NousLisons.fr

Liste des livres

Le petit Docteur de Georges Simenon
1943
Georges Simenon
Policier
9 h
Le détective le plus réussi et le plus vivant de Simenon après Maigret est-il le Petit docteur établit à Marsilly en Charente, un village que Simenon connaît bien.
Il s’appelle Jean Dollent, du nom d’une rue de Paris, proche de la Santé ou se passe une scène de la tête et les hommes. (...) Il est curieux et regrettable que Simenon n’est pas plus utilisé ce personnage qui reste une de ses meilleures créations.
Pietr le Letton de Georges Simenon
1931
Maigret (1)
Georges Simenon
Policier
2½ h
Pietr le Letton arrive à Paris. Nul doute qu’il est là pour réaliser une des colossales escroqueries dont il est coutumier. Le commissaire Maigret, qui a reçu son signalement, le repère à son arrivée en gare du Nord. Il s’apprête à le filer lorsqu’un employé du train l’entraîne vers un compartiment où gît le cadavre d’un homme, parfait sosie du Letton. Mais est-ce bien lui ? Pour en être sûr, le policier retrouve la trace du premier voyageur dans un hôtel parisien. Le soi-disant Letton y a rencontré un comparse avec laquelle il a disparu. La piste semble coupée jusqu’au moment où Maigret trouve un indice qui le mène à Fécamp. La traque continue mais les choses se gâtent lorsqu’on tente de tuer le commissaire.
Le charretier de La Providence de Georges Simenon
1931
Maigret (2)
Georges Simenon
Policier
2½ h
Des faits le plus minutieusement reconstitués, il ne dégageait rien, sinon que la découverte des deux charretiers de Dizy était pour ainsi dire impossible. Le dimanche - c’était le 4 avril -, la pluie s’était mise à tomber à verse dès trois heures de l’après-midi. A ce moment, il y avait dans le port, au-dessus de l’écluse 14, qui fait la jonction entre la Marne et le canal latéral. deux péniches à moteur avalantes, un bateau de déchargement et une vidange. Un peu avant sept heures, alors que commençait le crépuscule, un bateau-citerne, l’Eco-III, s’était annoncé et avait pénétré dans le sas.
Monsieur Gallet, décédé de Georges Simenon
1931
Maigret (3)
Georges Simenon
Policier
3 h
La toute première prise de contact entre le commissaire Maigret et la mort, avec qui il allait vivre des semaines durant dans la plus déroutante des intimités, eut lieu le 27 juin 1930 en des circonstances à la fois banales, pénibles et inoubliables. Inoubliables surtout parce que, depuis une semaine, la Police Judiciaire recevait note sur note annonçant le passage à Paris du roi d’Espagne pour le 27 et rappelant les mesures à prendre en pareil cas. Or, le directeur de la PJ. était à Prague, où il assistait à un congrès de police scientifique. Le sous-directeur avait été appelé dans sa villa de la côte normande par la maladie d’un de ses gosses. Maigret était le plus ancien des commissaires et devait s’occuper de tout, par une chaleur suffocante, avec des effectifs que les vacances réduisaient au strict minimum. Ce fut encore le 27 juin au petit jour qu’on découvrit, rue Picpus, une mercière assassinée. Bref, à neuf heures du matin, tous les inspecteurs disponibles étaient partis pour la gare du Bois-de-Boulogne, où on attendait le souverain espagnol. Maigret avait fait ouvrir portes et fenêtres et, sous l’action des courants d’air, les portes claquaient, les papiers s’envolaient des tables. A neuf heures et quelques minutes arrivait un télégramme de Nevers : Emile Gallet, voyageur de commerce, domicilié à Saint-Fargeau, Seine-et-Marne, assassiné nuit du 25 au 26, Hôtel de la Loire à Sancerre. Nombreux détails étranges. Prière prévenir famille pour reconnaissance cadavre. Si possible envoyer inspecteur de Paris.
Le pendu de Saint-Pholien de Georges Simenon
1931
Maigret (4)
Georges Simenon
Policier
2½ h
Personne ne s’aperçut de ce qui se passait. Personne ne se douta que c’était un drame qui se jouait dans la salle d’attente de la petite gare où six voyageurs seulement attendaient, l’air morne, dans une odeur de café, de bière et de limonade. Il était cinq heures de l’après-midi et la nuit tombait. Les lampes avaient été allumées mais, à travers les vitres, on distinguait encore dans la grisaille du quai les fonctionnaires allemands et hollandais, de la douane et du chemin de fer, qui battaient la semelle. Car la gare de Neuschanz est plantée à l’extrême nord de la Hollande, sur la frontière allemande. Une gare sans importance.
Neuschanz est à peine un village. Aucune grande ligne ne passe par là. Il n’y a guère de trains que le matin et le soir, pour les ouvriers allemands qui, attirés par les gros salaires, travaillent dans les usines des Pays-Bas. Et la même cérémonie se reproduit chaque fois. Le train allemand s’arrête à un bout du quai. Le train hollandais attend à l’autre bout.
La tête d'un homme de Georges Simenon
1931
Maigret (5)
Georges Simenon
Policier
2½ h
Quand une cloche, quelque part, sonna deux coups, le prisonnier était assis sur son lit et deux grandes mains noueuses étreignaient ses genoux repliés. L’espace d’une minute peut-être il resta immobile, comme en suspens, puis soudain, avec un soupir, il étendit ses membres, se dressa dans la cellule, énorme, dégingandé, la tête trop grosse, les bras trop longs, la poitrine creuse. Son visage n’exprimait rien, sinon l’hébétude, ou encore une indifférence inhumaine. Et pourtant, avant de se diriger vers la porte au judas fermé, il tendit le poing dans la direction d’un des murs.
Le chien jaune de Georges Simenon
1931
Maigret (6)
Georges Simenon
Policier
2½ h
Vendredi 7 novembre. Concarneau est désert. L’horloge lumineuse de la vieille ville, qu’on aperçoit au-dessus des remparts, marque onze heures moins cinq. C’est le plein de la marée et une tempête du sud-ouest fait s’entrechoquer les barques dans le port. Le vent dans les rues, où l’on voit parfois des bouts de papier filer à toute allure au ras du sol. Quai l’Aiguillon, il n’y a pas une lumière. Tout est fermé. Tout le monde dort. Seules les trois fenêtres de l’Amiral, à l’angle de la place et du quai, sont encore éclairées...
