NousLisons.fr

Tout pour trouver votre prochaine lecture !

Connexion...
Pseudo :
Passe :
Connexion permanente :
Cocher cette case pour que votre connexion soit conservée même si vous fermez votre navigateur (pendant 3 mois).
Important : Ne la cochez pas si vous êtes plusieurs à utiliser cet ordinateur.
Nouveau passe Créer un compte
Jeux Dons Lecteurs Partenaires Blog
Confessions d'une accro du shopping de Sophie Kinsella
Date france :
2004
Titre origine :
The Secret Dreamworld of a Shopaholic
Date origine :
2000
Editeur :
ISBN :
9782714440792

Confessions d'une accro du shopping

2004
5½ h
D'après votre vitesse de lecture (15 000 mots à l'heure), il devrait vous falloir environ 5½ h pour lire ce livre.

Temps restant en fonction de l'avancement :

5 %24 %43 %62 %81 %
5 h4 h3 h2 h1 h
 
 
De nos jours, à Londres.
Rebecca Blomwood, dite Becky, a vingt-cinq ans et travaille pour un magazine financier intitulé : Réussir votre épargne. L’ironie veut qu’elle soit une conseillère criblée de dettes. Mais Becky ne peut résister à la frénésie d’achat qui s’empare d’elle sitôt franchi le seuil d’un magasin. Alors qu’elle a réussi à cacher à ses employeurs son ignorance totale du monde de la finance, sa vie se résume à une esquive perpétuelle de ses factures puis de ses créanciers, et surtout de son banquier. Mais elle affiche un optimisme et une sincérité aux limites de la naïveté : elle s’imagine pouvoir combler son découvert effarant en gagnant à la loterie, se persuade de réduire ses dépenses, hélas sans le moindre succès, et, avec la même assurance feinte, se met en quête d’autres emplois, mais toutes ses tentatives se solderont par des échecs.
Sur le front amoureux, Becky est seule. Bien que courtisée par Tarquin, le riche cousin de sa colocataire Suze, elle est tombée sous le charme de Luke Brandon, un jeune et séduisant homme d’affaires qu’elle croise régulièrement dans le cadre de son travail. Après lui avoir révélé l’existence d’une petite amie, Luke semble finalement ne voir en elle qu’une jolie jeune femme un peu fofolle qui l’amuse, tandis que Becky, blessée dans son amour-propre, essaiera de l’oublier. A plusieurs reprises, pourtant, le hasard se chargera de les réunir.

Si vous avez aimé ce livre, ceux-ci peuvent vous plaire : Ces livres vous sont proposés car les lecteurs de NousLisons.fr qui ont aimé Confessions d'une accro du shopping les ont également appréciés.

Les commentaires :

