NousLisons.fr

Tout pour trouver votre prochaine lecture !

Connexion...
Pseudo :
Passe :
Connexion permanente :
Cocher cette case pour que votre connexion soit conservée même si vous fermez votre navigateur (pendant 3 mois).
Important : Ne la cochez pas si vous êtes plusieurs à utiliser cet ordinateur.
Nouveau passe Créer un compte
Jeux Dons Lecteurs Partenaires Blog
Sous haute tension de Harlan Coben
Date france :
2012.03.1
Titre origine :
Live Wire
Date origine :
2011
Traducteur :
Roxane Azimi
Editeur :
ISBN :
9782714445711

Sous haute tension

2012
6 h
D'après votre vitesse de lecture (15 000 mots à l'heure), il devrait vous falloir environ 6 h pour lire ce livre.

Temps restant en fonction de l'avancement :

18 %34 %51 %67 %84 %
5 h4 h3 h2 h1 h
 
 
Vous pensiez tout connaître de Myron Bolitar ? Détrompez-vous. Après Sans laisser d’adresse, le maître de vos nuits blanches entraîne le plus célèbre agent des stars dans une enquête diabolique, à la recherche d’un frère disparu depuis seize ans. Une ancienne gloire du tennis harcelée sur le Net.
Un groupe de rock mythique aux abonnés absents. Un couple en pleine crise. De douloureux secrets de famille qui remontent à la surface... Chantage, vengeance, meurtres, drogue et rock ’n’ roll. Et si de beaux mensonges valaient mieux qu’une monstrueuse vérité ?

Si vous avez aimé ce livre, ceux-ci peuvent vous plaire : Ces livres vous sont proposés car les lecteurs de NousLisons.fr qui ont aimé Sous haute tension les ont également appréciés.

Les commentaires :

 
Sous haute tension fait partie de la série « Myron Bolitar ». On y retrouve des personnages déjà apparus dans les romans précédents : Big Cindy en secrétaire au look improbable ; Esperanza mariée, maman et associée de Bolitar ; Win, le dandy négociateur et gros bras de service. D’autres personnages viennent aussi passer leur tête à la porte comme Terese Collins (maintenant fiancée à Myron) ou Jessica Culver (son ancien amour). Si leur évocation n’apporte rien à l’intrigue, c’est un petit clin d’œil de l’auteur à ses fans. Au vu de tous les personnages évoqués ici et dont on a déjà parlé dans d’autres romans, je pense qu’il est nécessaire d’avoir lu la série pour resituer les « anciens » (et encore, alors que je les ai tous lus, je ne me souviens pas de tout le monde…).
Des personnages qui reviennent donc… On ne change pas une équipe qui gagne, comme dirait l’autre. Sauf que cette fois, cela devient un peu trop prévisible… Chacun se cantonne à son rôle habituel, Myron restant quant à lui le-petit-garçon-à-son-papa-et-à-sa-maman qu’il a toujours été, qui fait appel aux autres pour le sortir d’un mauvais pas et qui leur laisse la direction des opérations quand cela devient un peu trop compliqué. Il manquait de maturité au départ mais ça ne s’arrange pas avec le temps…
Au niveau des thèmes abordés, que du connu, à nouveau : secrets de famille, meurtres, sport et mafia. Comme à son habitude, l’auteur intègre son récit dans l’époque actuelle en faisant référence aux réseaux sociaux et en profite pour initier une réflexion sur leur utilisation (anciens « amis », différence entre vie publique et vie privée…).
Petite nouveauté qui laisse présager une évolution intéressante de la série, l’apparition du neveu de Myron, Mickey Bolitar. Il sera le héros du prochain roman d’Harlan Coben « A Découvert » mais aussi d’une série qui portera son nom et dont deux tomes sont déjà sortis aux Etats-Unis.
Un bilan très nuancé donc… Une lecture agréable, des pages qui se tournent toutes seules mais un fond qui manque un peu de piquant et de nouveauté.
Carnet de lecture
 
En règle général, j’aime beaucoup les enquêtes de Myron Bolitar et se son équipe assez atypique.
Mais celui-ci fait exception à la règle. Je l’ai trouvé assez mou. L’intrigue a été assez longue à se mettre en place. L’intérêt de ce roman résidait dans le fait d’en apprendre plus sur la vie passée de Myron et sur sa famille. Mais là aussi l’auteur m’a un peu agacé en prenant de longs chemins détournés. J’aurais préféré qu’il explique une bonne fois pour toute ce qu’il s’était passé entre Myron et son frère. Pour moi ce livre est plutôt décevant.
Un point positif quand même, on découvre dans cette enquête Mickey Bolitar, le neveu de Myron, qui sera le personnage central d’une série jeunesse d’Harlan Coben, que je serai curieuse de découvrir.
 