 
 
La nuit du carrefour de Georges Simenon
1931
Maigret (7)
Georges Simenon
Policier
2½ h
Quand Maigret, avec un soupir de lassitude, écarta sa chaise du bureau auquel il était accoudé, il y avait exactement dix-sept heures que durait l’interrogatoire de Carl Andersen. On avait vu tour à tour, par les fenêtres ans rideaux, la foule des midinettes et des employés prendre d’assaut, à l’heure de midi, les crémeries de la place Saint-Michel, puis l’animation faiblir, la ruée de six heures vers les métros et les gares, la flânerie de l’apéritif. La Seine s’était enveloppée de buée. Un dernier remorqueur était passé, avec feux verts et rouges, traînant trois péniches. Dernier autobus. Dernier métro. Le cinéma dont on fermait les grilles après avoir rentré les panneaux réclame...
Un crime en Hollande de Georges Simenon
1931
Maigret (8)
Georges Simenon
Policier
2½ h
Jean Duclos (la trentaine), sociologue français d’origine suisse, est professeur de criminologie à l’Université de Nancy. A l’occasion d’une tournée de conférences aux Pays-Bas, il est amené à se rendre à Delfzijl. Après une soirée donnée en son honneur chez Conrad Popinga (quarante-deux ans), professeur à l’Ecole navale de la ville et ancien capitaine au long cours, son hôte est tué d’une balle de revolver.
Duclos est soupçonné d’être l’assassin et le commissaire Maigret — bien qu’handicapé par son ignorance du néerlandais — est envoyé en Hollande afin d’enquêter sur le meurtre. Certes, Le Français a découvert bien vite l’arme du crime, mais il n’est pas le seul suspect dans cette affaire.
Au Rendez-vous des Terre-Neuvas de Georges Simenon
1931
Maigret (9)
Georges Simenon
Policier
2 h
- Que c’est le meilleur petit gars du pays et que sa maman, qui n’a que lui, est capable d’en mourir. J’ai la certitude, comme tout le monde ici, qu’il est innocent. Mais les marins à qui j’en ai parlé prétendent qu’il sera condamné parce que les tribunaux civils n’ont jamais rien compris aux choses de la mer...
« Fais tout ce que tu pourras, comme si c’était pour toi-même... J’ai appris par les journaux que tu es devenu une haute personnalité de la Police judiciaire... »
C’était un matin de juin ; Mme Maigret, dans l’appartement du boulevard Richard-Lenoir, dont toutes les fenêtres étaient ouvertes, achevait de bourrer de grandes malles d’osier, et Maigret, sans faux col, lisait à mi-voix. « De qui est-ce ? »
- Jorissen... Nous avons été à l’école ensemble... Il est devenu instituteur à Quimper... Dis donc, tu tiens beaucoup à ce que nous passions nos huit jours de vacances en Alsace ?
La danseuse du Gai-Moulin de Georges Simenon
1931
Maigret (10)
Georges Simenon
Policier
2½ h
Deux jeunes noceurs endettés – un bourgeois désaxé et le fils d’un employé – fréquentent à Liège « Le Gai-Moulin », une boîte de nuit où ils courtisent l’entraîneuse Adèle. A la fin d’une soirée qu’elle a passée, à une table voisine des jeunes gens, en compagnie d’un Levantin arrivé le jour même dans la ville, Delfosse et Chabot se laissent enfermer dans la cave de l’établissement afin de s’emparer de la recette. Dans l’obscurité, ils entraperçoivent ce qu’ils croient être un cadavre, celui du Levantin ; ils prennent la fuite. Le lendemain, émoi dans la presse : le corps d’Ephraïm Graphopoulos, le client de passage, est découvert à l’intérieur d’une manne d’osier abandonnée dans un jardin public. L’enquête aboutit rapidement à l’arrestation des deux jeunes gens. Mais il y a un troisième suspect : un autre client de passage, un Français, également présent au « Gai-Moulin » le soir du meurtre.
La Guinguette à deux sous de Georges Simenon
1932
Maigret (11)
Georges Simenon
Policier
2 h
Une fin d’après-midi radieuse. Un soleil presque sirupeux dans les rues paisibles de la Rive Gauche. Et partout, sur les visages, dans les mille bruits familiers de la rue, de la joie de vivre. Il y a des jours ainsi, où l’existence est moins quotidienne et où les passants, sur les trottoirs, les tramways et les autos semblent jouer leur rôle dans une féerie. C’était le 27 juin. Quand Maigret arriva à la poterne de la Santé, le factionnaire attendri regardait un petit chat blanc qui jouait avec le chien de la crémière. Il doit y avoir des jours aussi où les pavés sont plus sonores. Les pas de Maigret résonnèrent dans la cour immense. Au bout d’un couloir, il interrogea un gardien. - Il a appris ?... - Pas encore. Un tour de clef. Un verrou. Une cellule très haute, très propre, et
un homme qui se levait tandis que son visage semblait chercher une expression. - Ça va, Lenoir ? questionna le commissaire.
L'ombre chinoise de Georges Simenon
1932
Maigret (12)
Georges Simenon
Policier
2 h
Il était dix heures du soir. Les grilles du square étaient fermées, la place des Vosges, avec les pistes luisantes des voitures tracées sur l’asphalte et le chant continu des fontaines, les arbres sans feuilles et la découpe monotone sur le ciel des toits tous pareils. Sous les arcades, qui font une ceinture prodigieuse à la place, peu de lumière. A peine trois ou quatre boutiques. Le commissaire Maigret vit une famille qui mangeait dans l’une d’elles, encombrée de couronnes mortuaires en perles. Il essayait de lire les numéros au-dessus des portes, mais à peine avait-il dépassé la boutique aux couronnes qu’une petite personne sortit de l’ombre. - C’est à vous que je viens de téléphoner ? Il devait y avoir longtemps qu’elle guettait. Malgré le froid de novembre, elle n’avait pas passé de manteau sur son tablier. Son nez était rouge, ses yeux inquiets.
