NousLisons.fr

Tout pour trouver votre prochaine lecture !

Connexion...
Pseudo :
Passe :
Connexion permanente :
Cocher cette case pour que votre connexion soit conservée même si vous fermez votre navigateur (pendant 3 mois).
Important : Ne la cochez pas si vous êtes plusieurs à utiliser cet ordinateur.
Nouveau passe Créer un compte
Jeux Dons Lecteurs Partenaires Blog
Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates de Mary Ann Shaffer
Date france :
2009.04
Editeur :

Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates

2009
5 h
D'après votre vitesse de lecture (15 000 mots à l'heure), il devrait vous falloir environ 5 h pour lire ce livre.

Temps restant en fonction de l'avancement :

3 %22 %42 %61 %81 %
5 h4 h3 h2 h1 h
 
 
Janvier 1946. Londres se relève douloureusement des drames de la Seconde Guerre Mondiale et Juliet, jeune écrivaine anglaise, est à la recherche du sujet de son prochain roman. Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d’un inconnu, un natif de l’île de Guernesey, va le lui fournir ? Au fil de ses échanges avec son nouveau correspondant, Juliet pénètre son monde et celui de ses amis - un monde insoupçonné, délicieusement excentrique. Celui d’un club de lecture créé pendant la guerre pour échapper aux foudres d’une patrouille allemande un soir où, bravant le couvre-feu, ses membres venaient de déguster un cochon grillé (et une tourte aux épluchures de patates...) délices bien évidemment strictement prohibés par l’occupant. Jamais à court d’imagination, le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates déborde de charme, de drôlerie, de tendresse, d’humanité Juliet est conquise. Peu à peu, elle élargit sa correspondance avec plusieurs membres du Cercle et même d’autres habitants de Guernesey, découvrant l’histoire de l’île, les goûts (littéraires et autres) de chacun, l’impact de l’Occupation allemande sur leurs vies... Jusqu’au jour où elle comprend qu’elle tient avec le Cercle le sujet de son prochain roman. Alors elle répond à l’invitation chaleureuse de ses nouveaux amis et se rend à Guernesey. Ce qu’elle va trouver là-bas changera sa vie à jamais.

Si vous avez aimé ce livre, ceux-ci peuvent vous plaire : Ces livres vous sont proposés car les lecteurs de NousLisons.fr qui ont aimé Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates les ont également appréciés.

Les commentaires :

 
J’avais envie depuis pas mal de temps de découvrir ce roman qui avait reçu tant d’éloges et qui a fait temps de bruit sur internet et dans les différents médias. Un roman épistolaire, succédant à la seconde guerre avec un souvenir de cette douloureuse période, des références littéraires et une petite histoire sentimental pour couronner le tout, j’avais le sentiment que ce livre était fait pour moi.
Oui ? Et non ! A vrai dire j’ai été assez déçue. Si la trame de fond remplie son contrat, le livre par lui-même n’exploite pas assez, à mon sens, ce qu’il promet.
Est-ce parce que j’en attendais trop de ce roman ? Je l’ignore mais le fait est que je n’ai pas réellement apprécié ce roman et même, je me suis parfois ennuyée au cours de ma lecture. En somme, un roman dont le thème est prometteur et dont l’écriture vaut le déplacement mais, malgré tout, pas le grand roman auquel je m’attendais. Dommage.
 
