NousLisons.fr

Tout pour trouver votre prochaine lecture !

Connexion...
Pseudo :
Passe :
Connexion permanente :
Cocher cette case pour que votre connexion soit conservée même si vous fermez votre navigateur (pendant 3 mois).
Important : Ne la cochez pas si vous êtes plusieurs à utiliser cet ordinateur.
Nouveau passe Créer un compte
Jeux Dons Lecteurs Partenaires Blog
Terres Belliqueuses de Catherine Messy
Date france :
2020.03.30
Editeur :

Terres Belliqueuses

2020
3½ h
D'après votre vitesse de lecture (15 000 mots à l'heure), il devrait vous falloir environ 3½ h pour lire ce livre.

Temps restant en fonction de l'avancement :

8 %39 %69 %
3 h2 h1 h
 
 
Histoire personnelle et grande Histoire se retrouvent mêlées dans cette nouvelle tranche de vie de l’une des héroïnes de « Terres pouilleuses ».
La Seconde Guerre mondiale est sur le point d’éclater. Léonie va, comme sa grand-mère pendant le premier conflit de 1914-1918, être témoin des violences, haines et tourments engendrés par les événements.
C’est l’occasion pour la mère de famille qu’elle est devenue de ressouder des liens avec la terre maternelle, autrefois désertée pour rejoindre la ville, et d’en apprécier toute la générosité.
Elle redécouvre cette campagne nourricière venue au secours de sa terre d’adoption, entrée en rébellion contre les Allemands pour recouvrer sa liberté.

Les commentaires :

 
Ce deuxième tome s’inscrit logiquement dans la continuité du premier. Nous continuons à survoler les années 30 pour aborder longuement la Seconde Guerre mondiale. Nous bénéficions quand même d’un petit retour en arrière nous permettant de nous réapproprier les personnages de la dernière génération. J’ai trouvé ça très utile, car même si je venais de lire le premier tome, je ne les y avaient trouvés qu’à peine esquissés.
Ensuite l’auteur nous amène avec ses personnages sur les routes de France pour le premier épisode tristement célèbre de cette guerre : l’Exode. Nous vivrons avec eux et partagerons leurs peines et incompréhensions. Il en sera de même pour le reste de la guerre que nous allons dérouler quasiment mois par mois au travers cette série de personnages. Cela nous permettra non seulement de nous rappeler les faits marquants (rationnement, déportation, camps...), mais également de mettre en exergue les ressentis et ressentiments de la population. Le nivellement par le bas de la vie pendant ces tristes années, rends d’autant plus forts certains écarts : l’avantage de vivre ou d’avoir de la famille à la campagne, les avantages reçus par les collabos ainsi que les menaces permanentes qu’ils répendaient autour d’eux. A ce propos, l’auteur ne tombe pas dans la facilité en stigmatisant la police qui collaborait avec les Allemands, mais montre que certains policiers, plus humains, ont résisté de leurs mieux aux ordres en regrettant de ne pouvoir aller plus loin sans mettre leur famille en danger. La cause féminine, axe central du premier tome, n’est pas non plus oublié :
En opposant, de plus, les femmes célibataires aux mères de famille, Pétain nie l’émancipation féminine ! Vraiment ! Je suis révoltée
 A la différence du premier tome, ici l’après guerre est plus développé. L’auteur détaille que, contrairement à ce que peut penser la jeune génération, la guerre ne s’est pas terminée le 6 juin 1944 avec le débarquement ou éventuellement en août 1944 pour les plus érudits. La réalité en a été tout autre, surtout pour les départements du nord de la France.
Des drapeaux français sont sortis, puis vite retirés lorsque le bruit court que le retour de soldats allemands est annoncé.
 Et même une fois les Allemands chassés du territoire, la guerre s’est poursuivie en Allemagne. En France il fallait réapprendre à vivre “normalement”. Cela a pris du temps et a forcément nécessité une phase de nettoyage, que ce soit des collabos, transformés en résistant de la dernière minute pour certains, ou des femmes s’étant tournées vers l’ennemi. Pour celles-ci l’auteur montre un peu plus de tolérance que pour les collabos, car effectivement si certaines l’ont fait par opportunisme au mépris de toute solidarité, pour d’autres les sentiments ou la nécessité les ont poussés sur une pente qui allait se révéler fatale pour la plupart d’entre elles à la libération. Dans les faits importants de l’après guerre il y a aussi le rationnement qui continue et les retours des camps qui ont pris beaucoup de temps. J’ai trouvé, mais peut-être ai-je plus de repères, que l’auteur avait mieux rendu la vie au quotidien de cette guerre que celle de la précédente. Et ce, même si j’ai trouvé quelques tournures un peu lourde, notamment par l’abus d’incises, et des dialogues manquant parfois de naturel. Dans l’ensemble, j’ai bien aimé la narration de cette tranche de notre Histoire. Je parle bien entendu d’aimer la narration, pas de la période elle-même. Il n’est possible de l’aimer, mais il ne faut pas l’oublier pour ne pas la reproduire. Et ce livre a aussi ce mérite.
 
Dernier livre lu : Goliat de Mehdy Brunet
Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Accueil Jeux ebooks Gratuits Lecteurs FAQ Partenaires Contact Dons
(c) NousLisons.fr 2012-2020