NousLisons.fr

Tout pour trouver votre prochaine lecture !

Connexion...
Pseudo :
Passe :
Connexion permanente :
Cocher cette case pour que votre connexion soit conservée même si vous fermez votre navigateur (pendant 3 mois).
Important : Ne la cochez pas si vous êtes plusieurs à utiliser cet ordinateur.
Nouveau passe Créer un compte
Jeux Dons Lecteurs Partenaires Blog
Journal d'un vampire de L.J. Smith
Date france :
2009.02.4
Titre origine :
The Awakening & The Struggle
Date origine :
1991.09.16
Editeur :
ISBN :
9782012017641

Journal d'un vampire

2009
Lecture conseillée à partir de 12 ans (si l'âge conseillé ne vous semble pas correcte, vous pouvez le signaler avec le triangle jaune, à droite quand vous êtes connectés)
6 h
D'après votre vitesse de lecture (15 000 mots à l'heure), il devrait vous falloir environ 6 h pour lire ce livre.

Temps restant en fonction de l'avancement :

14 %31 %48 %66 %83 %
5 h4 h3 h2 h1 h
 
 
Dès l’arrivée de Stefan Salvatore à Fell’s Church, Elena, la reine du lycée, se jure de la séduire. D’abord distant, le garçon aux allures d’ange rebelle finit par céder à sa passion dévorante et lui révéler son terrible secret. Quelques siècles plus tôt, la femme qu’il aimait l’a transformé en vampire, avant de le trahir avec son frère ennemi, Damon. Des évènements tragiques se succèdent bientôt dans la région. Tout accuse Stefan mais Elena est convaincue de son innocence. Et si Damon, vampire cruel et assoiffé de sang, était derrière tout cela ? L’histoire est-elle amenée à se répéter ? Le récit captivant de deux frères vampires déchirés par l’amour d’une même femme. Un triangle amoureux d’une dangereuse sensualité. Cette édition regroupe les 2 premiers tomes (La Naissance & Princesse des ténèbres), édité par J’ai Lu le 16 mars 2000.

Si vous avez aimé ce livre, ceux-ci peuvent vous plaire : Ces livres vous sont proposés car les lecteurs de NousLisons.fr qui ont aimé Journal d'un vampire les ont également appréciés.

Les commentaires :

 
Après avoir découvert la série « The Vampire Diaries », j’étais curieuse de commencer « Journal d’un vampire. »
Autant vous dire tout de suite, même si j’ai bien aimé ce bouquin, je lui préfère la série.
Quand j’ai commencé les premières pages, j’ai bien cru que j’allais refermer ce roman tellement je trouvais qu’il n’avait rien à voir avec la série.
Heureusement, j’ai eu envie de continuer en me disant que la suite passerait peut-être mieux.
Finalement, en avançant dans les chapitres, j’ai commencé à accrocher mais pas autant que je l’espérais.
Il m’a fallu du temps pour m’attacher aux personnages qui sont tellement différents par rapport à la série mais en continuant la lecture j’ai appris à les connaître et à les apprécier surtout Damon.
Au niveau de l’intrigue et du suspense, j’ai trouvé dans ce bouquin, ce que j’attendais.
Point de vue écriture, le style est très simple et cette œuvre se lit très vite.
Malgré le démarrage difficile de ce premier tome, je vais continuer la saga et lire le deuxième opus en espérant qu’il soit un peu mieux et je ne peux que vous conseiller, si comme moi, vous avez du mal à démarrer ce premier tome d’essayer d’aller un peu plus loin.
 
Grosse déception: l’intrigue est trop peu consistante, les personnages superficiels, et le tout semble bien creux. Les clichés s’enfilent comme des perles sur un collier et le récit est truffé de grosses ficelles visibles des pages à l’avance. L’unique avantage, c’est que le roman se lit vite.
 
La saga : “Le journal d’un vampire” par L.J. Smith a été édité pour la première fois en 1991 sous le titre de “The Awakening” pour le premier tome et a été réédité par la suite en 2009. Pour commencer, je dois bien dire que je n’ai pas du tout adhéré à ce roman, se fut une lecture très pénible, longue et ennuyeuse. J’ai eu énormément de difficulté à finir ce tome. En ce qui concerne l’histoire, je l’ai trouvé fade et très plate. Le récit est beaucoup trop mou, il n’y a pas d’action et énormément de longueur. Quant aux personnages, ils manquent énormément de profondeur. Je les ai trouvé très caricaturaux, antipathiques et superficielles (pour Elena), Et parlons des vampires, qui quant a eux n’ont aucun charisme, aucun magnétisme, ils me font pensé à de vrai fillette. Comme vous vous en doutez, je n’ai vraiment pas apprécié ma lecture et je ne pense pas lire les autres volumes. En résumé
Points positifs ¤ L.J. Smith n’a pas surfer sur la vague actuelle “vampire” mais en est la précurseur. On parle souvent de similitude entre le journal d’un vampire et Twilight, cependant il ne faut pas oublier que celui-ci a été écrit bien avant. ¤ Il ne fait que 448 pages (même si j’ai l’impression d’en avoir lu le double ^^). 
Points négatifs ¤ Des personnages insupportables, sans relief. ¤ Très peu d’action voir pas du tout. ¤ Une histoire d’amour peu crédible et pas du tout émouvante.
 
