plus utiles (comme du papier toilette)...
http://livriotheque.free.fr/
http://www.facebook.com/malivriotheque
https://www.youtube.com/channel/UC3O1fss1MLBb5l_M85Z809A
 
Ce qu’il raconte… Souvent la vie s’amuse. Elle nous offre un diamant, caché sous un ticket de métro ou le tombé d’un rideau. Embusqué dans un mot, un regard, un sourire un peu nigaud. Il faut faire attention aux détails. Ils sèment notre vie de petits cailloux et nous guident. Les gens brutaux, les gens pressés ignorent les détails. Ils veulent du lourd, du clinquant, ils ne veulent pas perdre une minute à se baisser pour un sous, une paille, la main d’un homme tremblant. Mais si on se penche, si on arrête le temps, on découvre des diamants dans une main tendue… Et la vie n’est plus jamais triste. Ni le samedi, ni le dimanche, ni le lundi… Mon avis sur tout… ou presque tout… Et bien nous y voilà. J’ai achevé cette sublime trilogie de Katherine #Pancol vendredi soir dernier et en suis attristée. J’ai laissé derrière moi tous les personnages auxquels je m’étais attachée. Bon, d’accord… (fermez vos yeux pour ceux qui ne l’ont pas encore lu !!!!)… cette histoire finit bien, mais il faut cependant s’arracher à tous ceux ceux qui fait vivre cette longue histoire de 3 tomes, et là, me concernant, lorsque j’adhère à un livre, des mots, une histoire, une philosophie, il est toujours dur de tourner la page. Je conseille vivement cette “trilogie de Pancol” à tout le monde. Alors, merci à celle qui me l’a conseillée, merci à celle qui me l’a donnée et merci à celle qui l’a écrite… Et à bientôt pour de nouvelles sensations littéraires !!!!!
 
Nous retrouvons avec plaisir Hortense, Gary, Henriette, Joséphine, Shirley, Philippe et tout les autres ainsi que de nouveaux personnages; au début quand Joséphine fait son deuil, cela tourne un peu en rond.
Mais voilà; elle soit écrire un nouveau livre et par le plus grand des hasard va trouver de l’inspiration dans la poubelle de son immeuble; elle nous conte une bien jolie histoire.
Hortense et Gary sont les 2 à qui réussissent tout, Zoé grandit et Joséphine est obligée de la laisser grandir et avoir donc d’autres libertés. Nous retrouvons avec plaisir la plume de Katherine Pancol, égale à elle-même légère. On retrouve un peu plus la légèreté du premier par rapport au deuxième, qui lui est beaucoup plus sombre, c’est d’ailleurs celui que j’ai le moins aimé, le deuxième.  La fin est cependant trop rapide; on a de grandes intrigues que l’on résous en une page par exemple, mais j’espère bien avoir plus d’information dans la saga Muchachas bien que ce n’est pas censé être seulement ces personnages. Je l’ai tout de même beaucoup aimé.
leslivresdedidine.blogspot.fr
Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Accueil Jeux ebooks Gratuits Lecteurs FAQ Partenaires Contact Dons
(c) NousLisons.fr 2012-2019