NousLisons.fr

Tout pour trouver votre prochaine lecture !

Connexion...
Pseudo :
Passe :
Connexion permanente :
Cocher cette case pour que votre connexion soit conservée même si vous fermez votre navigateur (pendant 3 mois).
Important : Ne la cochez pas si vous êtes plusieurs à utiliser cet ordinateur.
Nouveau passe Créer un compte
Jeux Dons Lecteurs Partenaires Blog
Le Pavillon d'Or de Yukio Mishima
Date france :
1960
Titre origine :
Kinkakuji
Date origine :
1956
Traducteur :
Marc Mécréant
Editeur :
ISBN :
9782070366491

Le Pavillon d'Or

1960
6 h
D'après votre vitesse de lecture (15 000 mots à l'heure), il devrait vous falloir environ 6 h pour lire ce livre.

Temps restant en fonction de l'avancement :

14 %31 %48 %66 %83 %
5 h4 h3 h2 h1 h
 
 
Sans rien changer à sa pose parfaitement protocolaire, la femme, tout à coup, ouvrit le col de son kimono. Mon oreille percevait presque le crissement de la soie frottée par l’envers raide de la ceinture. Deux seins de neige apparurent. Je retins mon souffle. Elle prit dans ses mains l’une des blanches et opulentes mamelles et je crus voir qu’elle se mettait à la pétrir. L’officier, toujours agenouillé devant sa compagne, tendit la tasse d’un noir profond.
Sans prétendre l’avoir, à la lettre, vu, j’eus du moins la sensation nette, comme si cela se fût déroulé sous mes yeux, du lait blanc et tiède giclant dans le thé dont l’écume verdâtre emplissait la tasse sombre - s’y apaisant bientôt en ne laissant plus traîner à la surface que de petites taches -, de la face tranquille du breuvage troublé par la mousse laiteuse.

Si vous avez aimé ce livre, ceux-ci peuvent vous plaire : Ces livres vous sont proposés car les lecteurs de NousLisons.fr qui ont aimé Le Pavillon d'Or les ont également appréciés.

Les commentaires :

 
Chronique sociologique et romancée d’un meurtre architectural. Mishima, dans une prose exquise et poétique, tente de retracer le récit de cet apprenti moine qui a incendié le 2 juillet 1950 l’un des trésors nationaux du Japon à Kyoto. Grâce à la préface du traducteur Marc Mécréant, on en apprend plus sur l’arrestation du coupable à l’époque, sur le résultat de l’acte criminel. Mishima, lui, narre le “avant”, ce qui a conduit au crime.
L’approche est passionnante, l’ôde à la nature magique, les descriptions détaillées mais poétiques. Le mobile de l’infamie ? La Beauté, incarnée par le temple. Celui-ci est si beau qu’il occupe toutes les pensées de Hayashi, notre pyromane, à tel point que plus rien d’autre, même les femmes alors qu’il est à un âge où les hormones se réveillent, ne l’enflamme. Il en déduira que le temple est responsable de son incapacité à s’intégrer, ou du moins à apprécier ce que tout le monde trouverait beau et enivrant.
C’est un peu long, mais c’est très bien fait. La traduction des années 60 a un charme indéniable et participe grandement à la beauté du texte en général. La fin du récit laisse un peu le lecteur sur sa faim, d’où l’intérêt de lire la préface pour en savoir plus sur le “après”.
http://livriotheque.free.fr/
http://www.facebook.com/malivriotheque
https://www.youtube.com/channel/UC3O1fss1MLBb5l_M85Z809A
Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Accueil Jeux ebooks Gratuits Lecteurs FAQ Partenaires Contact Dons
(c) NousLisons.fr 2012-2019