NousLisons.fr

Tout pour trouver votre prochaine lecture !

Connexion...
Pseudo :
Passe :
Connexion permanente :
Cocher cette case pour que votre connexion soit conservée même si vous fermez votre navigateur (pendant 3 mois).
Important : Ne la cochez pas si vous êtes plusieurs à utiliser cet ordinateur.
Nouveau passe Créer un compte
Jeux Dons Lecteurs Partenaires Blog
Les 10 enfants que madame Ming n'a jamais eus de Eric-Emmanuel Schmitt
Date france :
2012.04.2
Editeur :
ISBN :
9782226220691

Les 10 enfants que madame Ming n'a jamais eus

2012
1 h
D'après votre vitesse de lecture (15 000 mots à l'heure), il devrait vous falloir environ 1 h pour lire ce livre.
 
 
Madame Ming aime parler de ses dix enfants vivant dans divers lieux de l’immense Chine. Fabule-t-elle, au pays de l’enfant unique ? A-t-elle contourné la loi ? Aurait-elle sombré dans une folie douce ? Et si cette progéniture n’était pas imaginaire ? L’incroyable secret de Madame Ming rejoint celui de la Chine d’hier et d’aujourd’hui, éclairé par la sagesse immémoriale de Confucius.
Dans la veine d’Oscar et la dame rose, de Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran ou de L’Enfant de Noé, Les dix enfants que Madame Ming n’a jamais eus est le sixième récit du Cycle de l’Invisible.

Si vous avez aimé ce livre, ceux-ci peuvent vous plaire : Ces livres vous sont proposés car les lecteurs de NousLisons.fr qui ont aimé Les 10 enfants que madame Ming n'a jamais eus les ont également appréciés.

Les commentaires :

 
Petite promenade en chine, un peu trop courte à mon goût. C’est frais, intelligent, bien écrit. Comme toujours dans le cycle de l’invisible on fait un peu de philo “sans en avoir l’air” et l’auteur a l’art de nous obliger à nous poser des questions et à nous remettre en cause. Mais qu’est-ce que c’est court !!!
Dernier lu : Fleur de tonnerre de Jean Teulé
Objectif 2012: 100 (0% atteint)
 
Je replonge avec délice dans un récit d’Eric-Emmanuel Schmitt. Cet auteur est un poète, il possède une plume délicate qui fait naître de jolis sentiments à son lecteur… Les dix enfants que madame Ming n’a jamais eu ne fait pas exception à la règle. Nous rencontrons notre narrateur, homme d’affaires surbooké, en Chine. Il rencontre une dame charmante, Mme Ming, qui s’occupe de l’entretien des sanitaires de ces messieurs. Cette madame pipi hors norme est une dame attachante. Et la voilà, racontant la vie de ces dix enfants à cet européen incapable de se fixer avec une femme (la dernière étant tombée enceinte, il s’enfuit lâchement). Au début, le récit se fixe sur un mensonge. Une photo de deux enfants tombée du portefeuille du narrateur, adoucit la vieille dame lorsque l’homme lui dit qu’il s’agit de ces enfants. Mais lorsqu’elle lui annonce qu’elle a elle-même 10 enfants, le doute s’installe. La Chine est le pays de l’enfant unique. Est-il possible qu’une fratrie aussi nombreuse ait pu passer inaperçue ? Mme Ming est très fière de ces enfants. Tous ont des défauts et des qualités. Ce récit est ponctué de la sagesse de Confucius. On y voit le véritable visage de la Chine, de certaines régions transformées au point de ne plus s’y reconnaître. Cette dame est la sagesse incarnée. Elle n’est qu’amour et respect…
Cette vieille dame est bouleversante. Cette œuvre est synonyme d’amour, de respect et de transmission de ces valeurs. C’est une œuvre philosophique, tout le monde peut s’y reconnaître
Yunhai pouvait être agrandie, déplacée, reconstruite, rasée, puis rebâtie plusieurs fois, elle restait une vieille agglomération chinoise où l’Histoire subsistait. Chez ces migrants venus gagner leur riz ici, chez ces milliers paysans en rupture de sillons, malgré le communisme ou le mercantilisme, l’Antiquité persistait. Confucius habitait le cerveau des hommes : sa défense de l’amour familial, son culte du respect, sa lutte contre les abus perduraient dans les têtes. A la différence des Européens qui conservent des ruines gallo-romaines au cœur de leurs métropoles mais oublient Sénèque, qui visitent les cathédrales en délaissant le christianisme, les Chinois ne logent pas leur culture dans les pierres. Ici, le passé constituait le présent de l’esprit, pas une empreinte sur la roche.
Reves et Imagines
http://revesetimagines.canalblog.com/
 
J’ai découvert la plume de l’auteur dans le recueil 13 à table ! J’avais été très touchée par sa participation, émouvante, poétique et très bien écrite. J’ai eu le plaisir de retrouver tout ça dans ce petit roman philosophique. Très rapide à lire puisqu’il ne fait même pas 100 pages, il permet au lecteur de réfléchir sur la question de la famille, mais aussi et surtout, sur la vérité. L’histoire de Madame Ming est à la fois drôle, surprenante et touchante. Je le recommande car il est vraiment accessible pour tous les publics.
Bloggueuse livresque à ses heures perdues... (http://rizdeuxzzz.canalblog.com)
Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Accueil Jeux ebooks Gratuits Lecteurs FAQ Partenaires Contact Dons
(c) NousLisons.fr 2012-2018