L'affaire Saint-Fiacre de Georges Simenon
1932
Maigret (13)
Georges Simenon
Policier
2½ h
Un grattement timide à la porte ; le bruit d’un objet posé sur le plancher ; une voix furtive : « Il est cinq heures et demie ! Le premier coup de la messe vient de sonner… » Maigret fit grincer le sommier du lit en se soulevant sur les coudes et tandis qu’il regardait avec étonnement la lucarne percée dans le toit en pente, la voix reprit : « Est-ce que vous communiez ? »
Maintenant, le commissaire Maigret était debout, les pieds nus sur le plancher glacial. Il marcha vers la porte qui fermait à l’aide d’une ficelle enroulée à deux clous. Il y eut des pas qui fuyaient, et, quand il fut dans le couloir, il eut juste le temps d’apercevoir une silhouette de femme en camisole et en jupon blanc. Alors il ramassa le broc d’eau chaude que Marie Tatin lui avait apporté, ferma sa porte, chercha un bout de miroir devant lequel se raser.
Maigret chez les Flamands de Georges Simenon
1932
Maigret (14)
Georges Simenon
Policier
2 h
Quand Maigret descendit du train, en gare de Givet, la première personne qu’il vit, juste en face de son compartiment, fut Anna Peeters. à croire qu’elle avait prévu qu’il s’arrêterait à cet endroit du quai exactement ! Elle n’en paraissait pas étonnée, ni fière. Elle était telle qu’il l’avait vue à Paris, telle qu’elle devait être toujours, vêtue d’un tailleur gris fer, les pieds chaussés de noir, chapeautée de telle sorte qu’il était impossible de se souvenir ensuite de la forme ou même de la couleur de son chapeau.
Le Port des brumes de Georges Simenon
1932
Maigret (15)
Georges Simenon
Policier
3 h
Quand on avait quitté Paris, vers trois heures, la foule s’agitait encore dans un frileux soleil d’arrière-saison. Puis, vers Mantes, les lampes du compartiment s’étaient allumées. Dès Evreux, tout était noir dehors. Et maintenant, à travers les vitres où ruisselaient des gouttes de buée, on voyait un épais brouillard qui feutrait d’un halo les lumières de la voie. Bien calé dans son coin, la nuque sur le rebord de la banquette, Maigret, les yeux mi-clos, observait toujours, machinalement, les deux personnages, si différents l’un de l’autre, qu’il avait devant lui. Le capitaine Joris dormait, la perruque de travers sur son fameux crâne, le complet fripé. Et Julie, les deux mains sur son sac en imitation de crocodile, fixait un point quelconque de l’espace, en essayant de garder, malgré sa fatigue, une attitude réfléchie. Joris ! Julie !
Le fou de Bergerac de Georges Simenon
1932
Maigret (16)
Georges Simenon
Policier
2 h
Hasard sur toute la ligne ! La veille, Maigret ne savait pas qu’il allait entreprendre un voyage. C’était pourtant la saison où Paris commençait à lui peser : un mois de mars épicé d’un avant-goût de printemps, avec un soleil clair, pointu, déjà tiède. Mme Maigret était en Alsace pour une quinzaine de jours, auprès de sa sœur qui attendait un bébé. Or, le mercredi matin, le commissaire recevait une lettre d’un collègue de la Police Judiciaire qui avait pris sa retraite deux ans plus tôt et qui s’était installé en Dordogne. … Surtout, si un bon vent t’amène dans la région, ne manque pas de venir passer quelques jours chez moi. J’ai une vieille servante qui n’est contente que quand il y a du monde à la maison. Et la saison du saumon commence…
Liberty Bar de Georges Simenon
1937
Maigret (17)
Georges Simenon
Policier
2 h
Cela commença par une sensation de vacances. Quand Maigret descendit du train, la moitié de la gare d’Antibes était baignée d’un soleil si lumineux qu’on n’y voyait les gens s’agiter que comme des ombres. Des ombres portant chapeau de paille, pantalon blanc, raquette de tennis. L’air bourdonnait. Il y avait des palmiers, des cactus en bordure du quai, un pan de mer bleue au-delà de la lampisterie. Et tout de suite quelqu’un se précipita. - Le commissaire Maigret, je pense ? Je vous reconnais grâce à une photo qui a paru dans les journaux... Inspecteur Boutigues... Boutigues ! Rien que ce nom-là avait l’air d’une farce ! Boutigues portait déjà les valises de Maigret, l’entraînait vers le souterrain. Il avait un complet gris perle, un œillet rouge à la boutonnière, des souliers à tiges de drap. - C’est la première fois que vous venez à Antibes ?
L'Ecluse n°1 de Georges Simenon
1933
Maigret (18)
Georges Simenon
Policier
2½ h
Quand on observe des poissons à travers une couche d’eau qui interdit entre eux et nous tout contact, on les voit rester longtemps immobiles, sans raison, puis d’un frémissement de nageoires aller un peu plus loin pour n’y rien faire qu’attendre à nouveau. C’est dans le même calme, comme sans raison aussi, que le tramway 13, le dernier « Bastille/Créteil », traîna ses lumières jaunâtres tout le long du quai des Carrières. Au coin d’une rue, près d’un bec de gaz vert, il fit mine de s’arrêter, mais le receveur agita sa sonnette et le convoi fonça vers Charenton. Derrière lui, le quai restait vide et stagnant comme un paysage du fond de l’eau. A droite, des péniches flottaient sur le canal, avec de la lune tout autour. Un filet d’eau se faufilait par une vanne mal fermée de l’écluse, et c’était le seul bruit sous le ciel encore plus quiet et plus profond qu’un lac.
Maigret de Georges Simenon
1934
Maigret (19)
Georges Simenon
Policier
2 h
Avant d’ouvrir les yeux, Maigret fronça les sourcils, comme s’il se fût méfié de cette voix qui venait lui crier tout au fond de son sommeil : Mon oncle !? Les paupières toujours closes, il soupira, tâtonna le drap de lit et comprit qu’il ne rêvait pas, qu’il se passait quelque chose puisque sa main n’avait pas rencontré, là où il eût dû être, le corps chaud de Mme Maigret. Il ouvrit enfin les yeux. La nuit était claire. Mme Maigret, debout près de la fenêtre à petits carreaux, écartait le rideau cependant qu’en bas quelqu’un secouait la porte et que le bruit se répercutait dans toute la maison. Mon oncle ! C’est moi ?
Jeumont, 51 minutes d'arrêt de Georges Simenon
1936
Maigret (20)
Georges Simenon
Policier
½ h
Jeumont, 51 minutes d’arrêt est une nouvelle de Georges Simenon publié en 1944 dans le recueil Les Nouvelles Enquêtes de Maigret. Elle a été écrite à Neuilly-sur-Seine en octobre 1936.
