NousLisons.fr

Tout pour trouver votre prochaine lecture !

Connexion...
Pseudo :
Passe :
Connexion permanente :
Cocher cette case pour que votre connexion soit conservée même si vous fermez votre navigateur (pendant 3 mois).
Important : Ne la cochez pas si vous êtes plusieurs à utiliser cet ordinateur.
Nouveau passe Créer un compte
Jeux Dons Lecteurs Partenaires Blog
Le Maître du haut Château (nouvelle traduction) de Philip K. Dick
Date france :
2012.02.15
Titre origine :
The Man in the High Castle
Date origine :
1962
Editeur :
ISBN :
9782290035474

Le Maître du haut Château (nouvelle traduction)

2012
6½ h
D'après votre vitesse de lecture (15 000 mots à l'heure), il devrait vous falloir environ 6½ h pour lire ce livre.

Temps restant en fonction de l'avancement :

3 %19 %35 %52 %68 %84 %
6 h5 h4 h3 h2 h1 h
 
 
1948, fin de la Seconde Guerre Mondiale et capitulation des Alliés ; le Reich et l’Empire du Soleil Levant se partagent le monde. Vingt ans plus tard, dans les Etats-Pacifiques d’Amérique sous domination nippone, la vie a repris son cours. L’occupant a apporté avec lui sa philosophie et son art de vivre. A San Francisco, le Yi King, ou Livre des mutations, est devenu un guide spirituel pour de nombreux Américains, tel Robert Chidan, ce petit négociant en objets de collection made in USA. Certains Japonais, comme M. Tagomi, grand amateur de culture américaine d’avant-guerre, dénichent chez lui d’authentiques merveilles. D’ailleurs, que pourrait-il offrir à M. Baynes, venu spécialement de Suède pour conclure un contrat commercial avec lui ? Seul le Yi King le sait. Tandis qu’un autre livre, qu’on s’échange sous le manteau, fait également beaucoup parler de lui : Le poids de la sauterelle raconte un monde où les Alliés, en 1945, auraient gagné la Seconde Guerre Mondiale...

Les commentaires :

 
Mgnahh. Voilà ce que cette lecture m’a fait ressentir : mgnahh.
Comme j’en attendais de ce livre, encore subjuguée par la magistral Ubik !
Le problème de cet opus, c’est que tout l’intérêt tient dans les toute dernières pages, les dernières de chez dernières. Avant cela, on a 325 pages en version poche d’un récit fortement marqué par les pensées des personnages en italiques qui peuvent être agaçantes à force, ainsi que la mise en place extrêmement longue du contexte avec des personnages qui au final sont peu intéressants pour le concept global.
Car c’est bien du concept global qu’on ne trouve qu’à la toute fin que le livre tient sa force et certainement son succès, car il suggère des choses intéressantes. Sans la fin, on assiste à une uchronie chiante, disons-le clairement. Cette fin et surtout les deux premiers chapitres de la suite avortée transforment l’histoire en science-fiction pure qui rejoint un peu les univers de Stargate ou Fringe, avec des mondes parallèles et un gouvernement qui a accès à une technologie inconnue du reste du monde... Voilà ce que j’aurais aimé lire.
C’est en outre seulement à la fin qu’on comprend la portée du livre Yi King à qui l’auteur promet un rôle majeur dans cette suite inachevée.
Vraiment, j’appelle ça un acte manqué. Quel dommage qu’il n’ait pas continué car c’est la suite qui aurait donné un réel intérêt à cette histoire. A vérifier en regardant, mais l’adaptation en série doit certainement surfer sur cette idée et aller beaucoup plus loin, compléter l’ambition première de Dick. Finir le travail en somme.
http://livriotheque.free.fr/
http://www.facebook.com/malivriotheque
https://www.youtube.com/channel/UC3O1fss1MLBb5l_M85Z809A
Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Accueil Jeux ebooks Gratuits Lecteurs FAQ Partenaires Contact Dons
(c) NousLisons.fr 2012-2020