NousLisons.fr

Tout pour trouver votre prochaine lecture !

Connexion...
Pseudo :
Passe :
Connexion permanente :
Cocher cette case pour que votre connexion soit conservée même si vous fermez votre navigateur (pendant 3 mois).
Important : Ne la cochez pas si vous êtes plusieurs à utiliser cet ordinateur.
Nouveau passe Créer un compte
Jeux Dons Lecteurs Partenaires Blog
Vampire et célibataire de MaryJanice Davidson
Date france :
2011
Titre origine :
Undead and Unwed
Date origine :
2002
Editeur :
ISBN :
9782811204686

Vampire et célibataire

2011
5 h
D'après votre vitesse de lecture (15 000 mots à l'heure), il devrait vous falloir environ 5 h pour lire ce livre.

Temps restant en fonction de l'avancement :

21 %41 %61 %80 %
4 h3 h2 h1 h
 
 
Elle voulait juste être la reine du bal...
Elle va devenir la reine des vampires !
La série de bit-lit pour toutes celles qui dévorent de la chick-lit !
À son réveil à la morgue, Betsy Taylor découvre qu’elle est un vampire. Même si sa nouvelle condition possède de nombreux avantages, elle a bien du mal à s’habituer à son régime à base de liquide. Et même si sa mère est ravie d’apprendre que la mort ne lui empêchera pas de lui rendre visite, ses nouveaux amis nocturnes, eux, ont la conviction ridicule qu’elle est la reine annoncée par la prophétie.

Si vous avez aimé ce livre, ceux-ci peuvent vous plaire : Ces livres vous sont proposés car les lecteurs de NousLisons.fr qui ont aimé Vampire et célibataire les ont également appréciés.

Les commentaires :

 
Besty, Élisabeth Taylor de son nom entier (ça ne s’invente pas, enfin si, mais vous m’avez compris!) mène la vie lambda d’une célibataire presque trentenaire, partagée entre boulot, mode et vie sentimentale inexistante. Jusqu’au jour ou tout bascule, elle perd son emploi et meurt le même jour ! Sauf qu’elle se réveille vampire quelques jours plus tard, et ça là que nous, lecteurs, on commence à se régaler ! J’ai beaucoup aimé cette lecture, Betsy est vraiment un personnage rafraichissant et plein de peps ! On n’a jamais l’occasion de s’ennuyer avec elle. Sa vie, qu’elle qualifie d’inintéressante, nous entraine de rebondissement en rebondissement. J’ai trouvé Besty très attachante et sa répartie à mourir de rire, j’aimerais avoir la même pour clouer le bec certaines personnes IRL.
Bien sûr certaines situations sont abracadabrantes, tirées par les cheveux, mais c’est ce comique de situation qui fait tout le charme du livre, comme un vieux vaudeville !
Les autres personnages du roman sont aussi limite caricaturaux, mais tous s’accordent merveilleusement avec l’histoire, et ceux qui gravitent dans le cercle proche de Betsy sont aussi hilarant qu’elle.
L’histoire n’aurait d’ailleurs pas été complète sans la présence d’un beau brun ténébreux entouré de mystère. Donc oui, il est là et s’appelle Saintclair, bien sûr il est beau, costaud, intelligent et drôle ! Ah bah oui ! Faut bien ça ! Mais s’il en avait été autrement cette comédie n’aurait pas été aussi savoureuse. L’intrigue ne casse pas 3 pattes à un canard, elle est assez cossue de fil blanc, mais ce n’est pas ce qu’on demande à ce roman. Non, on lui demande d’être divertissant, de nous faire passer un bon moment en déconnectant de la réalité. Vous l’aurez compris, Queen Betsy ne révolutionne pas le genre, mais permet de passer un bon moment.
 
Ca faisait un moment que ce premier tome était dans ma PAL et j’en avais lu tellement de bons avis sur la blogo qu’il fallait à tout prix que je me lance.
Et voilà que ce premier tome de Queen Betsy est un énorme coup de cœur pour moi.
Ce mélange de bit-lit et de Chick-lit que l’on peut même retrouver sur la couverture du livre et qui me rappelle un peu le tome 1 de Sarah Dearly est vraiment très agréable à lire.
A peine je l’ai commencé, que j’ai eu du mal à le poser. J’ai été happée par l’histoire.
Betsy, l’héroine principale, est vraiment très attachante et marrante. C’est également un véritable moulin à parole qui va devoir gérer sa nouvelle vie de vampire. Elle est aussi très superficielle. Dès son réveil dans son tombeau, la première chose à laquelle elle pense sont son tailleur et ses chaussures.
Les autres personnages que l’on peut retrouver tout au long de ce premier tome sont tout aussi attachants et passionnants.
Quel bonheur de penser que ce n’est que le tome 1 d’une longue saga. J’attends avec impatience de pouvoir aller m’acheter le tome 2.
 