Dans un train venant de Pologne, via l’Allemagne et la Belgique, l’inspecteur Vinchon vient de contrôler les voyageurs d’un compartiment de première classe et d’y découvrir un homme mort. Si le médecin qui l’a examiné n’avait pas déshabillé la victime, on aurait pu croire à une fin naturelle. Or, sous le sein gauche, la marque d’une piqûre se voit difficilement dans le gras de la peau : on lui a enfoncé une aiguille dans le cœur et Vinchon a bien affaire à un meurtre. Date de parution 1944 (écrit en 1936)
L'Affaire du boulevard Beaumarchais de Georges Simenon
1936
Maigret (21)
Georges Simenon
Policier
½ h
Le dimanche de la Toussaint, au soir, Louise est retrouvée morte. Son décès donne tous les signes de l’empoisonnement. Le docteur, précise que Louise a agonisé dans d’atroces convulsions et attribue la mort à l’absorption d’une forte dose de digitaline. Le mari et son amante sont les premiers suspects. Maigret va longuement interroger cette dernière, sœur de la victime. Date de parution 1944 (écrit en 1936)
La Péniche aux deux Pendus de Georges Simenon
1936
Maigret (22)
Georges Simenon
Policier
½ h
Une péniche, “L’Astrolabe”, s’est échouée au Coudray en naviguant sur la Seine. L’éclusier a entendu appeler au secours vers six heures du matin. Une fois le bateau hors de danger, on trouve à l’intérieur, Arthur et Emma Aerts. Ils sont tous deux pendus.
La Péniche aux deux pendus est une nouvelle de Georges Simenon publié en 1944 dans le recueil Les Nouvelles Enquêtes de Maigret. Elle a été écrite à Neuilly-sur-Seine en 1936.
La Fenêtre ouverte de Georges Simenon
1936
Maigret (23)
Georges Simenon
Policier
½ h
Maigret a rendez-vous avec M Laget, patron de la société « Le Commerce Français ». Au même moment, une détonation retendit. Le commissaire se précipite dans le bureau de Laget. Court et gras, le directeur du Commerce Français (un peu plus de cinquante ans) est affalé en arrière sur une chaise, une plaie béante à la tempe droite. Sur le tapis, sous sa main qui pend, un revolver.
Peine de Mort de Georges Simenon
1936
Maigret (24)
Georges Simenon
Policier
0 h
Jehan d’Oulmont, un jeune homme d’une riche famille belge, est accusé du meurtre de son oncle. Pendant son interrogatoire à la PJ, il nie tout. Faute de preuves, on le relâche, mais Maigret le prend en filature. Il le suit jusqu’à Bruxelles, sans le lâcher d’une semelle, comptant sur le fait que le présumé coupable fera un geste qui le trahira...
Les Larmes de Bougie de Georges Simenon
1936
Maigret (25)
Georges Simenon
Policier
½ h
En automne, dans un hameau perdu au cœur de la forêt d’Orléans (Loiret, France) où l’on s’éclaire encore à la bougie bien qu’on ne soit qu’à une centaine de kilomètres de Paris, les sœurs Potru, Amélie (soixante-cinq ans) et Marguerite (soixante-deux ans) ont été sauvagement agressées.
Rue Pigalle de Georges Simenon
1936
Maigret (26)
Georges Simenon
Policier
0 h
Un matin, alors qu’il arrive au Quai des Orfèvres, Maigret apprend par un coup de téléphone anonyme qu’une bagarre a eu lieu dans un petit bar  de Pigalle : un règlement de comptes entre truands. Maigret se rend sur place, où il n’y a pas trace de cadavre: le commissaire s’installe, et  interroge « sans en avoir l’air » les habitués du lieu.
Rue Pigalle est le cinquième volet d’une série de cinq nouvelles qui font l’objet d’un concours hebdomadaire. Chaque nouvelle s’étend sur deux numéros : dans le premier sont posés tous les éléments de l’énigme ; dans le second, en quelques lignes, est donné son dénouement.
Monsieur Lundi de Georges Simenon
1936
Maigret (27)
Georges Simenon
Policier
½ h
Devant la grille noire d’un petit hôtel particulier de Neuilly-sur-Seine, Maigret marque un temps avant de sonner. Lorsqu’on vient lui répondre, il remet sa carte de visite à son interlocuteur et demande à voir le docteur Barion.
Le médecin le reçoit dans son cabinet. Il a les yeux cernés et le teint pâle d’un homme qui n’a pas dormi depuis plusieurs jours. Trois semaines plus tôt, la bonne du docteur, une jeune Bretonne nommée Olga Boulanger, a été retrouvée morte dans cette même maison. Bien que le décès d’Olga ait été assez mystérieux, le médecin de l’état civil a délivré le permis d’inhumer.
Une erreur de Maigret de Georges Simenon
1937
Maigret (28)
Georges Simenon
Policier
0 h
La jeune Emilienne, vendeuse à la Librairie Spéciale, 27 bis rue Saint-Denis (Paris, France), est retrouvée morte dans la cave du magasin après avoir absorbé huit comprimés de somnifère. Son patron, Eugène Labri (quarante-cinq ans) affirme n’avoir rien vu et, en quittant son commerce, vers dix heures, ne s’être pas rendu compte que son employée n’était pas à son poste.
Mademoiselle Berthe et son amant de Georges Simenon
1938
Maigret (29)
Georges Simenon
Policier
½ h
Maigret, à la retraite dans sa petite maison de Meung-sur-Loire, reçoit une lettre d’appel au secours d’une jeune femme à Paris: intrigué, il se rend au domicile de Mlle Berthe, à Montmartre. Celle-ci lui raconte qu’elle est menacée de mort par son amant, qui a participé à un cambriolage. Elle a été écrite à Porquerolles pendant l’hiver 1937-1938.
Tempête sur la Manche de Georges Simenon
1938
Maigret (30)
Georges Simenon
Policier
½ h
Le couple Maigret se rend à Dieppe pour prendre un bateau pour l’Angleterre. Le temps est tellement mauvais que la traversée de la Manche ne peut être assurée. Les Maigret doivent s’installer dans une pension de la ville portuaire.
