NousLisons.fr

Tout pour trouver votre prochaine lecture !

Connexion...
Pseudo :
Passe :
Connexion permanente :
Cocher cette case pour que votre connexion soit conservée même si vous fermez votre navigateur (pendant 3 mois).
Important : Ne la cochez pas si vous êtes plusieurs à utiliser cet ordinateur.
Nouveau passe Créer un compte
Jeux Dons Lecteurs Partenaires Blog
Les Mangeurs de morts de Michael Crichton
Titre origine :
Eaters of the Dead
Date origine :
1976.09.24
ISBN :
9782266142359

Les Mangeurs de morts

1976
3½ h
D'après votre vitesse de lecture (15 000 mots à l'heure), il devrait vous falloir environ 3½ h pour lire ce livre.

Temps restant en fonction de l'avancement :

13 %42 %71 %
3 h2 h1 h
 
 
En l’an 921, Ibn Fadlan, envoyé du calife auprès des peuplades du Nord, est enlevé par une bande de Vikings. Cet Arabe cultivé, habitué au raffinement de la cour de Bagdad, nous décrit son étonnement devant ces barbares hirsutes et bagarreurs, son voyage vers les mers glaciales, les périls qu’il court avec ses ravisseurs et la fraternité qui naît entre eux. C’est qu’il y a urgence : comment lutter contre les créatures mystérieuses qui les déciment ? Ces Mangeurs de morts qui mettent à feu et à sang le Royaume de Rothgar sont-ils des démons comme le croient les Vikings ? Sont-ils des envahisseurs venus de nulle part ? Très loin au nord, dans la brume crépusculaire, Ibn Fadlan, incapable d’en croire ses yeux, verra en face l’ultime horreur...

Les commentaires :

 
Une autre manière de découvrir la vie des vikings. J’ai été déçu que cela se finisse aussi vite. Michael Crichton flirte entre le récit historique et la fiction complète et je n’ai pas vu la transition. Heureusement qu’il y avait sa postface. Un petit complement de Wikipédia :
Ibn Fadlân est un personnage réel ayant effectivement laissé le récit de ses voyages en Asie Centrale. Si les trois premiers chapitres du roman se révèlent assez proches du texte d’Ibn Fadlân, la suite constitue en fait une adaptation du célèbre poème épique Beowulf. Comme il l’explique en postface, Michael Crichton voulait avec cette pseudo monographie érudite, émaillée de nombreuses notes et références (souvent fantaisistes), démontrer que Beowulf est « un récit dramatique et exaltant » et non « l’un de ces textes considérés comme essentiels […], mais qu’en vérité personne ne lit plus à moins d’y être obligé ».
Dernier livre lu : (aucun)
Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Accueil Jeux ebooks Gratuits Lecteurs FAQ Partenaires Contact Dons
(c) NousLisons.fr 2012-2019