NousLisons.fr

Tout pour trouver votre prochaine lecture !

Connexion...
Pseudo :
Passe :
Connexion permanente :
Cocher cette case pour que votre connexion soit conservée même si vous fermez votre navigateur (pendant 3 mois).
Important : Ne la cochez pas si vous êtes plusieurs à utiliser cet ordinateur.
Nouveau passe Créer un compte
Jeux Dons Lecteurs Partenaires Blog
Inner City de Jean-Marc Ligny
Date france :
2015.12.3
Editeur :

Inner City

2015
5½ h
D'après votre vitesse de lecture (15 000 mots à l'heure), il devrait vous falloir environ 5½ h pour lire ce livre.

Temps restant en fonction de l'avancement :

6 %25 %44 %63 %81 %
5 h4 h3 h2 h1 h
 
 
Ruaud En quelques années, Paris est devenue une ville fantôme. Ses derniers habitants sont plongés en permanence dans les réalités virtuelles, bien protégés par une enceinte qui garde à l’extérieur, en banlieue, les pauvres et les miséreux. Mais leur vie dorée est menacée par un tueur agissant dans la Haute Réalité tandis que de l’autre côté du périf, la révolte gronde. Dans ce climat explosif, Hang traque les scoops les plus sanglants pour mieux les injecter (et les vendre) dans ces mondes virtuels pendant que Kriss enquête pour neutraliser ce serial killer...
Roman cyberpunk clef dans la science fiction française et dans la bibliographie de Jean-Marc Ligny (AquaTM, La Saga d’Oap Täo...), Inner City est une nouvelle preuve de l’engagement de son auteur. Il a été couronné à sa sortie par le Grand Prix de l’Imaginaire.

Les commentaires :

 
Avec Inner City nous avons à la fois un livre d’Anticipation et de Science-Fiction dure. Je m’explique : l’auteur reprend ici les bases du roman d’anticipation (futur proche axé sur le fort développement d’un thème, ici internet et les réalités virtuelles type Second Life, le tout dégageant un message, sans oublier bien entendu un nuage de romance ou d’érotisme), mais au lieu de juste développer une simple intrigue autour de son thème, il creuse les techniques liées à ce futur d’internet et n’hésite pas, à la Inception, à superposer les couches de réalités, de virtuelles, voir plus... Il faut donc rester concentré pour ne pas se perdre dans certains passages. Pour contrebalancer les “difficultés” dont je parlais, il y a relativement peu de personnage, et ils sont bien introduits (longuement et en séquence au fil des premiers chapitres). Science-Fiction oblige, nous avons un peu de vocabulaire inventé, mais il est plus que compréhensible et n’est en rien une gêne à la lecture : noman (pour no man’s land) ; vert-clignote, rouge-flash... Pas de fautes non plus sur le planté du décors. Tant pour les parties réelles que virtuelles, l’écriture est parfaitement imagée. J’ai eu un peu plus de mal sur certains points :
- le clivage Paris/Banlieue. Même s’il y a message et qu’il est nécessaire pour l’intrigue, j’ai trouvé qu’il s’intégrait mal avec une logique de réseau planétaire, d’autant qu’une fois sortie de Banlieue, la Province est elle aussi raccordée.
- Max, l’IA du système de surveillance, qui se la joue free-lance et hacker
- le chevauchement des niveaux des réalités. J’ai déjà mentionné qu’il fallait rester concentrer sur certains passages, mais je pense que pour ces chevauchements/interactions une deuxième lecture devrait apporter un meilleur éclairage.
- après la “phase” de présentation de ce riche environnement où nous découvrons la basse Réalité des privilégiés, celle de la banlieue, le virtuelle avec les communications, les jeux, le cyberlove... je sentais qu’il y avait “plus”, mais l’intrigue était longue à décoller. En clin d’oeil, nous avons un commissaire qui s’inspire de ses jeux virtuels pour préparer son intervention dans le réel... mais après un début prometteur :

Le commissaire jubile : tout fonctionne à la perfection. Il a piqué cette stratégie dans un hunt auquel il joue souvent
[...]
En fait, personne n’a triché, réalise le commissaire : c’est seulement la Basse Réalité… Rien ne s’y passe comme on le prévoit.
  La fin est...
... une petite déception. Déjà elle s’arrête très/trop court (en une phrase). C’est perturbant, d’autant que le livre n’est pas finie, il enchaîne sur une nouvelle avec certains des personnages secondaires. J’y suis passé trop vite croyant avoir un nouveau chapitre de l’histoire principale (et j’ai mis un moment à comprendre ce qu’il se passait. J’aurais aimé avoir une fin un peu plus approfondie et une séparation plus nette avec la nouvelle. Peut-être est-ce le cas sur la version papier, mais dans l’epub c’est un peu rapide. La fin semble confirmer que nous n’avions en fin de compte “qu’une” enquête policière à cheval sur des mondes réels et virtuels. Il n’y a pas de rappel des messages que semblait porter ce livre. C’est d’autant plus dommage qu’il y avait, à mon sens, un fort potentiel.
Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Accueil Jeux ebooks Gratuits Lecteurs FAQ Partenaires Contact Dons
(c) NousLisons.fr 2012-2019