NousLisons.fr

Liste des livres

Du passé faisons table rase de Thierry Jonquet
1982
Thierry Jonquet (et Ramon Mercader)
Policier
3½ h
Le passé n’oublie rien. Il y aura toujours un ancien pour se souvenir. Une femme pour témoigner. Un enfant qui racontera... Dix ans après les faits, en France, dans les années quatre-vingt, le seul homme à “savoir” voit resurgir le risque que la vérité n’éclate. Cette vérité concerne le Parti. Elle vise le leader, l’homme charismatique à la jeunesse méconnue. Quels furent ses positions et ses actes dans les années de guerre avant qu’il ne milite ? Comment faire taire l’inacceptable alors qu’un corbeau semble à nouveau déterminé à rouvrir les plaies ?
 
 
Mygale de Thierry Jonquet
1984
Thierry Jonquet
Policier
2 h
Dans une villa cossue du Vésinet, Richard, médecin réputé, vit avec Eve. Tous deux, aux yeux du monde, semblent former un couple ordinaire. Mais alors pourquoi Richard enferme-t-il Eve à double tour quand il s’absente? Pourquoi ces gifles, ces hurlements, ces humiliations quotidiennes? Pourquoi, surtout, Richard oblige-t-il régulièrement Eve à se prostituer sous ses yeux ?
 
 
Le Bal des débris de Thierry Jonquet
1984
Thierry Jonquet
Policier
3 h
Tout a changé dans la vie de Frédo, qui pousse des charlots dans un hôpital pour vieux, le jour où Alphonse Lepointre, plombier-zingueur dans le civil mais resté truand dans l’âme, a été admis aux urgences. Ensemble, ils décident de monter le coup de leur vie : c’est le soir du bal, le bal des débris, qu’ils vont soulager de ses diamants une riche pensionnaire, par ailleurs bien gardée... Rebondissements, panique, prise d’otages : Jonquet met en scène une époustouflante course-poursuite au terme de laquelle les diamants sortiront bien de l’hôpital. Mais dans quelles conditions ! Et pourquoi ?
 
 
Vampires de Thierry Jonquet
2011
Thierry Jonquet
Policier
3 h
Bien qu’inachevé, ce texte de Thierry Jonquet est assurément un des plus aboutis sur le plan littéraire : ironie noire, voire macabre, maîtrise du récit et de la langue, cocasserie des personnages… l’auteur était au mieux de sa forme avant de mourir brutalement en août 2009.
Il s’attache ici à suivre la vie d’une famille de vampires, laquelle a élu résidence rue de Belleville, le quartier fétiche de Jonquet. Mais les journées sont longues pour ceux qui doivent fuir la lumière du soleil. Heureusement, un empaleur vient distraire leur routine naturellement sanglante. Et un dénommé Valjean mène l’enquête.
 
 
La Bête et la Belle de Thierry Jonquet
1985
Thierry Jonquet
Policier
2½ h
Léon est vieux. Très vieux. Léon est moche. Très moche. Léon est sale. Vraiment très sale ! Léon se tient très mal à table. C’est dans sa nature... C’est triste ? Non : Léon a enfin trouvé un ami, un vrai de vrai ! Seulement voilà, le copain en question est un peu dérangé. Parfois dangereusement. Mais Léon est indulgent envers ses amis. Pas vous ?
 
 
Le Manoir des immortelles de Thierry Jonquet
1986
Thierry Jonquet
Policier
2 h
Pauvre Numéro 52 ! Il se promène, insouciant, satisfait. Il ignore que dans l’Empire des Morts, Hadès le guette, l’épie. Et que bientôt, il traversera les eaux noires du Styx pour venir le tuer. Comme il a tué Numéro 28. Comme il a tué Numéro 42. Et là-bas, dans le manoir, Lola, dédaigneuse de ces querelles, dort.
 
 
Mémoire en cage de Thierry Jonquet
1982
Thierry Jonquet
Thriller
2½ h
Tout est permis quand on a beaucoup souffert. Quand sa vie est fichue on peut toujours essayer de réussir la mort de l’ordure qui a tout gâché. Le hasard bien utilisé peut servir… ou tout brouiller. “Alain, quelqu’un voudra-t-il de ta minable vérité ?”
 