Tout d’abord, je m’adresse aux fans de la série télé qui n’ont pas lu les livres : n’arrêtez pas votre lecture sous prétexte que la série et le livre ne correspondent pas. Il faut garder à l’esprit que ce n’est pas le livre qui n’est pas fidèle à la série mais cette dernière qui a pris quelques éléments pour en faire cette machine à succès. 
En premier lieu, je trouve que l’édition française a bien fait de réunir les deux tomes en un seul car la première partie est horriblement longue à mettre tous les éléments en place, ce qui aurait fait un premier tome très insuffisant et peu tangible. En effet, la première partie est très lente pour ce qui est de la relation entre Elena et Stefan, le lecteur n’arrive à mettre que trop tardivement des mots sur ce qui l’entoure. Heureusement, la première partie est rattrapée par la seconde qui est beaucoup mieux du fait que toutes les zones d’ombres sont levés concernant Stefan mais surtout parce que Damon est définitivement intégré à l’histoire et prend donc plus d’ampleur. Ce détail permet de quitter l’impression terrible – et horrible – que donnait le début du roman à savoir qu’il n’était qu’un livre de plus sur les malheurs de la fille la plus populaire du lycée que sa mortelle rivale et ancienne meilleure amie veut détrôner. Tellement cliché et insupportable. Il s’agit de ma deuxième lecture du roman et je dois avouer que la première fois j’avais beaucoup aimé mais ici, le scénario – tout spécifiquement – ne me laisse pas vraiment un souvenir impérissable et enthousiasme. Il est même très moyen clairement. De plus, l’auteur est assez répétitive dans ses manières de faire, je m’explique. On retrouve quasi exactement la même scène dans Ensorceleuse, le troisième tome de la décalogie Night World, et dans ce roman, lors de la soirée d’Halloween.
Si donc le roman ne brille pas par son scénario très développé et sophistiqué, il se détache en revanche par la manière dont l’a écrit L.J. Smith.  En effet, j’aime beaucoup la façon dont elle utilise les moyens que lui offre l’écriture pour varier les points de vue. Si généralement, le lecteur est placé dans la tête d’Elena, le style d’écriture n’en garde pas moins un aspect soigné et formel, loin des propos qu’utiliserait une jeune fille de dix-sept ans. En revanche, l’auteur s’ouvre de multiples possibilités en glissant des morceaux de journal intime qui ainsi laisse non seulement voir les pensées les plus profondes d’Elena mais aussi montre un style plus libéré. Enfin, les transitions passé/ présent sont très bien faites et ne posent aucun problème au lecteur qui, avide, en demande toujours plus. 
Enfin, ce sont surtout les personnages qui permettent à ce roman de se dégager de ses confrères de la bit-lit. Elena est une héroïne surprenante par le fait qu’elle est une garce et semble même pas s’en rendre compte. Elle tient pour acquis et normale tout ce qui l’entoure, pire elle se sent insultée, humiliée et outragée si quelqu’un ne lui cède pas. Bref, elle est détestable et insupportable. Mais petit à petit, elle change, se rend compte de certains faits et évolue. C’est une chose qui m’a vraiment impressionné dans le roman. Elena a mûri rapidement mais aussi lentement si bien que cette évolution ne choque pas, elle semble naturelle, ce qui montre le talent de l’auteur. 
Pour ce qui est de Stefan, il est un subtile mélange entre le prédateur et l’âme torturée qui a horreur de ce qu’il est et donc chasse les animaux et non pas les humains (hé oui, Edward et Stephenie Meyer n’ont rien inventé …). De ce fait, il peut être un brin agaçant lorsqu’il essaye de faire le chevalier blanc pour Elena tout en lui disant qu’il est mauvais et qu’il serait donc mal qu’il se voit encore. Toutefois, son côté protecteur, sensible et indéniablement romantique est un atout pour lui qui montre une dévotion … sans faille ? A voir. 
Damon … Ah Damon. Le cruel, l’impitoyable Damon. Il représente le vampire fier de sa condition et dédaigne totalement son frère à cause de ses états d’âmes trop humains. Il est cruel, surpuissant et totalement ambiguë. Que veut-il d’Elena ? Il est impossible de savoir ce qu’il veut vraiment. Ce qui en fait sans conteste le meilleur personnage du roman.  En somme, ce premier tome ne brille pas par l’originalité du scénario mou mais par les promesses que recèlent l’univers
Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Accueil Jeux ebooks Gratuits Lecteurs FAQ Partenaires Contact Dons
(c) NousLisons.fr 2012-2017