NousLisons.fr

Tout pour trouver votre prochaine lecture !

Connexion...
Pseudo :
Passe :
Connexion permanente :
Cocher cette case pour que votre connexion soit conservée même si vous fermez votre navigateur (pendant 3 mois).
Important : Ne la cochez pas si vous êtes plusieurs à utiliser cet ordinateur.
Nouveau passe Créer un compte
Jeux Dons Lecteurs Partenaires Blog
Le Retour de Anna Enquist
Date france :
2007.03.01
Editeur :
ISBN :
9782330007812

Le Retour

2007
8½ h
D'après votre vitesse de lecture (15 000 mots à l'heure), il devrait vous falloir environ 8½ h pour lire ce livre.

Temps restant en fonction de l'avancement :

6 %18 %30 %41 %53 %65 %77 %88 %
8 h7 h6 h5 h4 h3 h2 h1 h
 
 
Ce livre dévoile la vie de James Cook, le grand explorateur anglais.
Au printemps 1775, sa femme Elizabeth a trente-quatre ans. Seule depuis déjà trois ans, elle attend le retour prochain de son époux. Alors qu’elle se prépare à l’accueillir, qu’elle s’imagine à l’aube d’une vie nouvelle, d’une relation conjugale et familiale véritable, l’angoisse l’étreint. Déroulant le fil de sa mémoire, Elizabeth revisite ses longues années de solitude, ses difficultés, ses douleurs, ses drames vécus dans le secret - et s’interroge sur sa capacité à reconstruire une relation si lointaine. Quand James Cook arrive enfin, tout semble d’emblée recomposé, la complicité renaît, l’admiration est intacte, les projets communs multiples, l’avenir s’illumine. Mais, confronté aux mondanités londoniennes, aux jeux d’influence et de pouvoir du monde scientifique de l’époque, l’explorateur ne parvient pas à se libérer de son douloureux besoin de reconnaissance... Très ancré dans la réalité, très documenté sur la société londonienne du XVIIIe siècle, ce livre dépasse de loin les limites du roman historique car il s’inscrit simultanément dans l’intemporel en offrant au lecteur un magnifique portrait de femme, un véritable personnage de fiction à l’incroyable destin.

Si vous avez aimé ce livre, ceux-ci peuvent vous plaire : Ces livres vous sont proposés car les lecteurs de NousLisons.fr qui ont aimé Le Retour les ont également appréciés.

Les commentaires :

 
Mais que ce livre était interminaaaaable !!! Le premier défaut vient du synopsis au dos du livre qui ne dit pas en fait qu’on va suivre la vie d’Elizabeth jusqu’au bout, bien après la mort de son mari James à Hawaï. Comme on nous vend la problématique des allers-retours/longues absences et leurs conséquences sur le couple, on a du mal à comprendre l’acharnement de l’auteure à aller plus loin après le tragique décès du capitaine, alors qu’il reste encore 200 pages au compteur. Si la maison d’édition avait été plus claire dès le départ, la frustration d’infinité du schmilblick ne ferait pas partie de l’équation et le lecteur se sentirait peut-être moins floué sur la marchandise. Au fur et à mesure que les pages suivantes se tournent, on comprend qu’Elizabeth est vraiment la figure maîtresse de cet ouvrage car elle a vu toute sa famille et tous ses amis, y compris ses six enfants, disparaître bien avant elle, subissant ainsi pertes sur pertes, certaines plus marquantes et traumatisantes que les autres, la répétition presque annuelle de l’expérience la rendant vers la fin quasi stoïque face à la mort.
Le deuxième énorme défaut qui rend ce livre bien long s’exprime dans la répétition constante des pensées et sentiments d’Elizabeth, qui au cours de sa vie et au fil des voyages de James et de la perte de ses enfants ressent tout le temps la même chose et nous le partage bien sûr. Ses sentiments sont assurément légitimes, rien à redire à ça, mais c’est tellement redondant et ancré dans un courant de conscience hyper féminin que c’en est très vite lassant. Ne nous méprenons pas : je suis une femme, moi aussi j’ai une quantité de pensées et sentiments qui doivent être répétitifs quand je réfléchis à la partie relationnelle de ma vie. Mais là, j’ai personnellement trouvé que c’était trop, voire étouffant et sans doute sur-stéréotypé (alors que l’auteure est elle-même une femme !!). Certes, notre personnage principal non fictif est une épouse de marin du 18ème siècle que la société de l’époque n’autorise pas à travailler et laisse uniquement s’occuper de ses enfants et parader aux bras de son époux le mâle tout puissant qui la met enceinte dès qu’il met pied à terre lors d’évènements. On nous dresse donc le portrait d’une femme qui se charge de tout au sein de la maison et ne sait plus comment gérer la présence de son homme dans le quotidien basé sur l’absence. Mais toutes ses pensées tournent autour de ça, de la mort de ses enfants, et... voilà. Même en suivant son flot de sentiments, on n’en apprend pas plus que ça sur la femme en elle-même. Oui, elle aime la vérité. Ok, elle a des qualités de correctrice et éditrice. Elle a un mini-flirt jamais consommé ni assumé. Et à part ça ?
C’est vraiment dommage parce que ce qui était attirant dans cette histoire, c’était bien le développement de la dynamique de la relation entre James et Elizabeth qui vivent au final deux vies complètement différentes en parallèle et n’arrivent jamais vraiment à se retrouver sur la même longueur d’ondes quand James revient à Londres. Il faut savoir que sur leurs 17 ans de mariage, ils n’en ont passé que 8 physiquement ensemble, années de présence pendant lesquelles James était à chaque fois très occupé par la préparation de ses trois voyages... C’est cet aspect-là qui est le plus intéressant. Mais que c’est long... Tout... Pour ce que c’est... Et uniquement du point de vue d’Elizabeth, quel manque flagrant dans l’histoire ! L’auteure tente de nous tenir jusqu’au bout en ne nous révélant le mystère entourant la mort de James qu’à la toute fin, mais on a tellement décroché bien avant que l’interprétation de sa mort (comme une délivrance programmée par James lui-même avec la complicité des insulaires) nous parvienne, d’autant plus que cette dernière a de quoi faire froncer les sourcils.
Au final que retenons-nous de cet ouvrage ? Le destin terrible d’une femme constamment éprouvée par la vie, forte d’avoir accompagné en même temps qu’enduré les ambitions de son mari. Une succession de morts horribles. Une accumulation de tristesse, de retenue dans la communication, deux vies unies sur le papier uniquement, le tout dans un récit embué par une suite sans fin de sentiments stéréotypés loin de tout modernisme et féminisme vrai et un style narratif souvent ponctué de phrases nominales banales et d’un rythme saccadé parfois saugrenu. C’est un hommage à la femme derrière le scientifique de renom qui n’a du coup pas fait mouche de mon côté.
http://livriotheque.free.fr/
http://www.facebook.com/malivriotheque
https://www.youtube.com/channel/UC3O1fss1MLBb5l_M85Z809A
Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Accueil Jeux ebooks Gratuits Lecteurs FAQ Partenaires Contact Dons
(c) NousLisons.fr 2012-2021