NousLisons.fr

Tout pour trouver votre prochaine lecture !

Connexion...
Pseudo :
Passe :
Connexion permanente :
Cocher cette case pour que votre connexion soit conservée même si vous fermez votre navigateur (pendant 3 mois).
Important : Ne la cochez pas si vous êtes plusieurs à utiliser cet ordinateur.
Nouveau passe Créer un compte
Jeux Dons Lecteurs Partenaires Blog
La Ligne Verte de Stephen King
Date france :
1996
Titre origine :
The Green Mile
Date origine :
1996
Traducteur :
Philippe Rouart
Editeur :
ISBN :
2226131906

La Ligne Verte

1996
9½ h
D'après votre vitesse de lecture (15 000 mots à l'heure), il devrait vous falloir environ 9½ h pour lire ce livre.

Temps restant en fonction de l'avancement :

1 %23 %45 %67 %89 %
9 h7 h5 h3 h1 h
 
 
Paul Edgecombe, ancien gardien-chef d’un pénitencier dans les années 1930, entreprend d’écrire ses mémoires. Il revient sur l’affaire John Caffey - ce grand Noir au regard absent, condamné à mort pour le viol et le meurtre de deux fillettes - qui défraya la chronique en 1932.
La Ligne Verte décrit un univers étouffant et brutal, où la défiance est la règle. Personne ne sort indemne de ce bâtiment coupé du monde, où cohabitent une étrange souris apprivoisée par un Cajun pyromane, le sadique Percy Wetmore, et Caffey, prisonnier sans problème. Assez rapidement convaincu de l’innocence de cet homme doté de pouvoirs surnaturels, Paul fera tout pour le sauver de la chaise électrique.
Aux frontières du roman noir et du fantastique, ce récit est aussi une brillante réflexion sur la peine de mort. Un livre de Stephen King très différent de ses habituelles incursions dans l’horreur, terriblement efficace et dérangeant.

Si vous avez aimé ce livre, ceux-ci peuvent vous plaire : Ces livres vous sont proposés car les lecteurs de NousLisons.fr qui ont aimé La Ligne Verte les ont également appréciés.

Les commentaires :

 
Comme d’habitude, le livre est encore mieux que le film !
 
Incomparable avec le film qui est pourtant bien, mais là on a l’impression qu’il y a une dimension en plus.
 
Pour quelqu’un qui ne savait pas où ça allait le mener, Stephen King a su faire preuve d’une belle maîtrise de l’écriture !
 
J’ai attendu des années avant de lire ce livre. Je peux dire que j’ai adoré. J’ai ensuite regardé le film que j’ai beaucoup aimé aussi. D’habitude, je préfère, et de loin, le roman au film. Ici, j’ai vraiment apprécié les deux.
Un très très bon roman. A lire absolument.
Philippe D
 