Le soir même, Jeanne Fénard, une jeune femme qui travaille comme bonne à la pension où les Maigret sont descendus, est abattue.
Le notaire de Châteauneuf de Georges Simenon
1938
Maigret (31)
Georges Simenon
Policier
1 h
Maigret, à la retraite dans sa maison de Meung-sur-Loire, est interrompu dans ses activités de jardinage par la visite d’un notaire, venu lui demander son aide. Le notaire est collectionneur d’ivoires gravés, et depuis quelques semaines, ses pièces de collection disparaissent de façon mystérieuse.
L'Improbable Monsieur Owen de Georges Simenon
1938
Maigret (32)
Georges Simenon
Policier
½ h
Maigret, passe ses vacances sur la Côte d’Azur, dans un palace de Cannes. Le portier du palace, M. Louis, est une vieille connaissance du commissaire. Bien décidé à profiter du soleil méditerranéen, Maigret va cependant devoir se charger d’une enquête, sur la demande de M. Louis: dans une chambre de l’hôtel, occupée par un vieux Suédois toujours vêtu de gris, on a découvert le cadavre d’un jeune homme, noyé dans la baignoire.
Ceux du Grand-Café de Georges Simenon
1938
Maigret (33)
Georges Simenon
Policier
½ h
Maigret, à la retraite dans sa maison de Meung-sur-Loire, est un peu désœuvré. Pour occuper ses journées, il prend l’habitude de jouer aux cartes avec les habitués du Grand-Café. L’ex-commissaire s’enlise dans sa vie de rentier, jusqu’au jour où un drame bouleverse la petite ville : un des partenaires de jeu est retrouvé au volant de sa camionnette, une balle dans la poitrine.
L'Étoile du nord de Georges Simenon
1938
Maigret (34)
Georges Simenon
Policier
½ h
Maigret se trouve à quarante-huit heures de la retraite. Dans une chambre de l’hôtel de l’Étoile du Nord, on trouve le corps d’un voyageur de commerce, Georges Bompard. Il a été assassiné d’un coup d’un couteau. Maigret se rend sur les lieux, et alors qu’il visite les chambres, une jeune femme tente de s’enfuir. Devant son comportement bizarre, Maigret décide de l’emmener au Quai des Orfèvres pour l’interroger.
L'Auberge aux noyés de Georges Simenon
1938
Maigret (35)
Georges Simenon
Policier
½ h
Le commissaire Maigret se rend à Nemours. Pendant son séjour, il se produit dans les environs un événement curieux, à propos duquel il diligente une enquête. En effet, sur la route qui lie Nemours à Montargis, non loin d’un restaurant appelé “L’Auberge aux Noyés”, un camion heurte une voiture et la précipite dans le Loing.
Lorsqu’on retire le véhicule de la rivière, on ne trouve pas trace de son ou ses occupants. Par contre, dans le coffre, on fait une macabre découverte : une femme, la gorge tranchée, y est enfermée.
Stan le tueur de Georges Simenon
1938
Maigret (36)
Georges Simenon
Policier
½ h
Maigret et ses inspecteurs ont organisé une planque devant un hôtel de la rue de Birague, où se terre la bande des Polonais, des bandits qui attaquent des fermes isolées du Nord de la France. Un étrange bonhomme, polonais lui aussi, vient proposer à Maigret son aide pour arrêter le chef de la bande, Stan le tueur.
La Vieille dame de Bayeux de Georges Simenon
1939
Maigret (37)
Georges Simenon
Policier
½ h
Maigret prend connaissance d’un billet d’un magistrat lui recommandant de recevoir Cécile Ledru, dans le cadre d’une affaire de famille à traiter avec la plus grande circonspection. Une fois de plus, il s’agit d’un parent de quelque haut fonctionnaire ou de quelque personnage considérable qu’il faudra ménager.
Cécile Ledru (vingt-huit ans) confie à Maigret les soupçons qu’elle porte sur le décès de Joséphine Croizier (soixante-huit ans), une riche veuve dont elle était la demoiselle de compagnie. Cécile porte à la victime une grande affection : c’est elle qui l’a recueillie après la mort de ses parents et elle lui doit tout.
L'Amoureux de madame Maigret de Georges Simenon
1939
Maigret (38)
Georges Simenon
Policier
½ h
Lorsque le gardien du square donnant sous les fenêtres de Maigret ferme la quatrième grille, le commissaire constate que, curieusement, celui-ci n’a pas vu l’homme au complet gris, assis sur un banc. Maigret prend son veston et descend sur la place ; il se rend directement auprès de l’inconnu. Par la fenêtre, Mme Maigret voit son mari penché sur l’homme assis et hocher négativement la tête. Il est mort.
L’enquête établit que l’homme (surnommé l’amoureux de Maigret par le commissaire) a été abattu à l’aide d’une carabine à air comprimé. Le coup est certainement parti d’un appartement donnant, comme celui des Maigret, sur la place des Vosges. Mais la surprise tient essentiellement au fait que la victime est en réalité un jeune homme de vingt-huit ans, qui portait un déguisement.
Les caves du Majestic de Georges Simenon
1939
Maigret (39)
Georges Simenon
Policier
2½ h
Il y a le Paris de l’opulence et des raffinements délicats. Il y a celui des petits matins blêmes et des couples éreintés. Prosper Donge, employé d’un palace situé sur les Champs-Élysées, trouve de bon matin le cadavre d’une cliente tassé dans l’une des quatre-vingt-douze armoires métalliques du vestiaire. Cette jeune Américaine aurait été étranglée alors que le mari était absent pour affaires. Que faisait-elle là ? Maigret découvre alors pour les besoins de l’enquête un monde à part fait de coulisses et de pièces cachées ; un monde avec ses codes et ses drames où s’affairent des anonymes et où la richesse extrême côtoie la précarité, la fatigue et le travail de ceux qui, dans l’ombre, servent, regardent, ressentent et n’en pensent pas moins... Le roman a d’abord été prépublié dans l’hebdomadaire Marianne en 1940.
La Maison du juge de Georges Simenon
1940
Maigret (40)
Georges Simenon
Policier
2½ h
Tombé en disgrâce sans trop savoir pourquoi, Maigret a été nommé en Vendée où il s’ennuie. Un jour pourtant, un douanier qu’il connaît lui envoie sa femme pour signaler la présence d’un cadavre dans la maison de leur voisin, un ancien juge en retraite. Maigret arrive dans un village de pêcheurs méfiants, obéissant à ses propres règles et faisant front devant l’étranger. Ce que Maigret va découvrir à force de patience dépasse le simple fait divers. Le juge ne nie pas. Il y avait bien un mort chez lui dont il a voulu se débarrasser à la faveur de la marée.