Qui n’a jamais entendu parler de cette fameuse saga, et de cette chère Betsy ? C’est l’une des saga phare du moment, et on comprends pourquoi. Le monde de la bit-lit séduit de plus en plus de lecteurs – en même temps, comment résister à des héroïnes qui n’ont peur de rien, et qui affrontent ou sont de drôles de créatures ? - tout comme celui de la chick-lit qui nous permet de décompresser, et surtout de rire. Forcément, le mélange de ces deux genres ne peut donner que quelque chose de détonant. C’est ce qu’on retrouve dans la saga Queen Betsy. Je tiens à préciser que j’ai également lu ce livre pour les baby challenge bit-lit et chick-lit 2012. Je vous annonce tout de suite la couleur, ce premier tome a été un coup de cœur, et qui plus est, le premier de l’année 2012. Je la commence bien celle-ci ! Ce qui m’a séduite en premier lieu fut bien sûr, ce fameux mélange des genres. Après quoi, je dois bien l’avouer, la couverture a joué un rôle assez important. En même temps, elle donne déjà le ton. C’est « glamour » tout en restant dans l’univers vampirique. Que demander de plus ? Bref ! Le personnage de Betsy est juste détonnant. Cette jolie blonde, fana de chaussures, et secrétaire, a une répartie hors pair ! Je dois bien avouer que je me suis par moment reconnue en elle, et pas seulement à cause de ma collection de talons hauts – bon marché, cela dit - en passant - et à mon titre récemment acquit, de secrétaire – médicale pour ma part. Enfin bref ! J’ai donc beaucoup aimé le caractère de la belle. Il est vrai que parfois elle peut sembler vulgaire, puisqu’on retrouve tout au long du roman des « putain » ou des « merde », mais personnellement, cela ne m’a pas vraiment choqué. En même temps, qui ne prononce pas au moins une injure de ce genre par jour ? J’ai également beaucoup apprécié les autres personnages, tels que Sinclair – Éric, même si je ne suis pas sûre d’arriver à l’appeler comme ça xD – Tina, Jessica ou Marc. Mais le meilleur reste tout de même Sinclair, avec son physique alléchant, son comportement envers Betsy, et son caractère. D’ailleurs, en parlant de ces deux, j’ai adoré leur relation chien et chat. On se demande toujours qui « gagnera » leurs joutes verbales. Il y a un autre point qui m’a fortement plu, et qu’on ne retrouve pas assez à mon goût dans d’autres saga – même si pour le moment je n’en ai pas lus tant que ça. Jessica et Marc sont les amis de Betsy, et sont humains. D’accord, ils sont au courant de tout ce qui se trafique, mais jamais, jusqu’ici, ils n’ont à proprement parler participé à un combat contre les « méchants ». Ca, c’était exclusivement réservé à ses amis vampires. Et ce non mélange des mondes, si on peut dire ça comme ça, m’a plu ! Pour une fois, les humains restent à leur place, tout en aidant du mieux qu’ils peuvent, et les vampires se battent. Enfin quelque chose de logique ! En même temps, comment un humain pourrait faire le poids face à une créature de la nuit ? Bref, je suis heureuse d’avoir retrouvé ce point dans cette saga. J’ai tout de même un petit point négatif à critiquer pour ce premier tome. J’ai trouvé le combat avec Nostro trop rapide, voire trop simple. J’avais presque l’impression qu’en deux temps, trois mouvements le tour était joué. Après, ce n’était peut-être qu’une impression, mais niveau combat, je m’attendais – ou j’aurais espéré ? – à quelque chose d’autre. Cela dit, cette seule petite ombre au tableau ne change rien au fait que ce premier tome soit vraiment sympathique, sans prise de tête, et surtout un coup de cœur pour moi. D’ailleurs, j’ai déjà entamé le second tome, que j’ai presque fini, cela dit en passant, et dont la chronique devrait surement arriver dans les prochains jours. En somme : Courrez vous le procurer ! De la bit-lit glamour, c’est pas tous les jours !
 
“Vampire et célibataire” semble avoir été écrit pour se moquer gentiment des récits de bit-lit très en vogue actuellement dans la littérature pour jeunes adultes. Plus d’une fois, le mythe du vampire en prend pour son grade, notamment lors des rencontres entre Betsy et Nostro.
Véritable caricature, celui-ci ne porte que du noir et siège sur un trône, avec pour seul résultat de ressembler à un Dracula de bas étage, mal fagoté, chauve et ventripotent.


