NousLisons.fr

Tout pour trouver votre prochaine lecture !

Connexion...
Pseudo :
Passe :
Connexion permanente :
Cocher cette case pour que votre connexion soit conservée même si vous fermez votre navigateur (pendant 3 mois).
Important : Ne la cochez pas si vous êtes plusieurs à utiliser cet ordinateur.
Nouveau passe Créer un compte
Jeux Dons Lecteurs Partenaires Blog
Les enfants de minuit de Salman Rushdie
Date france :
1989

Les enfants de minuit

1989
15 h
D'après votre vitesse de lecture (15 000 mots à l'heure), il devrait vous falloir environ 15 h pour lire ce livre.

Temps restant en fonction de l'avancement :

6 %19 %33 %46 %60 %73 %87 %93 %
14 h12 h10 h8 h6 h4 h2 h1 h
 
 
Saleem Sinai, le héros de ce extraordinaire roman picaresque, est né à Bombay le 15 août 1947, à minuit sonnant, c’est-à-dire au moment où L’Inde accède à l’indépendance. Comme les mille et un enfants nés lors de ce minuit exceptionnel, il est doté de pouvoirs magiques et va se retrouver mystérieusement enchaîné à l’histoire de son pays. “J’ai été un avaleur de vies, dit-il, et pour me comprendre il va vous falloir tout avaler à votre tour !” Alors se déroule sous nos yeux l’étonnante et incroyable histoire de la famille Sinai. Saleem nous entraîne tout d’abord dans la vie folle de ses grands-parents et de ses parents, puis dans la sienne propre : disputes familiales, aventures amoureuses, maladies terribles, guérisons miraculeuses, évasions fantastiques - un tourbillon de sésastres et de triomphes qui commence lors de la nuit fatidique au cours de laquelle la nourrice de Saleem a brouillé les cartes et changé la marche du destin en échangeant deux enfants dans leur berceau.
Ce récit novateur, cette saga baroque et burlesque d’une famille dont l’histoire se confond avec celle de l’Inde moderne, est aussi un pamphlet politique impitoyable.

Si vous avez aimé ce livre, ceux-ci peuvent vous plaire : Ces livres vous sont proposés car les lecteurs de NousLisons.fr qui ont aimé Les enfants de minuit les ont également appréciés.

Les commentaires :

 
Wow... Je ne sais pas vraiment quoi dire. Ce récit est une épopée, aussi bien pour le personnage principal que le lecteur qui traverse avec lui les grands moments de la formation d’une nation indépendante aussi bien que les grands moments de la vie d’un être humain qui se construit.
On est plongés dans des faits historiques alignés sur des faits purement fictifs, agrémentés d’une bonne dose de surnaturel qui colle parfaitement au folklore local. Le récit est hyper riche, la narration maîtrisée, l’histoire entraînante. Ce n’est pas le livre le plus facile à lire, de par sa narration à la limite du courant de conscience, mais son style fait partie intégrante de la satisfaction éprouvée à sa lecture. Finalement, l’ouvrage est bluffant, en de nombreux points. Je conviens du fait qu’il est long, que certains passages (un peu plus que parfois mais pas souvent non plus) traînent trop sans apporter plus que ça. Mais le rendu global est saisissant, unique. Tellement unique et vaste et abondant qu’il est peu aisé de revenir sur chaque détail ou même les plus grandes lignes. Car il y en a tellement...
C’est le genre de bouquin qui laisse un goût spécial dans la bouche quand on l’a fini ; le genre de bouquin qui ne laisse pas indifférent ; le genre qui interroge ; le genre qui épate parce qu’il est copieux (tous les sens s’appliquent). Son originalité n’a presque pas d’égal, ce qui en fait un petit bijou de la littérature.
Dedans, il m’a semblé y déceler certains prémisses aux Versets sataniques, avec la dualité Saleem/Shiva façon yin et yang, comme avec les personnages de Gibreel et Saladin qui représentent clairement le Bien et le Mal dans toutes leurs ambiguïtés... Ajoutons à cela que l’auteur est lui aussi né en cette année d’indépendance, à peine quelques mois avant son personnage phare. On sent l’implication personnelle derrière les conséquences de certains évènements, la critique derrière les ratés condamnables gouvernementaux... Aujourd’hui faisant partie intégrante de la diaspora indienne, l’auteur, qui a quitté le pays en 1960, s’est toujours senti concerné par ce qui s’y passait, ainsi qu’il l’a confié lors d’une conférence à San Francisco en septembre 2017 à laquelle j’ai assisté. On sent dans ses récits l’attachement à la terre et aux hommes qui la peuplent, tout comme il n’hésite pas à critiquer les formes de pouvoir en place et les inégalités traditionnelles. Et puis... n’oublions pas l’hommage à son fils Zafar, né l’année de la publication de cet ouvrage, avant Haroun et la mer des histoires qu’il a en partie écrit pour lui, dont il donne le nom à l’un des personnages de son livre (ou est-ce finalement le nom de ce personnage qui lui a plu au point de nommer son premier enfant de la sorte ?).
Tout ça pour dire que ce roman a une âme aussi parce que son auteur y a mis dedans énormément de lui-même. C’est sans doute ça la recette qui lui a permis de décoller enfin dans le monde de la littérature et qui a tracé la route directrice de son œuvre globale...
http://livriotheque.free.fr/
http://www.facebook.com/malivriotheque
https://www.youtube.com/channel/UC3O1fss1MLBb5l_M85Z809A
Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Accueil Jeux ebooks Gratuits Lecteurs FAQ Partenaires Contact Dons
(c) NousLisons.fr 2012-2020