NousLisons.fr

Liste des livres

1280 âmes de Jean-Bernard Pouy
2000
Jean-Bernard Pouy
Policier
2 h
Pop 1280 versus 1275 âmes
Pop 1280 c’est le titre original de l’ouvrage de Jim Thompson, devenu 1275 âmes lorsqu’il intégra, en France, la fameuse Série Noire de Gallimard alors dirigée par Marcel Duhamel. En franchissant l’Atlantique, cinq des 1280 âmes thompsoniennes se sont envolées… L’édition française serait-elle anthropophage ?
C’est précisément tout le souci de Pierre de Gondol, héros détective de 1280 âmes de Jean-Bernard Pouy. Facétieux, amoureux d’une jeune muse de la scène théâtrale underground prénommée Iris, ce jeune libraire bibliophile de trente-cinq ans n’est pas seulement érudit, mais aussi sensiblement joueur. Incollable pour dire qui a écrit quoi à partir d’une simple phrase, il compte parmi sa clientèle quelques hurluberlus particulièrement méticuleux… L’un d’eux n’hésite donc pas à employer ses services pour découvrir le destin des cinq disparus de Pottsville.
Comment résister à la tentation de caler ses souliers dans ceux du grand auteur américain ? Pierre de Gondol connaît là l’occasion : celle de se replonger dans la lecture de 1275 âmes et à nouveau d’éprouver la félicité de savoir sa profession en harmonie avec ses émotions littéraires. « J’avais presque envie de pleurer. / Ca me fait ça la littérature. / Certains c’est le cinéma. Ils en sortent avec des yeux marinés au Tandoori. Ca me fait rire. Je ne pleure jamais au cinoche, puisque c’est en deux dimensions, c’est plat. » Sur la route des mots de Thompson, Jean-Bernard Pouy explore sa propre langue. Drôle et émouvante, vive et parfois cruelle, elle est si légère qu’elle se dévore, si dense qu’elle ne s’oublie pas.
Colère du présent de Jean-Bernard Pouy
2012
Jean-Bernard Pouy
Policier
1½ h
Tous les premiers Mai, la bonne ville d’Arras se remplit de tout qui est contre et anti. Contre l’horreur sociale et les manquements divers à une morale élémentaire, et anti travail obligatoire. Depuis le temps, ça aurait dû porter ses fruits vénéneux et semer une zizanie durable dans le train train hexagonal conduit par un pouvoir, qui, lui, fonce toujours, tête baissée, dans le mur de la honte.
Alors, cette année-là, tous ceux qui fêtent, en ce jour, la solidarité avec les délaissés, les démunis, les punis, les esclaves, ont décidé de se rebeller et de grimper une marche supplémentaire sur l’escalier de la contestation. Ils vont bloquer la ville et se préparer à subir un siège, un vrai.
Jusqu’au bout. En face, on prend tellement ça au sérieux qu’on envoie qui ? L’armée, bien sûr, bien connue pour son doigté.
H4Blues de Jean-Bernard Pouy
2003
Jean-Bernard Pouy
Policier
3½ h
Tout va bien, par rapport au Kosovo. Délicat euphémisme. Nicolas se demande si le Destin ne l’a pas pris pour cible : une jambe en moins remplacée par une prothèse, un boulot perdu, une bagnole volée, une épouse partie au Canada pour étudier le sommeil des Inuits et un fils à la sensibilité d’enclume... L’avenir est à la gueule de bois et aux mauvais souvenirs.
Alors, quand l’un de ses amis d’enfance meurt bizarrement après l’avoir appelé à l’aide et que la veuve crie au meurtre, Nicolas se décide à bouger. Résultat garanti ! Le monde crève mais les hommes, dans l’arène, s’agitent comme des fous. Mis en sommeil par l’âge adulte, Nicolas, réveillé, a gardé de beaux restes...
La Belle de Fontenay de Jean-Bernard Pouy
1999
Jean-Bernard Pouy
Policier
4 h
La Belle de Fontenay, c’est une variété de patates, que l’on connaît aussi sous le nom de Hénaut. Verte, délicieuse, très ferme à la vapeur, se récolte à partir de juin. Mais cependant très fragile, nécessite du boulot. Voyez, l’ignorance est déjà chose du passé.