 
400 coups de ciseaux de Thierry Jonquet
2013
Thierry Jonquet
Policier
4 h
“Voilà comment ça s’est passé”, paru en 1997 dans la revue Les Temps modernes, raconte l’engagement politique, le travail en milieu hospitalier, l’expérience d’enseignant, et comment la découverte du roman noir boucle la boucle, rejoignant la politique : naissance d’un écrivain. Les nouvelles illustrent toutes les facettes de l’oeuvre de Jonquet : critique sociale et politique (dérive psychiatrique ; défense des sans-abri, sans-papiers, sans boulot ; détresse au quotidien des broyés du système), mais aussi noir frôlant le fantastique, et toujours, un humour grinçant et désespéré. Elles proviennent de quotidiens et magazines tels que Télérama, Libération, Senso, d’anthologies introuvables, de tirés à part hors commerce. Celle qui donne son titre au recueil, inédite, est une vraie nouvelle policière, fidèle aux règles du genre.
Ad vitam aeternam de Thierry Jonquet
2002
Thierry Jonquet
Policier
6½ h
Anabel, jeune femme un peu terne, ancienne toxico, trois ans de taule à Fleury-Mérogis. Pas de relation connue. Dans le square où elle mange son sandwich tous les midis, elle rencontre Monsieur Jacob, propriétaire d’un magasin de pompes funèbres. Honnête, apaisant, bien sous tous rapports. Un certain âge. Discret. Le genre auquel on ne résiste pas. A Darnoncourt, une prison qui accueille les détenus en fin de peine, un certain Ruderi, septuagénaire, sans famille ni amis, s’apprête à retrouver la liberté après quarante ans de détention. En pleine forme et sans la moindre appréhension. Bizarre quand même. Et puis il y a Oleg. Oleg est tueur à gages. L’un des meilleurs. Froid et très méthodique. Au moment où commence ce récit, il ne connaît aucun des protagonistes de cette histoire. Pourtant, une femme très riche, toute cassée dans son fauteuil roulant, qui n’a plus rien à perdre, lui demande de trouver qui est réellement Ruderi. Et c’est ce réellement, n’en doutons pas, n’en doutons surtout pas, qui va donner du fil à retordre à Oleg. Un secret, très lourd, insensé, un secret disons d’ordre immémorial, lie tous ces gens. Et c’est peut-être ce secret qui est le grand personnage de cette histoire. Sans oublier, bien sûr, la Mort, plus organisée et plus excitée que jamais. La Mort qui va se montrer ici d’une vitalité à toute épreuve. Si l’on peut dire...
Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte de Thierry Jonquet
2006
Thierry Jonquet
Policier
6½ h
Département du 9-3, septembre 2005. Anna Doblinsky, une jeune diplômée d’un IUFM, rejoint son premier poste au collège Pierre-de-Ronsard à Certigny. HLM, zone industrielle, trafics de drogue, bagarres entre bandes rivales et influence grandissante des salafistes, le décor n’est pas joyeux. Dès le premier jour, Anna est brutalement rappelée à sa judéité par des élèves mus par un antisémitisme banal et ordinaire. Lakdar Abdane, un jeune beur particulièrement doué, ne demanderait, lui, pas mieux que d’étudier, mais n’y arrive pas depuis qu’il a perdu l’usage d’une main. Tout serait-il écrit ? Certes non, mais une fois enclenchées, il est des dynamiques qui ne s’arrêtent pas aisément. Et la mort est au bout. Commencé bien avant les émeutes des banlieues et le meurtre d’Ilan Halimi, ce roman dit des territoires que la République se doit de reprendre au plus vite à la barbarie.
La vie de ma mère de Thierry Jonquet
2001
Thierry Jonquet
Policier
2 h
Ce n’est pas l’histoire de sa mère car de mère, il en a si peu. Elle n’est jamais là, elle travaille comme standardiste de nuit à Lariboisière. Elle fait de son mieux. Alors il vit sa vie tant bien que mal et la raconte dans son langage à lui, le môme des cités. Il n’est pas fort en rédaction, mais lui aussi fait de son mieux...
Le secret du rabbin de Thierry Jonquet
1986
Thierry Jonquet
Policier
3½ h