S’il n’avait jamais vu la victime et ne sait pas comment ni pourquoi l’inconnu est venu se faire tuer chez lui, le petit homme, remarquable de calme et de distinction, a bien d’autres choses à raconter... 
L'Homme dans la rue de Georges Simenon
1940
Maigret (41)
Georges Simenon
Policier
½ h
On a découvert au Bois de Boulogne le cadavre d’un médecin menant une existence mondaine, tué d’un coup de revolver. Devant l’absence d’indices, Maigret décide de faire une reconstitution, espérant ainsi qu’un des badauds présents le mènera sur une piste. C’est ainsi que va commencer une chasse à l’homme qui va durer cinq jours.
Elle a été écrite à Nieul-sur-Mer en 1939.
Cécile est morte de Georges Simenon
1941
Maigret (42)
Georges Simenon
Policier
2½ h
Maigret s’en veut. Il aurait dû savoir. Elle lui avait pourtant demandé de l’aide. Cécile venait chaque matin, les derniers temps, l’attendre dans l’antichambre de son bureau de la P.J., à tel point que ses collègues jasaient et se moquaient de lui. Elle attendait, espérait, racontait à nouveau que quelqu’un, chez sa tante, entrait sans laisser de traces. Visitait... Maigret était occupé. Un gang de Polonais. Les affaires courantes...  Il aurait dû savoir. 
Vente à la bougie de Georges Simenon
1941
Maigret (43)
Georges Simenon
Policier
½ h
Le 14 janvier, dans une auberge du Pont-du-Grau, des paysans sont venus pour la vente aux enchères d’une cabane, des prés attenants et de bétail. L’un des éventuels acheteurs, Borchain, a eu l’imprudence de montrer son portefeuille plein de billets. Or, pendant la nuit suivante, dans une chambre de l’auberge, on a retrouvé le cadavre de Borchain, le crâne fracassé. Maigret, qui dirige à cette époque la Brigade mobile de Nantes, se rend sur les lieux pour interroger les occupants de l’auberge.
Signé Picpus de Georges Simenon
1941
Maigret (44)
Georges Simenon
Policier
2½ h
« Demain, à cinq heures de relevée, je tuerai la voyante. Signé : Picpus. » Qui est ce Picpus ? Quelle voyante ? Pourquoi ce crime invraisemblable et sans mobile annoncé ? Maigret, qui a fait établir une surveillance très large au risque d’être ridicule, en arrive, pour la première fois de sa carrière, à souhaiter que le meurtre ait bien lieu. Ce qui arrive en effet. Une Mlle Jeanne est poignardée chez elle dans son boudoir. Dans la cuisine mitoyenne est enfermé à clef un vieil homme en pardessus, calmement assis sur une chaise. Il attend. Il semble n’avoir rien vu et pleure doucement à la nouvelle du drame.
Menaces de mort de Georges Simenon
1942
Maigret (45)
Georges Simenon
Policier
½ h
Un certain Emile Grosbois, un millionnaire enrichi dans le commerce de ferraille, a reçu des lettres de menaces de mort. Il vient demander l’aide de la PJ, et il invite Maigret à passer le week-end dans sa maison de campagne. Maigret accepte de s’occuper de l’affaire, et découvre une étrange famille: le frère jumeau de Grosbois, et ses neveux et nièces. Tous semblent bien intéressés à l’héritage de la fortune Grosbois...
Félicie est là de Georges Simenon
1942
Maigret (46)
Georges Simenon
Policier
2½ h
Félicie est partie faire les courses. À son retour, Jules Lapie, le paisible retraité dont elle tient le ménage, a été assassiné. Le commissaire Maigret, avec sa sagacité habituelle, a tout de suite compris que la jeune fille au physique ingrat savait quelque chose, que derrière ses airs revêches elle cachait un cœur tendre... Comment l’amener à se confier ? Qui protège-t-elle en gardant le silence ? Rarement un témoin aura donné autant de fil à retordre au célèbre commissaire... 
L'Inspecteur cadavre de Georges Simenon
1943
Maigret (47)
Georges Simenon
Policier
3 h
Suicide ? Meurtre ? Un froid matin de janvier, un jeune homme est retrouvé mort sur la voie ferrée près de Saint-Aubin-les-Marais, en Vendée.  Pour rendre service à un ami, le commissaire Maigret accepte de quitter Paris pour essayer d’y voir plus clair. Mais il n’est pas le seul à mener l’enquête : un ancien policier devenu détective privé, l’inspecteur Cadavre, s’intéresse lui aussi de très près à cette affaire... 
La pipe de Maigret de Georges Simenon
1945
Maigret (48)
Georges Simenon
Policier
1 h
Il était sept heures et demie. Dans le bureau du chef, avec un soupir d’aise et de fatigue à la fois, un soupir de gros homme à la fin d’une chaude journée de juillet, Maigret avait machinalement tiré sa montre de son gousset. Puis il avait tendu la main, ramassé ses dossiers sur le bureau d’acajou. La porte matelassée s’était refermée derrière lui et il avait traversé l’antichambre. Personne sur les fauteuils rouges. Le vieux garçon de bureau était dans sa cage vitrée. Le couloir de la Police judiciaire était vide, une longue perspective à la fois grise et ensoleillée.
Maigret se fâche de Georges Simenon
1945
Maigret (49)
Georges Simenon
Policier
2½ h
Dans sa retraite de Meung-sur-Loire, Maigret est sollicité par Bernadette Amorelle qui s’inquiète de la récente noyade dans la Seine de sa petite-fille Monita : la jeune fille nageait bien et il ne doit pas s’agir d’un accident.
Maigret à New York de Georges Simenon
1946
Maigret (50)
Georges Simenon
Policier
3 h
Maigret est un jour tiré de sa retraite, à Meung-sur-Loire, par un jeune homme. Jean Maura est inquiet au sujet de son père, homme d’affaires considérable qui habite New York : ses lettres, toujours d’une grande affection, le montrent angoissé depuis quelque temps. Maigret accepte d’accompagner Jean Maura à New York.