La raison de cette introduction potagère, c’est la passion de Enric Jovillard, le narrateur de ce livre. Enric a la soixantaine, célibataire, pas d’enfants, et jardinier compréhensif, sensible et attentionné. Fils de révolutionnaires espagnols, il a été naturalisé français durant sa jeunesse et a retenu de ses parents en prônant l’anarchie. Pas l’anarchie des punks bidon, la vraie anarchie, l’anarchie pour La Cause, celle qui était prête à tuer, en 68. Jovillard a mangé sa part de coups sur la gueule, a toujours servi la contrepartie à ces coups, a fait de la prison, a appris à se battre, à manier les armes. Et une balle qui lui effleura la tête l’a laissé sourd-muet, maintenant étranger au monde des « zorros » (oraux) et de la musique. Il n’a jamais appris le langage des signes et ne communique, uniquement lorsque c’est nécessaire, que par petits papiers, des mots griffonnés dans un carnet, sur un papier qui traînait là, ou encore sur la nappe du restaurant, qui finit inévitablement noircie de pattes de mouche. Et Enric ne supporte pas les fautes d’orthographe.
La récup' de Jean-Bernard Pouy
2008
Jean-Bernard Pouy
Policier
3 h
L’opération paraissait simple : un manoir, une porte, une serrure à ouvrir. Et bingo, dix mille euros. Sauf que ces salauds de mafieux russes n’ont jamais honoré leur marché. Ils ont eu les tableaux et moi, je suis reparti bredouille. J’ai une sacrée frousse, il y a de quoi, mais ces dix mille euros, ils me les doivent et je les veux... à tout prix.
Larchmütz 5632 de Jean-Bernard Pouy
2001
Jean-Bernard Pouy
Policier
3 h
Benno et Adrien sont deux anciens combattants révolutionnaires, en sommeil depuis vingt-cinq ans. Lorsque l’Organisation les réactive, ils quittent à contrecoeur leur ferme de Bretagne et abandonnent Momone sans savoir qu’elle est la seule vache télépathe au monde. Ils rejoignent Paris par des chemins détournés pour se lancer dans un nouveau combat : “redonner un sens à l’Histoire en organisant un contre-pouvoir moral doté d’une justice armée”. Mais les temps ont changé, et lorsqu’on leur demande de se transformer en tueurs internationaux, ils abandonnent la sacro-sainte discipline pour tenter de savoir qui les manipule. Sous des aspects débonnaires (servis par la vache télépathe), Jean-Bernard Pouy analyse avec lucidité ce qu’il est advenu des anciens révolutionnaires de 1968. A travers les remarques sarcastiques de Benno et Adrien, il pose un regard critique sur l’évolution de la société actuelle et livre un roman pessimiste mais non dénué d’humour.
Le rouge et le vert de Jean-Bernard Pouy
2010
Jean-Bernard Pouy
Policier
2½ h
Lorsque l’on s’ennuie, le pire n’est jamais loin. Surtout si cela se passe chez un mondain lors d’un repas de gens auto-proclamés brillants dont les pensées subtiles volent comme des enclumes. Averell, créateur de parfum, surnommé ainsi par sa copine car il est daltonien, accepte le défi “génial” de son hôte consistant à enquêter sur un mystère qu’il doit lui-même identifier avant de le résoudre ! Ni la lecture des faits divers, ni la probable disparition de son patron, pas même les coups échangés entre ses voisins ou les crises de larmes de la caissière d’un supermarché ne l’inspirent. Le monde pourtant, à mieux le regarder, sent mauvais. Averell chipote. Il ignore, rêveur naïf, que l’autre face de la réalité est un boomerang qu’il pourrait bien être le premier des Dalton à prendre dans les dents…
Les roubignoles du destin de Jean-Bernard Pouy
2004
Jean-Bernard Pouy
Policier
2 h
Le destin, de ses gros doigts aussi boudinés que malhabiles, frappe, au hasard, un vieux con, une petite cavalière, un poète du désert, un sportif en pleine finale, le Pape ou le dieu vivant du saxophone ténor... Et c’est alors le drame ou l’intense rigolade, ce qui, en y regardant de près, est la même chose, c’est-à-dire l’insensée Douleur du Monde. Douze nouvelles pour faire avec l’auteur le tour de son talent aux multiples facettes.
