NousLisons.fr

Tout pour trouver votre prochaine lecture !

Connexion...
Pseudo :
Passe :
Connexion permanente :
Cocher cette case pour que votre connexion soit conservée même si vous fermez votre navigateur (pendant 3 mois).
Important : Ne la cochez pas si vous êtes plusieurs à utiliser cet ordinateur.
Nouveau passe Créer un compte
Jeux Dons Lecteurs Partenaires Blog
Marche ou crève de Stephen King
Date france :
1989
Titre origine :
The Long Walk
Date origine :
1979
Traducteur :
France-Marie Watkins
Editeur :
ISBN :
2253151394

Marche ou crève

1989
Lecture conseillée à partir de 16 ans (si l'âge conseillé ne vous semble pas correcte, vous pouvez le signaler avec le triangle jaune, à droite quand vous êtes connectés)
5½ h
D'après votre vitesse de lecture (15 000 mots à l'heure), il devrait vous falloir environ 5½ h pour lire ce livre.

Temps restant en fonction de l'avancement :

11 %29 %46 %64 %82 %
5 h4 h3 h2 h1 h
 
 
Mieux que le marathon... la Longue Marche. Cent concurrents au départ, un seul à l’arrivée. Pour les autres, une balle dans la tête. Marche ou crève. Telle est la morale de cette compétition... sur laquelle une Amérique obscène et fière de ses combattants mise chaque année deux milliards de dollars. Sur la route, le pire, ce n’est pas la fatigue, la soif, ou même le bruit des half-tracks et l’aboiement des fusils. Le pire c’est cette créature sans tête, sans corps et sans esprit qu’il faut affronter : la foule, qui harangue les concurrents dans un délire paroxystique de plus en plus violent.
L’aventure est formidablement inhumaine. Les participants continuent de courir en piétinant des corps morts, continuent de respirer malgré l’odeur des cadavres, continuent de vouloir gagner en dépit de tout. Mais pour quelle victoire ?

Si vous avez aimé ce livre, ceux-ci peuvent vous plaire : Ces livres vous sont proposés car les lecteurs de NousLisons.fr qui ont aimé Marche ou crève les ont également appréciés.

Les commentaires :

 
Quand j’ai commencé ce livre, je ne pouvais pas m’arreter, il fallait que je le lise jusqu’au bout... (avec l’impression de recevoir une balle si je le déposais) Il m’a fallu moins de 6h pour l’achever.
 
Déjà je crois qu’on peut féliciter Stephen King pour ce roman qu’il a écrit à l’âge de 18 ans.
Son titre de maitre n’est pas démérité. 
Le titre fait un peu office de résumer.
Tu marches et si tu t’arrêtes tu te reçois une balle dans la tête, donc tu crèves.
Marche ou crève

Ce livre est vraiment horrible.
Mais pas dans le sens où on l’entend quand on entend le nom Stephen King.
J’ai trouvé qu’il était psychologiquement dur à encaisser.
Surtout vers la fin. Il y a des moments quand même assez trash.
Mais, c’est vrai qu’ils mon toucher, mais pas autant que je l’attendais.
Suis-je une insensible ou maintenant la violence fait partie de notre quotidien.
Je pencherais plutôt pour la deuxième hypothèse.
Et franchement, ça me fait vraiment peur de penser ça. J’ai bien ressenti toutes les émotions de tout c’est jeunes garçons.
Je me m’étais à leur place et je me demandais comment ils avaient fait pour se porter volontaire à la longue marche.
Et franchement, moi, j’aurais pas tenue aussi longtemps. Vous allez trouver sa bizarre mais bon...
Pendant ma lecture, surtout vers la fin, j’ai pleurer.
Et oui, je pleure sur du Stephen King.
On commence à s’attacher aux personnages et tout à coup...
Stephen King nous les fait mourir.
Je peux vous dire qu’à la fin j’avais les yeux rouges et les joues toute mouillés tellement j’avais pleurer. Je me suis tout de suite attacher aux personnages.
J’ai bien aimés toutes ces personnalités qui se rencontre.
S’insulte, s’entraide, se marave...
Et mon insulte préférée : Ta gueule, assassin ^^ Et la fin.
J’étais en train de me dire
C’est pas possible.
Ça peux pas se finir comme ça.
Arriver à la fin on en sais pas plus qu’au début. On découvre le gagnant
Mais...
Le gagnant gagne vraiment ?
Il hallucine ?
Il meurt ? Et j’ai horreur des fin ouvertes. En tout cas j’ai beaucoup aimé lire ce livre.
J’ai pas pu le lâcher.
 
(...)Il s’agit donc ici d’une compétition télévisée, une “longue marche” pour 100 adolescents venus de tout le pays, une randonnée macabre jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’un, jusqu’à la mort de tous les autres, dans un système stasunien totalitaire. Pour les aider (ça serait trop long et trop chiant d’attendre qu’ils meurent tous d’épuisement... Ou de vieillesse), des soldats sont là pour les encadrer, leur filer des avertissements dès qu’ils ralentissent ou s’arrêtent et les abattre comme des chiens sans sommation au bout du 3ème. On voit très clairement l’adaptation ciné que ça pourrait donner, à condition de ne pas foirer le casting des mômes et la direction d’acteurs, d’en faire un truc concis, genre 1h30, et surtout, SURTOUT, de ne pas chercher à donner une explication rationnelle à tout, à rester dans le flou, dans le point de vue du héros et de ne pas toucher à la fin ! Parce que c’est tout ce système narratif qui donne à cogiter : sur les motivations de ces jeunes mecs qui se portent délibérément candidats (et sur le parallèle avec l’enrôlement volontaire dans un conflit, le patriotisme en moins), sur l’importance et le sens de la vie et de la mort, sur les conséquences de l’absence paternelle et des traumatismes de l’enfance, sur les limites physiques et psychiques de l’être humain, sur celles de la dignité humaine, sur la fascination morbide des spectateurs (et de la nôtre aussi), sur cet instant où l’esprit bascule dans la folie et où le corps lâche dans un sens ou dans l’autre ou de façon simultanée. Un livre à lire donc, bien avant d’avoir atteint la trentaine si possible (mais si c’est le cas, personne ne viendra vous fusiller pour autant).
Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Accueil Jeux ebooks Gratuits Lecteurs FAQ Partenaires Contact Dons
(c) NousLisons.fr 2012-2017