Le témoignage de l'enfant de choeur de Georges Simenon
1946
Maigret (51)
Georges Simenon
Policier
½ h
L’action se déroule entièrement dans une petite ville de province. Le commissaire Maigret a été enfant de choeur. Cette expérience va lui permettre de comprendre pourquoi Justin, un jeune garçon, enfant de chœur, lui aussi, s’est permis de révéler à la police l’existence d’un crime sans dire toute la vérité. Nouvelle qui fait partie du recueil paru sous le titre Maigret et l’inspecteur Malgracieux
Le Client le plus obstiné du monde de Georges Simenon
1946
Maigret (52)
Georges Simenon
Policier
1 h
Joseph, garçon au Café des Ministères, voit débarquer à huit heures dix du matin un client d’allure quelconque, mais qui va se révéler obstiné : en effet, il va rester pendant des heures assis dans le café, se contentant de consommer des cafés au lait. A trois heures de l’après-midi, il est toujours installé à la même place, et Joseph décide de faire appel à l’inspecteur Janvier. Nouvelle qui fait partie du recueil paru sous le titre Maigret et l’inspecteur Malgracieux.
Maigret et l'inspecteur malgracieux de Georges Simenon
1946
Maigret (53)
Georges Simenon
Policier
1 h
Un soir, au standard de Police-Secours, Maigret, qui attend un coup de téléphone, est venu tenir compagnie à son neveu. Une pastille s’allume sur le grand plan de Paris qui couvre tout un mur de la salle: quelqu’un vient de briser la vitre de l’appareil de secours placé à l’angle de la rue Caulaincourt et de la rue Lamarck. Or, on entend une détonation, puis une voix qui lance une injure contre la police. Maigret se souvient alors qu’un même fait s’était produit six mois plus tôt, et le commissaire, frappé de la coïncidence, se rend sur les lieux.
On ne tue pas les pauvres types de Georges Simenon
1946
Maigret (54)
Georges Simenon
Policier
½ h
Un jour d’été, Maigret est appelé dans un logement banal de la rue des Dames: un homme à l’allure tout ce qu’il y a de plus quelconque était en train de se déshabiller devant la fenêtre ouverte quand il a été abattu d’un coup de carabine. Pour quelle raison a-t-on bien pu tuer ce “pauvre type” qui menait une petite vie tranquille et médiocre ? Fait partie du recueil paru sous le titre Maigret et l’inspecteur malgracieux.
Les vacances de Maigret de Georges Simenon
1947
Maigret (55)
Georges Simenon
Policier
3 h
Le couple Maigret passe quelques jours dans les Ardennes belges, dans la famille de madame.  Le lendemain de leur arrivée, Madame Maigret doit être hospitalisée d’urgence pour une opération de l’appendicite. À la clinique, une religieuse infirmière glisse dans la poche de Maigret un billet contenant ces mots : « Par pitié, demandez à voir la malade du 15 ». Le lendemain, Hélène Godreau, la jeune fille, meurt d’une fracture du crâne. Son beau-frère, le docteur Philippe Bellamy, conduisait la voiture de laquelle sa belle-sœur est tombée deux jours plus tôt : cette mort n’est-elle qu’un simple accident ?
Maigret et son mort de Georges Simenon
1947
Maigret (56)
Georges Simenon
Policier
3½ h
L’action se déroule entièrement à Paris. Alors qu’il est dans son bureau à écouter les élucubrations d’une plaignante, le commissaire Maigret reçoit un appel téléphonique d’un homme qui se déclare être suivi par un ou plusieurs individus qui veulent attenter à sa vie.
Le commissaire est convaincu de la sincérité de l’homme, qui l’appellera plusieurs fois, de bistrot en bistrot, au hasard de ses pérégrinations dans Paris pour semer ceux qui veulent attenter à sa vie. Malgré les efforts du chef de la PJ parisienne, l’homme, un cafetier du Sud-Est parisien, sera retrouvé, mort, place de la Concorde.
Grâce à son flair légendaire mais aussi, comme à son habitude, à sa façon de s’identifier à la victime, Jules Maigret parviendra à faire arrêter le commanditaire de l’assassinat qui avait condamné ce cafetier trop curieux. 
La première enquête de Maigret de Georges Simenon
1948
Maigret (57)
Georges Simenon
Policier
3 h
Pendant la nuit du 15 au 16 avril 1913, Justin Minard, un jeune flûtiste, pénètre dans le commissariat du quartier Saint-Georges. Il a entendu, provenant d’un hôtel particulier, au 17 bis de la rue Chaptal, le cri d’affolement d’une femme suivi d’un coup de feu. Maigret, secrétaire du commissariat, accompagne Minard jusqu’à la maison suspecte. Richard Gendreau, directeur des cafés Balthazar, ironique, lui fait visiter les lieux ; Maigret n’y relève aucun détail suspect, sauf la frayeur de Félicien Gendreau, mais il est persuadé que rien n’est clair dans cette affaire.
Mon ami Maigret de Georges Simenon
1949
Maigret (58)
Georges Simenon
Policier
3 h
Marcellin, ancien souteneur, plusieurs fois emprisonné, ne détestait pas évoquer le commissaire Maigret comme « son ami », à Porquerolles où il s’était installé. Et puis un soir, il est abattu à coups de revolver.
Maigret, qui en effet l’a bien connu, se rend sur les lieux en compagnie de Mr Pyke, de Scotland Yard, venu à Paris pour s’initier à ses méthodes. L’Anglais rigoureux et le Français intuitif vont mener l’enquête de conserve. Elle les mène vers Jef de Greef, un jeune peintre et faussaire...
La rivalité des deux policiers, l’agacement de Maigret obligé de modifier sa tactique habituelle donnent au roman une coloration particulière.
Maigret et le coroner de Georges Simenon
1949
Maigret (59)
Georges Simenon
Policier
2½ h
Comment est morte la jeune Bessy, dont le corps a été retrouvé, mutilé, sur une voie de chemin de fer proche de Tucson dans l’Arizona ?
Cette fois-ci, Maigret ne mène pas l’enquête. En mission d’étude auprès de ses collègues du FBI, il n’est que le témoin, souvent surpris, quelquefois réprobateur, des méthodes américaines en matière d’investigation criminelle. Cinq suspects - de jeunes soldats de la base militaire voisine, avec lesquels la jeune fille a passé sa dernière soirée - vont témoigner devant le coroner, en présence d’un public nombreux et passionné. La vérité éclatera-t-elle avant que Maigret ne parte pour Los Angeles, prochaine étape de son voyage ?