En ce jour de 1920, le très savoureux et peu orthodoxe rabbin Mordechai Hirshbaum vient de rendre son âme à Dieu. Ses héritiers, des neveux dispersés dans le monde, sont instamment priés de se rendre en Pologne pour venir toucher leur part d’héritage. Les quatre cousins sont aussi dissemblables par leur pays et leurs activités : Moses est gangster à New York, Léon est un distingué officier français, David, un bâtisseur du nouvel Israël et Rachel une Bolchévique passionnée. Perplexes et ayant décidément d’autres chats à fouetter, aucun d’entre eux n’est vraiment pressé de recueillir l’héritage promis par l’ancêtre. En cette période troublée, annonciatrice d’événements dramatiques, ils finiront quand même par se retrouver, après un véritable parcours du combattant, un soir, auprès de l’arbre où est enterré le trésor !
Les orpailleurs de Thierry Jonquet
1993
Thierry Jonquet
Policier
6½ h
La main droite avait été tranchée, net, au niveau du poignet. Rien ne permettait d’identifier le cadavre, celui d’une femme. Dans la semaine qui suivit, on en découvrit deux autres, assassinées selon le même rituel. Si le meurtrier tuait ainsi en amputant ses victimes, c’était avant tout pour renouer avec ses souvenirs. Il effectuait un voyage dans le temps. Mais pour aller au bout du chemin, il lui fallut emprunter une route que bien d’autres avaient suivie avant lui. Des hommes, des vieillards, des enfants. Des femmes aussi.
Mon vieux de Thierry Jonquet
2004
Thierry Jonquet
Policier
6½ h
Élevé dans la misère, Alain Colmont a quant même réussi à devenir prof, puis scénariste pour la télé. Mais un jour sa fille, Cécile, a un accident de scooter qui la défigure. Alain, qui l’adore, se ruine pour lui redonner un visage. À La Courneuve, un vieillard qui titube au milieu de la route à 11 heures du soir est récupéré par la BAC. Pas moyen de savoir son nom, l’inconnu a la maladie d’Alzheimer. À Belleville, une bande de clodos se retrouve régulièrement pour boire et se livrer à de petites combines. Cette vie-là, Daniel Tessandier, RMiste, n’en veut pas. Mais comment l’éviter lorsqu’on perd son appartement et qu’il n’y a pas de travail ? C’est l’été, - l’été 2003. Étouffante, le chaleur commence à faire des ravages chez les plus démunis, vieillards, malades et rejetés de la vie. Pour Alain Colmont, la canicule risque de tourner au cauchemar...
Rouge c'est la vie de Thierry Jonquet
1998
Thierry Jonquet
Policier
3 h
Mai 68 : j’avais quatorze ans. Mai 98 : j’en ai quarante-quatre. Imparable. Trente ans et quelques cheveux blancs plus tard, la tentation était forte de jeter un petit coup d’œil dans le rétroviseur. Les banderoles, les slogans, les drapeaux rouges, les manifs. Et ce qui a suivi. Le militantisme. Pour ce qui me concerne, dans les rangs trotskistes. À la Ligue communiste. Mai 68 : elle avait quatorze ans. Mai 98 : elle en a quarante-quatre. Imparable. Trente ans et quelques éclats de rire plus tard, la tentation était forte de jeter un petit coup d’œil dans le rétroviseur. Les banderoles, les slogans, les drapeaux rouges, les manifs. Et ce qui a suivi. Le militantisme. Pour ce qui la concerne, dans les rangs sionistes-socialistes. Au kibboutz. Mai 68 – mai 98. Trente ans ont passé. Et je vis avec elle. Contre toute attente, Monsieur Hasard nous a réunis mais il a eu beaucoup de mal à justifier notre rencontre. Vous verrez. Depuis quinze ans j’écris des romans noirs. Des intrigues où la haine, le désespoir se taillent la part du lion et n’en finissent plus de broyer de pauvres personnages auxquels je n’accorde aucune chance de salut. Chacun s’amuse comme il peut. J’ai eu envie de rompre avec l’habitude, de m’octroyer un moment de répit. De remonter dans le passé. D’évoquer les banderoles, les slogans, les drapeaux rouges, les manifs. Et surtout de raconter une histoire d’amour. La mienne. Thierry Jonquet
15 livres correspondent à votre recherche sur NousLisons.fr
(Rappel de vos critères : auteur contient Jonquet, prenom contient Thierry, trié par note)