Betsy, dont le vrai nom est Elizabeth Taylor (inutile de préciser qu’elle préfère son surnom), est, de son côté, très éloignée des héroïnes habituelles de la bit-lit. Loin d’être une guerrière ou une asociale attirée par les créatures surnaturelles, Betsy est une fille ordinaire, très attentive à son look et parfois un peu stupide. Elle a la langue bien pendue et rend plusieurs vampires complètement fous avec son bavardage incessant, souffre de problèmes de concentration et entend continuer à mener sa vie comme elle l’entend malgré sa transformation en vampire.

Ce premier tome des aventures de Betsy est donc très agréable à lire et, malgré un certain manque d’action (la bagarre entre vampires n’éclatant réellement que dans le dernier quart du roman), on ne s’ennuie pas. Betsy est très attachante et son humour imprègne tout le récit. Plus s’une fois, j’ai souri (ou même ri) en découvrant ses réactions face aux vampires qui croisent sa route. Sa passion des belles chaussures n’était pas pour me déplaire non plus et les détails donnés sur les différentes marques présentes dans son dressing " spécial chaussures " m’ont semblé très alléchants.

Deux points négatifs sont pourtant à souligner en ce qui me concerne. Sans être particulièrement prude, j’ai trouvé certains détails concernant la sexualité des vampires très osés.
Ainsi, je n’ai pas compris l’intérêt de lier les morsures des vampires au sexe, comme c’est le cas tout au long du roman.
De plus, il ne faut pas non plus oublier que, depuis la saga Twilight, les récits de vampires sont plutôt destinés à un jeune public ; or, ce Queen Betsy n’est pas vraiment adapté à ce type de lecteurs.

Enfin, j’ai trouvé les détails de la transformation de Betsy peu clairs.
Pourquoi a-t-elle été attaquée par les Monstres de Nostro, qui sont pourtant enfermés sous bonne garde dans la propriété de celui-ci ? Les Monstres, particulièrement affamés, ont-ils réussi à s’échapper ? Nostro connaissait-il la prédiction sur la Reine et a-t-il deviné qu’il s’agissait de Betsy, provoquant sa transformation pour contrôler le vampire qu’elle deviendrait ? Tout cela reste très flou.
Comme il s’agit d’une saga, espérons que les autres volumes apportent certaines précisions.
 
Le jour de son licenciement, Elizabeth Taylor (non non, ce n’est pas une blague!) meurt. Comme ça, bêtement, percutée par une voiture dans la neige. Son décès achève une vie assez peu intéressante (d’après elle). Seulement voilà: la mort n’est pas toujours définitive. Et Elizabeth - dite Betsy - en fait l’étrange expérience, en se réveillant à la morgue, affublée d’un horrible tailleur rose et de chaussures antédiluviennes. Voyant en cela une mesquine vengeance de son insupportable belle-mère visant à la priver dans l’au-delà des chaussures de créateur dont elle raffole et qu’elle amasse péniblement, Betsy fonce sans plus tarder régler cet improbable détail. Révélant au passage à ses proches que non seulement, elle n’est pas morte, mais qu’elle s’est en plus relevée comme vampire.
Le décor ainsi planté, on a les bases du roman, qui mêle bit-lit et chick-lit avec plus ou moins de bonheur. L’héroïne, vampire, donc, au fort caractère, ne tarde pas à faire preuve de surprenantes facultés qu’elle démontre à tout va, au grand dam de la communauté vampire. de sorte que l’ouvrage se lit assez vite; quelques dialogues percutants, des situations cocasses - voire loufoques - narrés dans un style parfois un peu maladroit (mais cela vient peut-être simplement de la traduction).
La partie prophétique, avec le traitement que lui réserve l’héroïne participe largement au comique de l’histoire, bien loin des ouvrages purement bit-lit.
Le livre est assez divertissant, et ne se prend manifestement pas très au sérieux; drôle et léger, sans prétentions, il est idéal pour décompresser!
 