Observateur attentif de son époque, Georges Simenon brosse ici un tableau captivant et toujours actuel des moeurs judiciaires américaines.
Maigret et la vieille dame de Georges Simenon
1950
Maigret (60)
Georges Simenon
Policier
3 h
Qui pouvait vouloir tuer la vieille Valentine Besson, dont la servante, Rose, est morte d’avoir bu un verre d’eau destiné à sa patronne, et contenant des somnifères ? Maigret, appelé à faire la lumière sur ce meurtre, soupçonne un moment Arlette, la fille de Valentine, qui semble avoir une vie privée assez trouble avec son mari, Théo. Mais la cupidité ne peut être le mobile : la vieille dame ne possédait plus que des copies de bijoux, répliques de la fabuleuse collection jadis constituée par son mari. Sur ces entrefaites, Valentine abat d’un coup de revolver un “rôdeur” qui n’est autre que le frère de Rose. Pour Maigret, qui vient de découvrir une émeraude authentique, les pièces du puzzle commencent à s’assembler... Dans une atmosphère de vacances balnéaires, ce sont de bien sombres mystères qui vont peu à peu être dévoilés par le sagace enquêteur.
L'amie de madame Maigret de Georges Simenon
1950
Maigret (61)
Georges Simenon
Policier
3 h
Un billet anonyme, une perquisition, des dents humaines retrouvées dans un calorifère... Maigret n’hésite pas à incarcérer Steuvels, un relieur belge établi rue de Turenne. Mais qui a été tué ? Et pourquoi ? La presse s’empare de l’affaire. Liotard, le jeune avocat de Steuvels, soigne sa publicité. Et l’enquête piétine. Cependant, Madame Maigret, en se rendant chez son dentiste, square d’Anvers, a lié connaissance avec une jeune femme italienne, accompagnée d’un enfant de deux ans. Le jour où celle-ci lui confie l’enfant durant deux heures, sans explication, elle s’ouvre à son mari. Or cette Gloria était au service d’une riche comtesse récemment assassinée à l’hôtel Claridge... Et c’est finalement Madame Maigret qui va mettre son mari sur la piste. Une piste tortueuse qui, du Claridge au square d’Anvers, et du square d’Anvers à la rue de Turenne, le mènera à la vérité.
Un Noël de Maigret de Georges Simenon
1950
Maigret (62)
Georges Simenon
Policier
1½ h
C’était chaque fois la même chose. Il avait dû soupirer en se couchant : « Demain je fais la grasse matinée ». Et Mme Maigret l’avait pris au mot, comme si les années ne lui avaient rien enseigné, comme si elle ne savait pas qu’il ne fallait attacher aucune importance aux phrases qu’il lançait de la sorte. Elle aurait pu dormir tard, elle aussi. Elle n’avait aucune raison de se lever de bonne heure.
Les mémoires de Maigret de Georges Simenon
1951
Maigret (63)
Georges Simenon
Policier
2½ h
Vers 1928, le commissaire Maigret voit arriver au Quai des Orfèvres un jeune journaliste très sûr de lui, et même passablement arrogant, qui s’appelle Georges Sim. Et qui n’hésite pas à publier un peu plus tard, à grand renfort de publicité, un roman le mettant en scène, lui Maigret, sous son vrai nom ! Bien des années plus tard, devenu l’ami de Simenon, Maigret prend la plume à son tour, désireux de rectifier l’image que le romancier a donnée de lui et de son métier. Quitte à convenir, de plus ou moins bon gré, que la vérité romanesque n’est peut-être pas infidèle à la vérité tout court... Savoureux et ironique dialogue entre un personnage et son auteur, ces Mémoires de Maigret forment aussi un étonnant tableau du Paris louche de l’entre-deux-guerres, avec ses hôtels garnis, ses truands, ses prostituées, ses pickpockets, ses immigrés légaux ou clandestins. « C’est une partie qui se joue, une partie qui n’a pas de fin. Une fois qu’on l’a commencée, il est bien difficile, sinon impossible, de la quitter » Qui parle, le romancier ou le commissaire ? Allez savoir !
Maigret au Picratt's de Georges Simenon
1951
Maigret (64)
Georges Simenon
Policier
3 h
Personne, à la PJ, n’a pris au sérieux l’avertissement d’Arlette, une strip-teaseuse de Pigalle, ivre de surcroît : un nommé Oscar se dispose à assassiner une comtesse - dont le nom demeure inconnu. Pas pour longtemps... On la retrouve morte étranglée... et Arlette a subi le même sort.  Installé au Picratt’s, l’établissement montmartrois où travaillait la jeune femme, Maigret n’a plus qu’à observer et à questionner, dans ce milieu interlope où se côtoient filles faciles et mauvais garçons. Dans l’espoir de reconstituer la personnalité et les liens qui unissent trois personnages dont deux sont morts, et le troisième - le mystérieux Oscar - introuvable... Et nous découvrirons, de la Côte d’Azur à Paris, l’inéluctable déchéance d’une femme fortunée, qui a peu à peu basculé dans un univers sordide.
Maigret en meublé de Georges Simenon
1951
Maigret (65)
Georges Simenon
Policier
2½ h
Qui a tiré sur l’inspecteur Janvier, tandis qu’il surveillait l’immeuble de la rue Lhomond où habitait le nommé Paulus, recherché pour vol ? Afin de le savoir, Maigret recourt une fois de plus à sa bonne vieille méthode : s’immerger dans la vie quotidienne, observer, deviner, prendre son temps. Le voici installé au coeur d’un vieux Paris tranquille et quasi provincial, dans l’immeuble où règne Mlle Clément, la propriétaire, affable, optimiste et espiègle. Au reste, tous les habitants sont sympathiques, même les suspects. Ce n’est tout de même pas Mme Boursicault, l’infirme du deuxième étage, qui a pu tirer sur un policier ? La vérité va d’elle-même venir au-devant de Maigret. Et nous découvrirons une fois encore comment les vies en apparence les plus tranquilles peuvent receler bien des secrets...
66 livres correspondent à votre recherche sur NousLisons.fr
(Rappel de vos critères : auteur contient Simenon, prenom contient Georges)