Par où commencer, étant donné que tout, absolument tout m’a plu. Il y a un côté assez paradoxal car, vu l’époque d’après-guerre, on retrouve évidemment toutes les horreurs que la guerre a laissé derrière elle, autant sur le plan matériel que psychologique. On découvre la façon dont les habitants de l’île de Guernesey ont dû cohabiter avec les Allemands, vivant une pénurie terrible, mais aussi le rôle des dirigeants britanniques et la vie dans les camps de travail. Bref, cet aspect-ci est très intéressant mais aussi triste, bien sûr. Mais de l’autre côté, c’est avant tout l’histoire de cette écrivain, Juliet, qui correspond puis rencontre les membres du cercle littéraire de l’île. Dans toutes les lettres, bien que l’on parle souvent de guerre, l’amour - entre hommes, mais aussi pour la littérature - est également très présent. Souvent avec humour, les aventures de chacun sont racontées, et on apprend à connaître cette multitude de personnages, tous plus attachants les uns que les autres. Ils ont tous un petit quelque chose de particulier, une histoire bien à eux et sont liés par leur appartenance au cercle littéraire. A présent, parlons de l’atmosphère générale. Tout au long de ma lecture, j’ai ressenti Guernesey : c’est assez difficile à expliquer, mais j’avais l’impression d’y être, de sentir l’air marin sur mon visage et de me balader sur les côtes. J’ai voyagé, tout simplement, et j’ai compris pourquoi Juliet tombait peu à peu amoureuse de cette île qui semble magique.  En conclusion : C’est un gros coup de coeur pour moi que ce roman au titre qui suscite la curiosité. L’ambiance, les personnages, l’histoire... je n’ai rien à dire de négatif, tout est parfait ! Alors n’attendez pas et lisez-le.
 
Il est rare de trouver à notre époque un roman épistolaire pur : le genre est noble et peu d’auteur s’y frotte. Je n’en avais pas lu depuis la fac il me semble.... Alors quel bonheur de lire un tel roman, surtout quand il est réussi !! J’avoue avoir acheter ce livre pour son titre (j’aime les titre bizarres: Autobiographie d’une courgette, le magasin des suicidés, ...), mais je l’ai savouré pour son contenu!! La couverture me plaisait aussi . C’est un roman plein de fraîcheur, de gaieté (pourtant gravitant autour de la guerre, de l’occupation et des camps de concentration), de vie, d’humour, ...c’est un livre attachant! Autant que le sont les personnages, chacun différent mais touchant, anecdotique mais éclairant l’histoire d’une couleur nouvelle venant parfaire un tableau coloré et chaleureux. Lire leurs lettres, c’est entrer dans leurs vies, y être autoriser, franchir le seuil d’une pièce en y étant invitée avec un sourire. J’ai presque eu le sentiment d’avoir eu ses lettres entre mes mains: je me suis prise pour Juliet dans la première partie!! Ah Juliet !! J’en aurais fait une amie, c’est certain.  Ce livre est accueillant, on tourne les pages en souriant, puis l’air grave d’un coup, on rit de nouveau, on est ravi du dénouement puis on le referme en caressant la couverture comme quand on quitte un ami en le serrant contre soi....  
 
J’ai bien aimé la première partie du récit, malgré qu’il s’essouffle assez vite. On ne peut pas spécialement parler d’un style ou d’une écriture particulière chez Mary Ann Shaffer, dont c’est l’unique roman publié. On est dans un registre assez plat. Peu de reliefs en perspective, même pas au niveau de l’action.
Il est intéressant au début de comprendre comment s’est formé le cercle, et les lettres des habitants de Guernesey regorgent d’anecdotes relatives à la vie pendant la guerre et surtout l’occupation. Mais contrairement à ce qui est voulu, les personnages ne sont pas vraiment attachants. Pourquoi ? Ils sont tous emprunts de bienveillance, tout le monde est beau, tout le monde est gentil, tout le monde raconte son histoire et veut faire plaisir. D’ailleurs, pour faire croire que cette interprétation n’est pas vraie, l’auteur insère trois-quatre pauvres lettres d’une femme considérée comme puritaine, la vraie Miss Cancan du coin, sauf que c’est tellement léger par rapport au débordement de bonne humeur et d’amour des autres que ça ne suffit pas. Pire : à la lecture on n’y pense plus.
Etrangement, Sophie, présentée comme la meilleure amie de Juliet, reçoit quantité de lettres, répond vraisemblablement à sa copine, mais on ne lit jamais ses mots. Je n’ai pas compris cette ellipse qui est à mes yeux une erreur grave. Où est dans ce cas l’intérêt de nous dire que c’est sa meilleure amie ?? J’ai ri quand à la fin Juliet écrit une lettre à Sidney (son éditeur et le frère de Sophie) pour lui expliquer un fait troublant qu’elle ne souhaite pourtant pas raconter à Sophie pour ne pas la perturber pendant sa grossesse. Oui, mais de toute façon on ne l’entend jamais sa copine, alors on s’en fiche !
L’histoire d’amour développée est ridicule, complètement nunuche. Comme l’héroïne d’ailleurs. Elle ne sert à rien, on n’en a rien à faire, nous tout ce qu’on veut c’est qu’on nous parle du cercle. Mais à force, et surtout à partir de la deuxième partie, on n’entend plus trop parler du cercle. On assiste plus à la vie sur l’île. Juliet tombe complètement amoureuse du coin, d’un mec et d’une petite fille qu’elle veut adopter au bout de trois mois alors que la fillette a déjà une famille qui l’a recueillie.
On est dans un idéalisme pathétique, absolument pas crédible. Dommage, la forme épistolaire était un choix judicieux car inhabituel.
http://livriotheque.free.fr/
http://www.facebook.com/malivriotheque
https://www.youtube.com/channel/UC3O1fss1MLBb5l_M85Z809A
 