Elizabeth “Betsy” Taylor vient de se faire virer de son poste de secrétaire et comme un malheur n’arrive jamais seul, elle meurt dans un accident le soir-même. Mais lorsqu’elle se réveille à la morgue, elle comprend bien que quelque chose cloche (même si son principal problème à ce moment-là est de se réveiller avec des fringues immondes sur le dos !)... Elle ne s’est pas encore ce qu’il se passe vraiment mais elle va vite apprendre à vivre avec son nouveau statut de vampire... Je ne suis pas trop chick-lit et pourtant, c’est passé tout seul avec cette saga ! Il y a pas mal de chichis pour des fringues ou des chaussures, mais Betsy a un tel caractère, une telle personnalité, qu’on en redemande encore ! Elle ne s’occupe pas de la personne qui se trouve en face d’elle : elle dit ce qu’elle a à dire et tant pis si c’est une personne importante qui se trouve être son interlocuteur... Elle voit les choses d’une façon bien précise et elle s’y tient !
Dans ce premier tome, on rigole, on sourit, du début à la fin ! À chaque pages ! Vraiment, ça fait longtemps que je n’avais pas lu quelque chose d’aussi hilarant et divertissant, et c’est un pur bonheur. Betsy se déconcentre vite quand on lui parle (ou même quand elle narre un événement...), du coup, elle a des répliques assez cocasses qui font bien leur petit effet. Un délice ! Mais derrière ces clichés et ces touches de légèreté, il y a quand même une intrigue bien sérieuse (qui est compliqué à prendre au sérieux en fait, vu qu’elle-même ne se sent pas concernée)... En effet, Betsy est annoncée par une prophétie comme étant la nouvelle reine... Elle est attendue depuis très longtemps, même si elle ne prend pas cela au sérieux et qu’elle s’en fout éperdument. Le maître vampire de la ville compte bien se débarrasser d’elle... Sauf que c’est mal connaître Betsy... Elle a bien tout essayé pour mourir à nouveau mais rien n’a l’air de marcher, alors quand le Maître essaie à son tour, ça la fait bien rire... S’ensuit donc une lutte, une guerre (presque) sans merci.
L’intrigue n’est pas exceptionnelle, mais elle joue avec le contraste sérieux/léger. Il fallait bien une histoire de fond sinon il manquerait quelque chose... On retient surtout l’humour hors du commun de Betsy : ses répliques, ses réactions (parfois complètement démesurées mais tellement drôles !)... Impossible de ne pas s’attacher à Betsy, de rester insensible face à sa personnalité ! Elle a beau être superficielle et totalement à l’ouest, son côté franc et ironique la rendent unique et intéressante (!). Je ne pensais pas qu’un roman pouvait me faire autant rire ! Je suis très contente d’avoir découvert cette saga et je compte bien lire la suite au plus vite. Mais pas uniquement pour son humour. Il y a aussi une petite histoire d’amour (qu’elle n’ose pas s’avouer...) et Sinclair me plait bien pour le moment. Ils ont des réparties parfois cinglantes et j’aime beaucoup les suivre tous les deux ! Tout ça pour dire que c’est un énorme coup de coeur et que si vous avez besoin d’une lecture tranquille ou de rigoler un bon coup, cette saga est faite pour vous !
 
Dans ce premier tome, on découvre Betsy ou plutôt Elizabeth Taylor qui est une grande gourde à la tignasse blonde, superficielle au plus au point et dont sa seule véritable passion tourne autour des chaussure de grandes marques, bien évidement. C’est un vrai moulin à parole qui n’a pas sa langue dans sa poche. C’est réplique sont tordantes voire mordantes ^^. On fait aussi la connaissance de Jessica, la meilleurs amie de Betsy qui quant à elle est une grosse raciste en puissance. On fait aussi la connaissance de Marc, qui va devenir le colocataire de Betsy et de bien d’autres encore. On peut dire que la plupart des personnages sont insupportables avec des caractères énormément accentués, mais ça ne dérange pas plus que ça la lecture. On peut même dire que c’est tout ce qui fait le charme, l’attrait de ce livre. Ce sont des personnes que l’on ne supporterait pas en vrai mais que l’on aime plutôt bien ici, ils ont chacun leur propre caractère et sont tous attachants à leur manière. Un premier tome plein d’humour et de légèreté. L’écriture de l’auteur est fluide et prenante. On rigole tout au long, il n’y a pas de temps mort, peu de longueur. C’est un vrai petit bijou humoristique.   En résumé : Les points positifs : ¤ Une roman très drôle. ¤ Des personnages attachants. ¤ Il y a de très bon dialogue avec des réparties très amusantes et beaucoup de situations décalées. Les points négatifs :

¤ Quelques scènes de sexes à rallonges qui ralentissent un peu le rythme, cependant celles-ci sont ponctuées de phrase comiques, très hilarantes. ¤ Une intrigue peu profonde.
 
Déjà, l’écriture est correcte et ça se lit très facilement. Betsy, est une jeune femme au tempérament bien prononcé, qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et ça j’adore ! Il y a beaucoup d’humour dans ce livre et on n’a vraiment pas le temps de s’ennuyer.  Pour les points négatifs… Je n’en trouve pas !
Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Accueil Jeux ebooks Gratuits Lecteurs FAQ Partenaires Contact Dons
(c) NousLisons.fr 2012-2018