Deuxième Harlan Coben pour moi, après “Ne le dis à personne” (merci Stéphanie du blog Dans l’air du temps) et premier de la série des Myron Bolitar, ex-basketteur reconverti en agent de sportifs et de rockstars, que je lis. Qu’en ressort-il ? Et bien, j’aime beaucoup le style de cet auteur, son humour, ce côté réaliste, ironique et parfois cynique dans les digressions, dans les inserts entre ce que disent les gens et ce qu’ils pensent vraiment, ce second degré et cette auto-dérision qui rendent sympathiques des personnages qui évoluent dans un milieu qui ne m’attire pas forcément à la base (le côté un brin stéréotypé strass/putes/paillettes/putes à paillettes/sexe/drogue/show-biz/mafia/sportifs de haut niveau/gens pétés de thunes qui s’emmerdent, sans l’aspect enquête, m’apparaîtrait chiant comme la pluie). Après, lorsque l’on n’a pas pris les aventures de l’ami Myron du début, c’est assez difficile de se sentir profondément concerné par ses déboires familiaux (ce qui, pour les lecteurs assidus de ses aventures, a dû, au contraire, être riche d’enseignements et de révélations) étant donné qu’apparemment, dans les autres bouquins, il n’est pas aussi impliqué affectivement mais que, forcément, on apprend à le connaître et à connaître ses fêlures. Bref, l’auteur apporte des réponses aux questions que les fans se posaient mais c’est un peu déroutant d’obtenir ces mêmes réponses lorsqu’on ne se posait aucune question. Restent donc une histoire dont on se fout un peu et une émotion fortement amoindrie quand on est novice, des personnages assez caricaturaux, des événements plutôt improbables (ou alors je ne gravite pas dans les bonnes sphères pour connaitre des gens suffisamment riches pour jouir de crédits illimités et d’une impunité totale) mais une écriture vraiment sympathique, même si on perd toujours à la traduction dans les jeux de mots, ne serait-ce que pour le titre.
 
L’histoire est toujours aussi bien ficelée, tordue et addictive. Tous les événements, éléments s’imbriquent les uns aux autres d’une manière parfaite. Je me suis encore laissée berner. Je n’ai pas encore su trouver le coupable. Ce qui est une très très bonne nouvelle ! J’adore être surprise, découvrir les révélations complètement folles dingues que l’auteur nous a concoctés.

Harlan Coben a un véritable don pour l’écriture. En plus de me faire voyager, de me faire entrer dans son univers, me faire frémir et me glacer le sang, il arrive à jouer avec les personnages, à semer des indices un peu partout mais nous pauvres lecteurs que nous sommes, nous voyons rien, remarquons rien jusqu’au dénouement ! C’est un excellent écrivain, un artiste.

Le personnage de Myron reste fidèle à lui-même. J’aime beaucoup ce personnage, généreux, attentionné, courageux. Il a vécu des événements tragiques et Harlan Coben ne l’épargne pas, une fois de plus. Je suis restée choquée et abasourdie. Win me fait toujours autant rire, il a un côté bourru que j’adore. J’espère sincèrement les revoir dans la série Mickey Bolitar, que je vais bientôt commencer.

Nous faisons la connaissance de nouveaux personnages, nous en revoyons d’autres mais aucun n’est épargné par les événements. Ils vivront des choses affreuses, affronteront leurs vérités et leurs passés. Le mensonge sera enlevé et la vérité éclatée.

J’ai adoré me plonger dans cette enquête, essayer de repérer chaque petit élément. Une fois rentrée dans l’histoire, je ne voulais plus le lâcher. Harlan Coben fait partie de mes auteurs préférés et il me bluffe à chaque fois. Je continuerai de le lire et je ne suis pas prête de m’arrêter. Harlan Coben est le maître de mes nuits blanches.
Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Accueil Jeux ebooks Gratuits Lecteurs FAQ Partenaires Contact Dons
(c) NousLisons.fr 2012-2022