Je dois avouer que dans un premier temps ce livre ne m’attirait pas du tout. Je trouvais le titre trop farfelu et de ce fait pensais que le livre serait pareil. Et puis à force de lire des avis enthousiastes et positifs, je me suis dit “Pourquoi ne pas tenter ?”. Et je peux vous dire que je ne le regrette pas. Voici un livre plein d’humour et de sensibilité. Les personnages sont très attachants et le côté épistolaire du récit est très agréable à lire. Le sujet traite de l’occupation de l’île de Guernesey pendant la Seconde Guerre Mondiale. A travers leur correspondance avec Juliet, les habitants nous racontent leurs conditions de vie pendant cette période, le tout parsemé d’anecdotes, assez cocasses pour certaines. En résumé, j’ai passé un agréable moment en compagnie de Juliet, Sydney, Sophie et tous les membres du “Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates"
 
Alors, quand j’ai acheté ce livre, il était tout seul dans son rayon, alors je l’ai pris pour qu’il ait de la compagnie dans ma bibliothéque... Et je n’ai JAMAIS regretté cet achat tout au long de ma lecture. C’est le seul livre que j’ai lu... 2 fois! Je me suis sentie transportée, j’avais l’impression de faire partie de ce roman. Même si c’est un roman épistolaire, on n’a pas l’impression de “violer” l’intimité de ces lettres, mais d’accéder à l’histoire parce que ces protagonistes le permettent... Bref... Lisez, mes petits loups, LISEZ!
Mon petit blog
 
Une merveilleuse découverte. Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates c’est l’histoire de Juliet et de ses correspondants de Guernesey et Londres. Je dois bien vous avouer que si ce livre n’avez pas été aussi connu je ne m’y saurais jamais arrêtée dessus.
Je n’aime pas les romans épistolaires, la couvertures n’est pas spécialement attirante et le titre est pour le moins étrange.
Je sais que ce n’est pas bien de juger un livre à sa couverture, et sur ce coup ça m’aurait vraiment fait défaut. Comme dit plus haut je ne suis vraiment pas fan des romans épistolaires mais là, j’ai vraiment été totalement transportée. C’est vrai que j’affectionne particulièrement les histoires sur la guerre.
Et il faut dire que j’en est lu vraiment pas mal.
Mais ce livre est différent. Dans ce livre on VIT la guerre.
Ce livre est rempli de témoignages.
Certain mon vraiment bouleversés.
Si j’avais la larme facile j’aurais pleurée pour l’histoire d’Elizabeth et de John Booker.
Franchement, je ne résiste pas aux histoires dans les camps. J’ai vraiment été transportée et je ne me suis pas ennuyée une seule seconde.
Je voulais toujours savoir ce qu’il allait se dire ensuite. Les personnages sont vraiment attachants.
J’ai beaucoup aimée Isola.
Elle est tellement joyeuse.
Elizabeth m’a aussi manquée.
Même si on ne l’a jamais vu on sent qu’il manque quelqu’un dans cette histoire.

J’ai aussi beaucoup aimé voir Mark se faire remballer à la fin.
Si j’avais été toute seule j’aurais vraiment rigolé.

En tout cas une très bonne découverte pour moi.
Je me suis vraiment régalée.
Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Accueil Jeux ebooks Gratuits Lecteurs FAQ Partenaires Contact Dons
(c) NousLisons.fr 2012-2019