Ma ZAD de Jean-Bernard Pouy
2018
Jean-Bernard Pouy
Policier
3 h
Camille Destroit, quadra, responsable des achats du rayon frais à l’hyper de Cassel, est interpellé lors de l’évacuation du site de Zavenghem, occupé par des activistes. À sa sortie de GAV, le hangar où il stockait des objets de récup destinés à ses potes zadistes n’est plus qu’un tas de ruines fumantes, son employeur le licencie, sa copine le quitte... et il se fait tabasser par des crânes rasés. Difficile d’avoir pire karma et de ne pas être tenté de se radicaliser !
Heureusement, la jeune Claire est là qui, avec quelques compagnons de lutte, égaye le quotidien de Camille et lui redonne petit à petit l’envie de lutter contre cette famille de potentats locaux, ennemis désignés des zadistes, les Valter.
Nous avons brûlé une sainte de Jean-Bernard Pouy
2015
Jean-Bernard Pouy
Policier
3 h
Ils sont d’une insolence élégante, passablement meurtrière et totalement anglophobe. Le même jour, ils ridiculisent l’Ambassadeur anglais, maculent la British Airways et font sauter un concert de punks londoniens. Ils signent Arthur Rimbaud... Mais quel rapport ? se demandent, avec angoisse, les Autorités.
Nus de Jean-Bernard Pouy
2007
Jean-Bernard Pouy
Policier
3 h
Décidé à faire passer la contre société alternative à la vitesse supérieure, le collectif libertaire “ZO” organise son “université d’été” dans un camp naturiste. Parce qu’à poil on ne peut plus rien cacher ! Au programme, donc : plage, surf, amours libres et... prises de bec.
La situation risque de virer au problématique quand la bande apprend que Rosa, une gentille retraitée, a été tuée. En aidant leur ami Harrar à régler les détails de la succession, ils découvrent l’histoire extraordinaire de la vieille Espagnole... Il s’agirait de la propre fille du célèbre combattant républicain Durutti !
Ce n’est plus Rosa, c’est une icône qu’on a tuée ! Les voilà plongés jusqu’au cou dans une intrigue policière dont ils se seraient bien passés...
Calo, Laurence, Papi, Brett, Sonia et les autres affrontent leurs contradictions libertaires : que faire du coupable quand ils l’auront trouvé ? Peut-on mentir, peut-on trahir pour que justice soit faite ?
Salué par la critique comme l’un des auteurs majeurs du polar français, grand amateur de l’Oulipo et fondateur du Poulpe, dont plusieurs livres ont été adaptés au cinéma, Jean-Bernard Pouy exerce, avec Nus, son humour ravageur sur les contradictions de sa propre famille.
Tout doit disparaître de Jean-Bernard Pouy
2015
Jean-Bernard Pouy
Policier
13 h
À la recherche de l’honneur perdu de Jeanne d’Arc, des mystères de l’épouse suicidaire ou de ceux, honteux, d’une famille militante. À la recherche de l’enfant disparu ou d’une victime devenue proie. Cinq récits métaphoriques ou brutalement réalistes, parcours initiatiques menés par des rebelles littéraires, des adolescents piétinés, des maris aimants mais floués, des mères douloureuses, des fils en manque…
Cinq récits graves mais stylistiquement suffisamment décalés pour que l’humour apaise un peu la douleur du Monde.
Cinq romans noirs datant des années 80 et 90 et publiés à la Série Noire.
Train perdu wagon mort de Jean-Bernard Pouy
2003
Jean-Bernard Pouy
Policier
2½ h
Au cœur de la nuit, un wagon se détache d’un train-couchettes et s’arrête soudain. D’abord persuadés qu’il s’agit d’une panne, les occupants découvrent qu’ils sont perdus au milieu de nulle part. Abandonnés, oubliés par les secours, certains partent en éclaireurs et disparaissent. Leurs cadavres sont retrouvés, dans une ville déserte et en ruine. La terreur s’empare alors des survivants...
 
 
Une brève histoire du roman noir de Jean-Bernard Pouy
2012
Jean-Bernard Pouy
Essai
1½ h
Le roman noir se doit par essence de ne pas être rose, c’est la moindre des choses. Sa préoccupation essentielle, celle de dépeindre des êtres brisés et menacés par une société aveugle et corrompue, lui a confié toute une génération d’auteurs qui, eux-mêmes, pour diverses raisons, quelquefois personnelles, ne voyaient aucunement l’espoir se lever derrière les brouillards dépressifs de toutes sortes.
14 livres correspondent à votre recherche sur NousLisons.fr
(Rappel de vos critères : auteur contient Pouy, prenom contient JeanBernard)