NousLisons.fr

Tout pour trouver votre prochaine lecture !

Connexion...
Pseudo :
Passe :
Connexion permanente :
Cocher cette case pour que votre connexion soit conservée même si vous fermez votre navigateur (pendant 3 mois).
Important : Ne la cochez pas si vous êtes plusieurs à utiliser cet ordinateur.
Nouveau passe Créer un compte
Jeux Dons Lecteurs Partenaires Blog
La stratégie Ender de Orson Scott Card
Date france :
1986
Titre origine :
Ender's game
Date origine :
1985
Traducteur :
Florence Magnin
Editeur :
ISBN :
2720102806

La stratégie Ender

1986
7 h
D'après votre vitesse de lecture (15 000 mots à l'heure), il devrait vous falloir environ 7 h pour lire ce livre.

Temps restant en fonction de l'avancement :

13 %28 %42 %57 %71 %86 %
6 h5 h4 h3 h2 h1 h
 
 
Qui es-tu, ender Wiggin ? Tu as six ans, et un moniteur branché sur ton cerveau surveille la moindre de tes pensées. Tu avais fini par t’y habituer. Et voilà qu’on te l’enlève ! Ne serais-tu pas assez intelligent ? Déjà les test de ton frère et de ta soeur avaient révélé quelques failles. Deux enfants surdoués, pourtant ! C’est pourquoi les militaires ont programmé ta naissance. Ne recherchent-ils pas les grosses têtes, depuis que la Terre vit sous la menace d’une nouvelle invasion ? Des grosses têtes qui deviendront des soldats.
Pauvre Ender ! Si différent de tes camarades, si solidaire. Surtout depuis que tu as été sélectionné pour entrer à l’école de guerre ! Les adultes prétendent que toi seul peux sauver la planète, la race humaine. Encore un de leurs mensonges ? A moins que ton innocence ne permette vraiment ce miracle...

Si vous avez aimé ce livre, ceux-ci peuvent vous plaire : Ces livres vous sont proposés car les lecteurs de NousLisons.fr qui ont aimé La stratégie Ender les ont également appréciés.

Les commentaires :

 
Jules qui insiste pour m’emmener voir le film (très bon) adaptant l’un de ses livres préférés d’adolescent et me voilà embarquée dans la lecture de La Stratégie Ender, curieuse que je suis.
Même en étant inhabitué à la science-fiction, le lecteur trouve facilement son compte dans cette histoire guerro-futuresque. Orson Scott Card prend son temps pour distiller de précieuses informations et ne dévoile l’intérêt de sa série que dans les dernières vingt pages, pleines de sang et de remords. L’histoire de ce jeune garçon au destin tout tracé et qui ne peut plus penser par lui-même s’avère fascinante, malgré quelques travers d’écriture que je vais maintenant développer.
Chaque chapitre s’ouvre sur un dialogue déterminant entre adultes responsables de la formation et surtout de la vie d’Ender. Ces passages, quoique puissamment informatifs sur les enjeux réels qui entourent l’éducation du jeune garçon, restent parfois gênants dans la mesure où ils sont difficiles à bien appréhender. Les premiers sont certainement les plus déroutants, vu qu’on met du temps à en apprécier l’importance. L’écriture de Card se révèle également par moments compliquée à suivre, avec des paragraphes descriptifs de lieux ou d’actions assez confus, comme si l’auteur visualisait parfaitement l’image dans sa tête mais était incapable de la retranscrire à l’écrit. En résulte des pages et des pages de jeux de guerre sans qu’on comprenne réellement comment et pourquoi l’équipe d’Ender a remporté la partie.
Le livre reste d’ailleurs trop longtemps concentré sur la formation du personnage. On met du temps à arriver au vif du sujet.
Ensuite, l’on peut être particulièrement perplexe face à tous ces enfants de six ans qui parlent et agissent presque comme des adultes. C’est un point essentiel du roman de Card, qui ainsi nous fait réfléchir sur le poids de l’avenir que les générations adultes mettent sur les épaules de leurs plus jeunes. L’influence d’Aldous Huxley sans doute ! En tant que presque néophyte en science-fiction littéraire (car je suis plus rodée en science-fiction cinématographique et télévisuelle), j’ai eu du mal à me figurer cet aspect-là, bien que je comprenne que ce sont des enfants qui ont été élevés dans le but précis de ne pas être des enfants...
Enfin, je reprocherais à cette histoire qui a mon âge d’être trop ancrée dans la Guerre Froide, en opposant comme de par hasard les Russes aux Américains. L’auteur aurait au moins pu tenter d’être plus subtile ! Presque trente ans après, ça fait sourire.
Le mot de la fin donne à l’Homme le mauvais rôle, et c’est très bon. Il donne clairement envie de lire la suite.
Pour terminer, quel dommage que le titre de la traduction française (originellement Ender’s Game) perde le terme de “jeu”, constamment repris dans le texte, car il a tout son sens...
http://livriotheque.free.fr/
http://www.facebook.com/malivriotheque
https://www.youtube.com/channel/UC3O1fss1MLBb5l_M85Z809A
Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Accueil Jeux ebooks Gratuits Lecteurs FAQ Partenaires Contact Dons
(c) NousLisons.fr 2012-2018