 
Ce que j’ai particulièrement aimé dans ce roman, sont les lettres envoyées par la banque à Beckie. Cela a eut pour effet de réduire la monotonie du roman, puisque ces fameuses lettres sont nombreuses et régulières. Elles apparaissent, si mes souvenirs sont bons à chaque fin de chapitre. En gros, ça fait toujours du bien de pouvoir lire une de ces petites lettres avant de se replonger dans un chapitre. D’ailleurs, en parlant de chapitres, c’est peut-être bête, mais j’adore quand il y en a. Du coup, on peut s’arrêter quand on veut, et plus simplement. C’est vraiment bête hein, mais le fait qu’ils soient là constituent pour moi un atout majeurs, et ce, peu importe le livre en question. En ce qui concerne l’intrigue, l’histoire en elle-même je dois dire que j’ai beaucoup aimé. C’est une façon de montrer que l’on peut vite se ruiner et avoir des tonnes de soucis en faisant trop de shopping. Sans compter que quand on dit shopping, on s’imaginer souvent en train de faire les boutiques de vêtements, alors que ce n’est pas que ça ! Beckie ne s’achète pas que des vêtements, loin de là. On oublie souvent que le shopping n’est pas que vestimentaire, mais concerne également tout autre achat, tel qu’un appareil ménager, un meuble, une babiole, etc. Ça aussi, c’est peut-être bête, comme point, mais ça m’a bien plu. J’ai trouvé cependant la fin un peu étrange, et un peu abrupte, arrivé comme ça, sans vraiment qu’on s’y attende. Pouf, voilà, c’était la dernière phrase de ce tome - si on peut appeler ça un tome, bien sûr. Passons maintenant au personnage de Beckie. Que dire d’elle si ce n’est qu’elle a tout d’une héroïne de chick-lit ? Par contre, je ne l’ai que moyennement apprécié, au fond. Beckie est naïve, il faut bien l’avouer. D’ailleurs le passage où elle se met à s’imaginer gagnante du loto m’a relativement énervée. En fait, ce n’est pas tant qu’elle imagine ce qu’elle ferait de tout cet argent qui m’a agacé, mais plutôt le fait qu’elle était sûre et certaine de gagner, alors qu’elle n’avait qu’une chance sur je ne sais pas combien. C’était incroyablement naïf et stupide, mais passons. Mais Beckie est surtout douée pour s’attirer des ennuis, bien souvent inutiles et qu’elle aurait donc pu éviter. Comment fait-elle ? Et bien c’est tout simple, Rebecca ment comme elle respire, ou presque. Le pire dans tout ça, c’est que ces mensonges, elle les entretient. Parce qu’une fois qu’elle en a commencé un, au lieu de se rattraper, elle s’enfonce de plus en plus. Je pense notamment à celui concernant sa tante Ermintrude. Au début, c’est amusant, il faut bien l’avouer, mais à la longue, on se lasse rapidement. Malgré tout, Beckie est vraiment attachante. Son évolution m’a bien plu, et j’ai aimé qu’elle veuille elle-même se prendre en charge lorsqu’elle était vraiment dans le rouge. Même si ça n’a pas duré longtemps, c’est l’initiative qui compte. En somme, malgré les points négatifs concernant notre héroïne je dois dire que j’ai tout de même beaucoup apprécié sa compagnie. Niveau relation avec les autres personnages, je dois dire que j’ai beaucoup aimé sa relation avec Luke - bah oui, forcément, quand notre héroïne s’amourache de ce charmant et séduisant jeune homme, on ne peut qu’apprécier, non ? Et puis leur relation chien et chat, si l’on peut dire ça comme ça, m’a bien plu. Mais Beckie entretient également une drôle de relation avec son banquier, le fameux Derek Smeath. J’ai adoré leurs entretiens et leurs échanges, qu’ils soient par courrier ou de vive voix. Franchement, comme ne pas aimer une Rebecca essayant coûte que coûte de se sortir du pétrin dans lequel elle s’est fourrée, avec des bobards de plus en plus absurdes, et les relances incessantes de Derek ? Sans compter que lorsque j’ai adoré la scène où, enfin, ils se rencontraient. Mon dieu, ce que j’ai ris à ce moment ! En somme : un bon roman de chick-lit, ça c’est sûr. À lire pour oublier tous ces petits soucis quotidiens et les remplacer par ceux de notre chère Beckie.
Avis d’Elsa : Mon histoire avec le livre : J’ai découvert le premier tome grâce à ma belle-soeur, et j’ai acheté les autres petit à petit. Mes impressions : J’ai juste adoré ! Becky m’a fait rire et sourire du début à la fin. Ces lectures sont vraiment divertissantes, et Sophie Kinsella est vraiment au top dans ce style de bouquins.
 
Dois-je vraiment présenter ce livre? Je pense que Becky est connue par tout le monde! 
Nous avons donc Rebecca, journaliste financière et addict au shopping, un beau paradoxe me direz vous!
Oui en effet, c’est assez cocasse mais c’est ce qui fait ce livre, alors bien sûr, ça ne vole pas spécialement haut, mais ce livre peut quand même faire réfléchir sur la façon dont nous gérons notre argent, ou sur le monde financier en général.
Bien entendu nous avons une Rebecca par moment très énervante dans son attitude, mais on s’aperçoit de fil en fil qu’elle a un beau et grand coeur, elle a juste des “pulsions”. Et heureusement à la fin elle se sent un tant sois peu plus raisonnable même si je pense que ça ne va durer évidemment!^^ Un film est sorti en 2009 je crois, je l’ai vu il n’y a pas longtemps en cours d’anglais et je dois dire qu’il m’a bien plu également, en même temps l’histoire n’est pas exactement la même ce qui est tant mieux!  Un bon roman de Chick-Lit, pour se vider la tête!
leslivresdedidine.blogspot.fr
Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Accueil Jeux ebooks Gratuits Lecteurs FAQ Partenaires Contact Dons
(c) NousLisons.fr 2012-2020