NousLisons.fr

Tout pour trouver votre prochaine lecture !

Connexion...
Pseudo :
Passe :
Connexion permanente :
Cocher cette case pour que votre connexion soit conservée même si vous fermez votre navigateur (pendant 3 mois).
Important : Ne la cochez pas si vous êtes plusieurs à utiliser cet ordinateur.
Nouveau passe Créer un compte
Jeux Dons Lecteurs Partenaires Blog
Une Aube Nouvelle de R.A. Salvatore
Date france :
2010.08.20
Titre origine :
Passage to Dawn
Date origine :
1996.09.1
Editeur :
ISBN :
9782811203825

Une Aube Nouvelle

2010
7½ h
D'après votre vitesse de lecture (15 000 mots à l'heure), il devrait vous falloir environ 7½ h pour lire ce livre.

Temps restant en fonction de l'avancement :

4 %17 %31 %45 %59 %72 %86 %
7 h6 h5 h4 h3 h2 h1 h
 
 
Le démon Errtu ourdit sa vengeance contre Drizzt.
Il le poursuit par-delà les mers et les étendues gelées, lançant tous ses sbires à ses trousses. Pour lui échapper, Drizzt se rend dans les contrées barbares où les nains tentent de passer un accord diplomatique. Mais la situation dégénère rapidement quand une naine retrouve par hasard l’Eclat de cristal. Errtu s’en empare. L’elfe noir et ses compagnons doivent alors livrer une guerre implacable au démon et à ses serviteurs, mais aussi composer avec le plus puissant artefact de Faerûn.
Et comme toujours le cristal se révèle plein de surprises...

Si vous avez aimé ce livre, ceux-ci peuvent vous plaire : Ces livres vous sont proposés car les lecteurs de NousLisons.fr qui ont aimé Une Aube Nouvelle les ont également appréciés.

Les commentaires :

 
J’espérais, à la fin de L’invasion des Ténèbres, un renouveau suite au départ de Drizzt et Catti-Brie qui gommerait ce tome décevant et mauvais mais malheureusement Une Aube nouvelle est encore plus mauvais. L’histoire… est un néant total ! Ce livre n’est que du réchauffé. On sent le roman de transition pour les trois derniers tomes de la saga. Cependant, j’attendais une nouveauté qui ouvrirait des voies multiples à Lame furtive, mais l’auteur a choisi de faire cette transition en retournant sur Errtu le démon balor qu’a banni Drizzt bien des tomes avant. Bon cela ne me plaisait pas déjà quand l’idée était esquissé dans le tome précédent mais pourquoi pas. Mais revenir sur Creshinibon c’était la goutte de trop. L’auteur avait enfin réussi à se détacher d’Artémis Entreri qui devenait omniprésent mais malheureusement ce n’est que pour régresser en revenant finalement au tome 4, L’Eclat de cristal. Le style d’écriture est lassant, peut-être est-ce dû au changement au changement de traducteur même si je suis sceptique au vu des traductions fidèles que donne Milady, mais les mêmes termes reviennent en permanence. Par exemple le verbe hululer est sans cesse utiliser. Harkle Harpell hulule, les balors hululent, Errtu hulule, les esclaves de Creshinibon hululent, à croire que plus personne ne sait crier, hurler, s’exclamer ou autre verbes variés. Il en est de même par exemple pour Guenwhyvar qui, apparemment, ne sait pas griffer, déchiqueter, arracher ou mordre, que nenni, elle laboure, notre chère panthère ! Bref, j’en passe, l’idée est là, des formules deviennent répétitives. Les personnages, et bien ma foi, il n’y a pas grand-chose à en dire puisque ce sont les mêmes, je ne peux même pas faire un point sur les méchants puisque c’est du déjà vu. Bon, j’ai quand même pris plaisir à retrouver Deudermont et ses aventures maritimes ainsi que son magicien Robillard et surtout Harkle Harpell. Les réactions qu’il provoque sont d’une légèreté plaisante et qui en font sans conteste les meilleurs passages du livre (notamment l’affrontement magique entre Robillard et Harkle qui est vraiment drôle).  Drizzt est toujours égale à lui-même, il a enfin compris qu’il ne peut pas porter une culpabilité incessante à chaque fois qu’il se passe quelque chose dans sa vie mais ne peut s’empêcher d’essayer de mettre à l’abri ses amis qui ont pourtant démontrer plus d’une fois qu’ils étaient capables de se défendre. Un point que j’ai apprécié : pour une fois (si on écarte les drows) Drizzt semble vulnérable et sur le point de mourir tellement il est dépassé par ce qui lui fait face. C’est agréable de voir enfin qu’il n’est pas invulnérable.  En somme, il y a très peu de choses positives dans ce livre si on écarte les dernières pages. L’Aube nouvelle est restée bien obscure et ne donne pas envie de poursuivre notre lecture dans La Légende de Drizzt.
Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Accueil Jeux ebooks Gratuits Lecteurs FAQ Partenaires Contact Dons
(c) NousLisons.fr 2012-2022