Qu’elle claque je me suis prise. La ligne verte, c’est l’histoire de Paul Edgecombe, gardien au couloir de la mort
Mais un jour arrive au bloc un homme qui va tout changer.
John Caffey. Ça fait assez longtemps que je voulais lire ce livre.
Mais ses 530 pages me refroidissaient un peu.
C’est pourquoi je me suis inscrite à la LC de Klo. Je n’avais jamais entendu parler de “La ligne verte” avant de découvrir le film il y a quelques années.
J’avais plutôt bien aimée le film, je me suis donc dit qu’il faudrait que je lise le livre.
Et le livre est encore mieux que le film. En commençant le livre je m’attendais à en apprendre un peu plus par rapport au film.
Et tout compte fait pas du tout.
A part quelques petits détails, surement jugés trop violent j’imagine, le film est une réplique exact du livre.
Ce qui est assez rare. L’histoire est découpée en épisodes.
A chaque début d’épisodes nous avons un petit chapitre chapitre sur le Paul plus âgés.
Et après on ce retrouvent directement dans le bloc E. Nous nous retrouvons donc au bloc E pendant les 3/4 du livre.
Ce qui entraîne beaucoup de descriptions.
Et pourtant on ne s’ennuie pas du tout.
Même les moments où il ne ce passe rien tienne en haleine.
Du coup il est presque impossible de s’ennuyer. Ce que j’ai bien aimé dans ce livre c’est le côté réaliste.
Tout est tellement bien expliqué qu’on croirait l’histoire vraie.
Pas une seule seconde je me suis dit que quelque chose ne collait avec l’époque ou la situation.
Il n’y a que le côté fantastique qui nous rappelle que ce n’est que de la fiction. Ce qui est assez dommage c’est que je n’ai pas eu le temps de m’arrêter entre chaque épisodes, du coup je l’ai lu d’un coup.
La prochaine fois je le lirais surement par épisode :) La première partie est là pour poser les bases et inclure le mystère autour de John Caffey. L’épisode “La mort affreuse d’Edouard Delacroix” marque un peu le début de la fin.
Dans Shining il y a la chambre 217.
Et bien dans la ligne verte il y a la mort de Delacroix.
Ce passage du film, je ne peux absolument pas le regarder.
Mais dans le livre ça n’a pas du tout été la même chose.
Mais dans le livre j’ai trouvée que c’était plus trash qu’horrifique.
On a tous les détails de la mort de Delacroix.
Mais ce n’a pas été comme dans le film.
Surement parce qu’il n’y avait pas d’image j’imagine. La fin m’a totalement anéantie.
J’ai quasiment fait que pleurer.
Elle est tellement triste pour chacun des personnages.
Je pense que c’est le passage le plus marquant du livre. J’ai vraiment envie de vous faire un petit topo sur Percy.
Pourquoi tant de haine envers ce personnage ???
Je fait partie des rares gens qui l’aiment.
Si si, ça existe ^^
Dans le film il m’avait totalement tapé sur les nerfs.
Mais pas dans le livre.
Il est arrogant et grande gueule mais moi je le trouve à croquer.
Par contre la fin...
Oui, avouons-le, j’ai pleurée comme une madeleine
Ce qu’il lui arrive...
Et jusqu’à la fin je suis restée bloquée là-dessus.
Je vais jamais m’en remettre.  John Caffey, comme la boisson mais ça s’écrit pas pareil.
Au départ il apparait comme un homme très impressionnant parce que très grand.
Mais au fur et à mesure on le découvre un peu plus et finalement on finit par s’y attacher.
Il a un don et n’hésite pas à s’en servir pour faire le bien, ou pas, ce qui fait qu’on s’y attache très vite.
On compatis à cet homme qui va mourir parce qu’il à seulement voulu aider. Et pour finir Paul.
Personnage principal que j’ai mystérieusement apprécié.
Il est tellement gentil et a le sens de la justice.
Le plus triste c’est de voir qu’il a survécu à tout le monde.
Par contre, je me rappelais plus du tout, donc effet de surprise, ce qu’il allait faire dans la remise. 
Qu’elle n’a pas été ma surprise de revoir Mr Jingles.
Lui qui apportait un peu de légèreté dans le livre.
 Au final, un très bon livre, que j’ai beaucoup aimé lire et que je relirais un jour.
Du Stephen King au sommet de son art
 
J’ai commencé ce livre avec pas mal d’appréhension étant donné que j’avais débuté le film et que je ne l’avais pas fini, trop long à mon goût... Mais vu tous les retours positifs que j’ai eu sur l’histoire (et sachant que la plupart du temps le livre est bien mieux que le film), je me suis attelé à cette nouvelle lecture. Je dois dire que je suis très partagée... Déjà j’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire, et ce, tout le long du livre, car c’est d’abord un recueil de souvenirs relatant un épisode marquant de la vie de Paul Edgecombe. Et le fait d’alterner assez souvent entre le vieillard qui écrit ses mémoires et le gardien de prison qui vit les évènements en direct, j’ai eu du mal. Par ailleurs, j’ai beaucoup aimé l’immersion dans la vie des gardiens de prison... Il faut savoir être ferme, tout en étant ouvert d’esprit. C’est le cas de presque tous les gardiens dont nous entendons parler ici.  Et alors bien évidemment, l’histoire de John Caffey est extrêmement bouleversante, et maintenant que j’y pense je suis assez déçue que l’on n’en parle pas plus... Ok on parle beaucoup de lui, mais on parle de lui une fois arrivé à la prison... Alors que cet homme aux pouvoirs surnaturels a du réaliser beaucoup de choses avant d’arriver dans le bloc 5. De même j’aurais apprécié que la SF pousse plus loin, par exemple que John passe vraiment ses pouvoirs à Paul avant de mourir et que celui ci reprenne le flambeau...   Enfin bref, c’était une belle histoire, émouvante et prenante, mais j’aurais vu beaucoup de choses différemment.
Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Accueil Jeux ebooks Gratuits Lecteurs FAQ Partenaires Contact Dons
(c) NousLisons.fr 2012-2020